• ads
Protesters march through the streets of Paris during a demonstration against austerity plans

Mais changez de politique économique M. Hollande, elle mène à l’impasse !

De Jean-Louis Caccomo, Economiste IAE de Perpignan – UPVD
. Economie
14 novembre 2014
1402 Vues
Jean-Louis Caccomo Economiste IAE de Perpignan – UPVD
Jean-Louis Caccomo
Economiste IAE de Perpignan – UPVD

Depuis que j’enseigne l’économie à mes étudiants, j’entends dans tous les médias que la consommation va relancer la croissance, et qu’il faut donc soutenir les salaires ou réduire l’épargne pour soutenir la consommation.

Il y a plus de 10 ans maintenant, j’avertissais dans Les Echos que cela nous conduirait dans une impasse. En effet, en situation de sous-capitalisation, ce qui est probablement la situation de l’économie française, la réduction de l’épargne peut entraîner à terme une réduction de la consommation. Plus de 10 ans plus tard, le débat n’a pas avancé.

Les enseignements de la théorie de la croissance et l’expérience historique montrent pourtant que l’Etat doit absolument maîtriser ses finances publiques (déficit public stable, dette publique stable) si le gouvernement veut retrouver le chemin de la croissance durable.

En effet, si la dette publique explose, l’Etat va détourner une partie croissante de l’épargne des ménages vers le financement de la dette. Cette épargne ne va plus financer l’investissement privé du secteur productif (effet d’éviction), ce qui va ralentir en retour la croissance économique qui dépend fondamentalement de l’accumulation du capital.

En conséquence, l’économie décroche de son sentier de croissance structurel, tout comme un avion en perte de vitesse décroche de son altitude de croisière. A terme, c’est le crash. Or, il faut se rendre compte qu’aujourd’hui, en France, rien que le paiement des intérêts de la dette (le service de la dette) occupe le second poste du budget de l’Etat.

Il est certes vrai que le taux d’épargne des ménages français est important, l’épargne privée se constituant en réaction à la désépargne publique (déficit). Mais une grande partie de cette épargne est destinée à financer la dette de l’Etat, via notamment les assurances-vie. Dans ce contexte, l’Etat n’a pas à intérêt à réduire l’épargne (s’il veut financer sa dette) sous prétexte de relancer la consommation à court-terme.

Or, c’est autant d’épargne qui fait défaut à l’investissement productif du secteur privé, donc à la croissance à long-terme. Mais si l’investissement des entreprises décline alors la croissance se ralentira et la dette publique augmentera.

En effet, il faut rappeler que les critères de Maastricht stipulent que, pour que la dette publique se stabilise à 60 % du PIB, il faut que le déficit public ne dépasse pas 3 % du PIB et que la croissance économique soit supérieure à 2 %. Or, depuis de nombreuses années, le déficit public français est supérieur à 3 % et la croissance économique est inférieure à 2 %. C’est une impasse fatale : la dette explose, l’Etat a besoin de plus d’épargne pour financer sa dette et les entreprises ne trouvent plus de capitaux pour investir. En conséquence, la croissance se ralentit… et on décroche.

Malgré les alternances politiques, c’est l’aveuglement de la classe politique française, prisonnière des œillères du court-terme aboutissant à laisser dériver les finances publiques sous le prétexte fallacieux de défendre les missions de l’Etat, qui nous a conduit à cette impasse. Des finances publiques équilibrées, cela ne signifie pas que l’Etat ne dépense plus du tout. Mais il faut tout simplement que ces dépenses soient couvertes par des recettes équivalentes. Et seule une économie productive, et en croissance, est de nature à générer des recettes publiques abondantes, sans qu’il ne soit besoin d’accroître sans cesse les taux de prélèvements qui est le plus sûr moyen de tuer la croissance dans l’œuf.

C’est pourquoi le retour de la croissance est essentiel et vital pour notre pays. Mais le retour de la croissance ne se décrète pas et la croissance n’est pas un miracle ni un évènement météorologique aléatoire. Elle suppose le respect de conditions essentielles que la littérature économique a abondamment rappelé depuis Adam Smith.

  • Commentaires

    Commentaires

    • Top articles

      Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
      Partager sur Facebook Twitter Google + Une nation préférant l’étranger aux siens, voilà ce qu’est devenue la France de 2015. Un pay...
      Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
      Partager sur Facebook Twitter Google + La préférence étrangère n’est pas un fantasme dont l’objectif inavoué serait de la conquête ...
      Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
      Partager sur Facebook Twitter Google + Commentaires Commentaires...
    • A ne pas manquer

      Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
      Partager sur Facebook Twitter Google + Commentaires Commentaires...
      Serge Federbush, Blogueur http://www.delanopolis.fr/
      Partager sur Facebook Twitter Google + Très intéressantes révélations dans Capital de ce jour : le Contrôleur financier du ministèr...
      Eric Baumgartner Chef d'entreprise,
      Partager sur Facebook Twitter Google + Il existe plusieurs méthodes pour dresser le bilan de l’action d’un gouvernement, et celle q...
    • Twitter La Gauche Ma Tuer