• ads
djihad_capture

Djihadistes de France : Bannissement, relégation vers d’autres cieux doivent être les sentences

De Manuel Gomez, Journaliste, Ecrivain
. Internationale
18 novembre 2014
1861 Vues
Manuel Gomez Journaliste, Ecrivain
Manuel Gomez
Journaliste, Ecrivain

Les mosquées, les prisons sont les principales sources de radicalisation et de recrutement des « futurs terroristes » par les fondamentalistes emprisonnés. Mais cela se sait depuis des années ! Ceux qui ne veulent pas le voir sont, soit des complices et ce serait plus grave, soit de naïfs idéalistes de la gauche ou de la droite « Bobos » !

Bien que prise tardivement et sans aucun doute devant la pression des évènements, la récente décision prise par la Garde des Sceaux de séparer totalement (si faire se peut ?) ces « futurs terroristes » du reste des prisonniers de droit commun, sera très probablement insuffisante car ces « futurs terroristes » sortiront forcément tôt ou tard de prison et pourront se livrer à des actions meurtrières sur le territoire français où à l’étranger.

Les déclarations d’un gardien de la prison des Baumettes, à Marseille, sont édifiantes : «Bien entendu il y a du prosélytisme en prison. Nous n’avons aucune information, pas de circulaire, sur les islamistes radicaux. Il s’agit d’un vivier où l’on peut recruter facilement. Les prisonniers sont jeunes et n’ont plus aucun repère. Ce sont des proies faciles. Même séparés ou en isolement les contacts se poursuivent avec les autres. Il y a de plus en plus d’agressions de prisonniers à l’égard des surveillants. Récemment, sur la plage David, à Marseille, un gardien a croisé deux anciens détenus. Ils l’ont agressé sauvagement, double fracture de la jambe. C’est un métier que je ne recommanderais à personne. Cette situation n’existait pas en 1989, alors que j’étais en poste à Fresnes. Selon moi cela remonte à 5 ans environ. »

**Puisque cette solution est inopérante, que la séparation totale est impossible, la seule possibilité de protéger les citoyens de notre pays est, que ces personnes qui quittent le pays pour devenir des « héros terroristes », ne puissent plus jamais revenir en France.

L’unique solution est la « relégation » pour tous : Français de souche ou naturalisés ou étrangers et qui se réfèrent essentiellement à la doctrine islamiste.

 

**Je ne cesse de l’écrire depuis des mois : il ne s’agit pas de réouvrir le bagne de Cayenne (quoi que !) mais de désigner un lieu difficile d’accès et d’évasion et d’y expédier « Ad vitam aeternam » tous ces terroristes qui n’ont pas eu la chance de mourir en héros sur le terrain de leurs exploits et éprouvent le besoin de revenir en France pour bénéficier à nouveau de ses « largesses humanitaires » !

Je suis persuadé qu’une telle décision refroidirait bien des candidats.

Ne pas envisager sérieusement une telle solution serait très grave car il est fort possible dans un futur proche que certains « patriotes » se chargent d’appliquer eux-mêmes une justice que la justice ne rend plus.

**Souvenez-vous des « Brigades de la mort » au Brésil, des « Escadrons de la mort » en Argentine, en Côte d’Ivoire, des « Justiciers » aux USA, et même chez nous, en France, de « La main rouge ». Ces polices secrètes, ces groupes paramilitaires, ces unités spéciales ordonnées quelquefois par les gouvernements.

**Souvenez-vous des « Barbouzes » pendant la guerre d’Algérie, organisés par De Gaulle et son gouvernement, composés par des membres choisis dans la police, de la gendarmerie et de tueurs à gage, et destinés à assassiner des « terroristes » de l’OAS, des Français, dont le seul objectif était de conserver quelques départements à leur Patrie.

Tous les pays où la justice s’est montrée impuissante, défaillante, se sont trouvés confrontés à cette réaction éliminatrice.

Nous sommes arrivés à un point de non-retour et la peine de mort n’est plus appliquée en France, donc si ceux qui sont chargés d’appliquer la loi, d’appliquer les sentences, ne parviennent pas à prendre la décision qui s’impose, ils devront affronter la colère du peuple !

  • Commentaires

    Commentaires