• ads
déficit1

L’objectif des 3% de déficit public ne sera jamais atteint

De Bruno de la Palme, Journaliste, Ecrivain
. Economie
13 novembre 2014
1163 Vues
Bruno de la Palme Journaliste, Ecrivain
Bruno de la Palme
Journaliste, Ecrivain

déficit

Adieu a ligne bleue des 3%, comme on disait de celle des Vosges autrefois…. Bien vite abandonnée par les socialistes, trop heureux de s’en débarrasser en raison des fortes réductions des dépenses publiques que cet objectif entraînait nécessairement. Un faux prétexte que la croissance quasi nulle de la France annoncée pour 2014 par un Ministre des affaires étrangères comme si c’était son domaine. Mais Fabius se voit toujours Premier Ministre.

Une preuve de plus que la machine à perdre socialiste s’est emballée depuis le 6 mai dernier après le programme électoral de légendes (avec un s) du candidat Hollande. Pluie d’impôts et économie en panne, un grand classique du PS comme démontrer dans « 100 ans d’erreurs de la gauche française ».

Comme le disait déjà Paul Reynaud en parlant du cartel des gauches, leur politique est à l’économie et aux entreprises ce que l’oxyde de carbone est pour tout corps vivant. Mortel ! Que dire d’autre des diatribes contre les Peugeot et autres Mittal, cloués au pilori comme bouc émissaires commodes, des accents anti riches et des annonces répétées d’impôts punitifs pour ne pas dire revanchards. Tout cela a vite donné le signal de la fuite de nos talents et jeunes cerveaux. Entrepreneurs dynamiques et gloires confirmées de très beaux groupes ont mis le cap ailleurs, sans parler d’une armée de cadres du CAC 40, tous candidats à l’exil vers des cieux où les socialistes ne sévissent pas.

Sur fond d’embauche de fonctionnaires, d’absence magistrale d’un quelconque début de baisse des dépenses publiques, et d’une superbe ignorance des avertissements de nos voisins vertueux, notamment l’Allemagne, on prend la mesure du désastre de notre pays.

Le pire est que cet abandon des 3% de déficit dans une relative bienveillance journalistique des médias, tous à gauche ou presque, devrait mettre les socialistes à nu devant leur échec flagrant et programmé. Vont ils enfin aller à Canossa , rendre les armes de leur politique idéologique erronée et fausse et reconnaître leur erreur abyssale ? Pas du tout, ce n’est tout le contraire ! Les voilà vertueux aux yeux des militants de la gauche dure pour avoir résisté à l’Europe, et à ceux qui disent -bêtement pensez-vous- qu’il faut dépenser moins quand on est surendetté à ce point.

Dans son admirable dialectique du déni de réalité si chère aux socialistes et à leurs électeurs,(voir leurs arguments démagogiques lors de la réforme des retraites de Sarkozy) Ayrault s’est empressé de proclamer qu’il n’y aura pas de train d’austérité, trop heureux d’abandonner le moindre effort avant d’y avoir songé.

Bref, la guerre de la baisse des dépenses publiques et de la réduction du gouffre financier de l’Etat est terminée avant même d’avoir commencée. On va pouvoir garder nos bataillons de fonctionnaires, 300 000 de plus que l’Allemagne avec pourtant 20 Millions d’habitants de moins ! Ouf, les syndicats, socle électoral des socialistes, respirent. Pas nous.

La fin de la partie va vite être sifflée par les marchés financiers, les idiots et les nains de la finance comme la gauche les appelle. Pas si bêtes pourtant: ceux qui jusque-là ont bien voulu financer les folies des Socialistes avec des taux proches de 0 vont vite s’apercevoir que le risque sur la France n’a plus rien à voir avec ceux sur l’Allemagne , les Pays Bas ou la Suisse, mais qu’il est plus proche du risque sur l’Espagne ou la Grèce. Le jour où nos taux remonteront brutalement (vers les 5% ?) n’est pas très éloigné.

Là les ennuis commenceront vraiment avec des déficits qui s’accéléreront mécaniquement et des préteurs de plus en plus regardants. L’échec sera alors patent: des impôts massifs qui auront mis les classes moyennes déjà malmenées à genoux, des élites qui auront en bonne partie quitté le pays, un PIB en berne et une base vindicative prête à en découdre.

Heureusement les socialistes auront donné à la minorité d’extrémistes le mariage et l’adoption pour tous! La négation des sexes après celle de la réalité économique. Un symbole très chèrement payé pour une catastrophe économique programmée. Pauvre France.

  • Commentaires

    Commentaires