• ads
les-daltons-au-pouvoir-en-france

La Cour des Comptes pointe les dérapages budgétaires de Hollande, aucun média n’en parle

De Christian Balboa, je-suis-stupide-j-ai-vote-hollande.fr
. Economie
29 mai 2015
889 Vues
Je suis stupide j'ai voté Hollande je-suis-stupide-j-ai-vote-hollande.fr
Christian Balboa
je-suis-stupide-j-ai-vote-hollande.fr

Rappelez-vous le « fameux » discours du candidat François Hollande au Bourget qui a fait décoller sa campagne qui patinait. Rappelez-vous particulièrement l’extrait suivant :

La Cour des comptes vient d’abonder dans le sens de François Hollande en dénonçant les moeurs sans foi ni loi de la finance et notamment des actionnaires.

Mais, c’est l’Etat socialiste en tant qu’actionnaire qu’elle dénonce !

Ecoutons Nicolas Doze se faire l’écho, sur BFM Business, de ce rapport sulfureux de la Cour des comptes :

“L’Etat actionnaire se fait secouer par la Cour des comptes qui dénonce la vision court-termiste du gouvernement. Et oui, la finance sans visage a finalement un visage, et bizarrement, tout le monde le connait ! C’est un trio : Bercy, Elysée et Matignon et clairement celui qui dénonce les vilains dividendes, les méchants actionnaires, les rapaces court-termites de la finance et spéculateurs se fait prendre la main dans le pot de confiture ! Voilà la leçon du jour !

La Cour des comptes reproche au gouvernement deux choses :

  • le montant des dividendes perçus par l’Etat français en 2014. On est sur un dépassement de 1 milliard d’euros par rapport aux prévisions budgétaires (4,1 au lieu de 3 milliards),
  • L’absence totale de stratégie de l’Etat actionnaire et globalement du fameux “Etat-stratège“ dans la mesure où les versements perçus par l’Etat sur les entreprises dans lesquelles il est dominant se sont faits dans des cas où ces entreprises étaient dans le rouge.

C’est le cas de GDF-Suez (Engie désormais) qui va verser près d’un milliard de dividendes à l’Etat alors que sur l’année 2013, les pertes étaient proches de 10 milliards d’euros ! On dira que ces pertes étaient liées à des dépréciations et qu’elles n’empêchaient pas le versement de dividendes, d’autant plus qu’il avait d’autres actionnaires que l’Etat. Mais, prenons également le cas d’une entreprise dont l’Etat possède 100 % du capital, la SNCF , et bien …

En 2014, la SNCF a versé pratiquement autant de dividendes

à l’Etat que le montant des pertes qu’elle a affichées en 2013 !

Deuxième élément d’observation, parmi les 12 plus grandes entreprises concernées par l’Etat actionnaire, on se rend compte qu’elles ont un taux de redistribution de dividendes auprès de l’Etat qui est largement supérieur à la moyenne du CAC40. Le taux de redistribution de dividendes au sein du CAC n’est pas négligeable (48 %) et là, on va atteindre des niveaux de 60 à 66 % pour des entreprises comme EDF, Aéroport de Paris et même Orange est à plus de 113 % !

Donc voilà, la Cour arrive à la conclusion que l’Etat a une vision purement court-termiste

au détriment de l’intérêt à long terme des entreprises dans lequel il est actionnaire !

Donc, c’est pas mal de voir les donneurs de leçons, les parangons de vertu, les gardiens du temple et de la morale se prendre une petite claque, par moment, quand on leur met la réalité sous le nez !

La finance sans visage est démasquée !

En ce qui concerne l’année budgétaire 2014, c’est encore la grosse raclée ! Sur la question des dépenses, la Cour des comptes dit que quand Christian Eckert annonce qu’on a baissé les dépenses de l’ETAT, c’est FAUX ! La Cour dit : « Non, vous n’avez pas baissé les dépenses de l’Etat, vous les avez à peine stabilisées. Notamment parce qu’une partie des investissements d’avenir, soit 3,3 milliards d’euros, ont, en urgence, été réhabilités en dépenses budgétaires mais comme ils étaient comptabilisés en investissements d’avenir, ils le sont restés … On les a notamment utilisés pour payer les opérations militaires extérieures.

Tout juste une stabilisation et surtout l’absence totale d’économie structurelle puisque des décisions ont été prises en urgence, pendant l’année, pour aller grapiller des dizaines de millions, des petits milliards et essayer de tenir le coup. C’est vraiment du tout-venant et pas du structurel !

En ce qui concerne les déficits, il y avait eu le message de début d’année : « Regardez le déficit de 2014, il est moins élevé que prévu !“

Non, il est de 10 milliards supérieur à la prévision initiale mais il est effectivement

moins élevé, comparé à la dernière révision à la hausse qui datait de l’hiver …

Si on prend la dette, bon, c’est pas nouveau, mais il faut rappeler qu’on a eu 180 milliards de dettes émises l’an dernier, dont 71 milliards de dettes d’Etat et que cet argent on en a besoin pour faire tourner le pays et que si on le l’a pas, le pays ne tourne pas !

Sur les impôts, et bien il y a 10 milliards de recettes de moins de prévu ! La Cour des comptes le rappelle ! Ça veut dire qu’on ne va pas se battre pour savoir si cela confirme ou infirme la fameuse courbe de Laffer*** (trop d’impôt tue l’impôt). Ce qui est certain c’est que, parmi ces manques de recettes fiscales, il y a notamment tout ceux qui le peuvent et qui ont préféré travailler moins pour payer moins, et ils sont assez nombreux dans notre pays à avoir fait ce choix-là !

Donc, une absence totale de vision économique et stratégique de la part de cet état qui pourtant donne des leçons à beaucoup de gens !

Pour visionner la vidéo de l’intervention de Nicolas Doze, c’est par là …

Pour approfondir le rapport de la Cour des comptes, lire cet article paru sur Atlantico.

*** Courbe de Laffer

courbe-de-laffer-2

La courbe de Laffer est une modélisation économique développée par des économistes de l’offre, en particulier Arthur Laffer. Quand on augmente progressivement le taux d’imposition, les recettes de l’Etat commence par s’élever proportionnellement.

A un certain niveau, on note une moindre augmentation des recettes pour atteindre un maximum. Si l’on continue à augmenter les impôts, la vie économique en pâtit et les recettes fiscales commencent à baisser jusqu’à tendre vers zéro.

Source

  • Commentaires

    Commentaires