• ads
csg

La future augmentation possible de la CSG sera un racket d’Etat !

De Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
. Economie
16 novembre 2014
5150 Vues
Mike Borowski
Mike Borowski
Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer

Le mort-pacte de responsabilité étant tombé à l’eau, le gouvernement se rabattra sur un nouvel impôt: la CSG, donc, augmentera d’au moins 4 points dans un proche avenir. Et cela malgré la future promesse de François Hollande de ne pas augmenter les impôts, vite démenti par le ministre du Budget. Nous connaissons tous le beau raisonnement idéologique des Macron, Sapin et consorts :

«La TVA est un impôt injuste parce qu’il frappe la consommation et donc pénalise les bas salaires puisque tout leur revenu ou presque part en consommation. Au contraire, la CSG est un impôt juste parce qu’il frappe tous les revenus et pas seulement les revenus du travail ».

Ce qui devient insupportable, ce sont les contre-vérités annoncés par les socialistes sans qu’il y ait des contradicteurs, sans que personne ne réagisse et cela dans aucun média écrit ou télévisuel. Les français sont ainsi anesthésiés, et désinformés par des décennies de bourrage de crâne continuel dans des médias qui n’ont aucune culture économique.

Pour y voir clair, nous allons prendre un exemple concret :

Un couple de français modestes, lui est fonctionnaire titulaire 1650 euros mensuels nets. Elle titulaire d’un CDI dans la fonction publique territoriale, 1200 euros nets par mois. Comme il y a cinq enfants à charge, le montant total des allocations 600 euros mensuels. Total des revenus entrants nets, allocations comprises : 3450 euros mensuels.

Les 4 points de CSG vont leur coûter 2850 multipliés par 4/100=114 euros mensuels, car ils s’appliquent au revenu brut.

Maintenant, voyons ce que leur aurait coûté l’impôt soi-disant injuste de l’augmentation de TVA qu’avait fait voter Nicolas Sarkozy. Cette augmentation de tva de 2,6 % sur toutes les TVA mais rien du tout sur les TVA de première nécessité, qui restent à 5,5 %. Les taux 19,6 % passant à 21,2%.

Alors reprenons le budget de mes amis :

Sur leurs revenus, 1000 euros chaque mois partent en remboursement de crédit pour se loger. Les allocations ne sont soumises aucune retenue pour TVA, soit encore 600 euros non concernés. Les sommes consacrées la taxe d’habitation et la taxe foncière, soit en tout 1440 euros par an, donc 120 euros mensuels, ne sont pas concernés par la TVA. Les sommes consacrées à la nourriture, soit 700 euros mensuels (la campagne la vie n’est pas bien chère) ne sont pas concernés puisque la TVA sur ces produits restait à 5,5%.

Donc en tout : 1000+600+700+120=2420 euros mensuels n’étaient pas touchés. Ne restaient que 1030 euros mensuels concernés par l’augmentation de la TVA prévue sous Sarkozy. Mais attention à condition que ces 1030 euros soient entièrement dépensés en prestations soumises à la TVA de 19,6 % ce qui n’est jamais totalement le cas.

Mais plaçons-nous dans le cas le plus défavorable, celui où ces 1030 euros seraient entièrement dépensés en sommes soumises TVA chère. Comme cette TVA aurait augmenté de 2,6 %, le coût de cette TVA aurait été de 26,78 euros.

Au lieu d’avoir 1030 euros à dépenser pour ces prestations et autres produits de consommations courantes, mes amis n’auraient pu y consacrer que 1003,22 euros mensuels.

Voilà donc la vérité : l’impôt « juste » des socialistes coûtera 114 euros mensuels, alors que l’augmentation « injuste » de TVA sociale prévue sous Sarkozy 26,78 euros mensuels. Donc l’impôt « juste » a un prix : 4,25 fois plus cher que l’impôt « injuste » !!!

Nous venons de démontrer simplement combien la TVA est un impôt non anti-économique alors que la CSG est un impôt brutal, injuste et inique, qui s’attaque directement au niveau de vie de TOUT LE MONDE.

En effet, ce qui est terrible dans la CSG, c’est qu’elle frappe le revenu brut à sa source, sans considération de l’usage qui en est fait. Ainsi, le crédit que vous remboursez des banques est du revenu résiduel après application de la CSG. Les impôts locaux ou nationaux dont vous vous acquittez utilisent du revenu qui a déjà été frappé par la CSG. Les impôts locaux ou nationaux sont des impôts qui se cumulent avec la CSG.

Si vous payez une pension alimentaire pour les enfants eus et dont le parent a la garde, celle-ci sera payée avec de l’argent qui a déjà subi le prélèvement de la CSG. Conséquence, vous devez donc gagner plus que cette pension puisque il faudra compter la CSG en plus.

Pire encore, une fraction de la CSG en question va concerner de l’argent que vous n’avez pas : en effet, c’est la fraction de la CSG dite « non déductible », c’est–dire que cette CSG non déductible est prélevé sur votre feuille de paie, mais reste incorporé sur votre revenu imposable (c’est pourquoi votre revenu imposable est toujours un peu supérieur à votre revenu net). Donc cette CSG non déductible va aboutir à payer de l’impôt sur l’impôt sur l’impôt.

JE METS AU DEFI QUICONQUE DE M’APPORTER UNE QUELCONQUE CONTRADICTION

  • Commentaires

    Commentaires