• ads
racaille3

Derrière le djihadisme, l’explosion ethnique qui menace la France

De Julien Langella, Militant et auteur
. Société
11 janvier 2015
26510 Vues
Julien Langella Militant et auteur
Julien Langella
Militant et auteur

Après le drame, Le Point s’interroge : « L’attentat chez Charlie Hebdo remet-il en cause le « vivre ensemble » à la française ? »

Tout le monde est d’accord sur un point : les attentats, c’est mal. Comme le SIDA, la misère et la faim dans le monde. Une fois qu’on a condamné la violence religieuse, que ce soit au nom de la « défense de la démocratie » ou de l’identité française, on n’a rien dit. Réclamer la plus grande sévérité pour les terroristes, ça ne coûte pas cher politiquement. Mais derrière les fous d’Allah, il y a une autre menace que ces attentats nous révèlent : l’explosion ethnique préparée par de longues décennies de coexistence forcée avec des populations inassimilables.

   Les hashtags #JeSuisKouachi et #JeSuisCoulibaly – les plus populaires sur Twitter vendredi dernier –, le témoignage de ces enseignants désemparés face aux réactions de leurs élèves (« ils n’avaient pas le droit de se moquer du prophète ») ou les minutes de silence perturbées par des « Allah Akhbar » ici et là… Ces faits démontrent une chose : pour un très grand nombre d’Africains vivant en France, qu’ils soient pieux musulmans ou pratiquants par coutume familiale, caricaturer « leur » Prophète, c’est tourner en dérision la foi de leurs pères, et donc mépriser leur culture, leur histoire. Bref, insulter leur identité.

C’est le grand non-dit du débat sur l’islam en France : il n’existe pas de fossé infranchissable entre une « minorité d’extrémistes » et une très large « majorité de modérés ». Il y a simplement des maghrébins qui vivent leur foi jusqu’au bout en recourant à la violence justifiée par le Coran de a Medine, et ceux qui, partiellement occidentalisés, n’ont conservé que les traditions rituelles et les aspects extérieurs de l’islam. Mais les seconds, par solidarité avec leurs « frères », rechigneront toujours à condamner en masse les actes criminels des premiers, voire crieront au complot. Les exemples inverses ne sont que des épiphénomènes montés en épingle par des médias prompts à dissimuler l’échec du multiculturalisme.

Bien sûr, politiquement correct oblige, aucune étude n’existe sur le sujet. Mais quand ils adulent Mohamed Merah, agressent quiconque ne se plie au jeûne du ramadan ou miment, hilares, des tirs armés devant les caméras d’iTELE, nous savons très bien – qu’ils soient dealers ou fidèles de la mosquée – qu’un lien plus fort que le respect des morts et du bien commun lie les arabo-musulmans de France : celui du clan.

Culpabilisés par la repentance et déracinés par le mondialisme, les Européens ont perdu l’esprit de communauté. Les immigrés sont le reflet de notre dormition identitaire. Est-ce irrémédiable ? Non. Les succès électoraux du Front National et tous les sondages le montrent : les Français se réveillent lentement mais sûrement. L’immigration est donc, peut-être, une « chance pour la France » : celle de prendre conscience de notre identité et de l’impossibilité pour deux civilisations diamétralement opposées de coexister sur le même territoire.

De l’Espagne au Liban en passant par le Kosovo et le Brésil, l’histoire est sans appel : au bout du « vivre-ensemble », il y a l’explosion ethnique. Ne nous en réjouissons pas : espérer le carnage comme seul moyen de remédier à l’apathie de notre peuple, c’est célébrer la souffrance des nôtres au motif que la finalité nous convient. La politique du pire, c’est le cynisme comme seule politique. Au bout, il y a les pires compromissions.

Alors, que faire ? Agir en politique comme si une solution pacifique était possible, c’est-à-dire promouvoir sans rancœur un projet positif de remigration concertée, et bâtir sa vie comme si la guerre était à notre porte : le choix de son lieu de vie, de son travail, se mettre en état de défendre physiquement sa famille etc. Bâtir l’avenir, assumer le réel, ici et maintenant.

  • Commentaires

    Commentaires

    • Top articles

      Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
      Partager sur Facebook Twitter Google + Une nation préférant l’étranger aux siens, voilà ce qu’est devenue la France de 2015. Un pay...
      Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
      Partager sur Facebook Twitter Google + La préférence étrangère n’est pas un fantasme dont l’objectif inavoué serait de la conquête ...
      Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
      Partager sur Facebook Twitter Google + Commentaires Commentaires...
    • A ne pas manquer

      Marie-christine De La Vega, blogueuse
      Partager sur Facebook Twitter Google + Les dirigeants français véreux pillent leur pays. Le Gouvernement actuel a une façon de se m...
      Citoyen indigné Blogueur, uncitoyenindigne.wordpress.com
      Partager sur Facebook Twitter Google + Je m’indigne, tu t’indignes, il s’indigne, nous nous indignons, vous vous indignez, ils s’in...
      Manuel Gomez, Journaliste, Ecrivain
      Partager sur Facebook Twitter Google + Emmanuel MACRON, l’homme qui vient de nulle part, l’homme qui s’est fait tout seul ! Qu’en e...
    • Twitter La Gauche Ma Tuer