• ads
traitre

Hollande est un traître à notre nation Française

De Chaviro, Blogueur www.liberte-equité-fraternite
. Politique
3 août 2015
1130 Vues
Chaviro Blogueur politique
Chaviro
Blogueur www.liberte-equité-fraternite

Je sais à quoi je m’expose en publiant cette assertion, et demain ce ne sera peut-être pas le laitier qui toquera à ma porte, comme il semble que cela soit la mode malheureusement, les milices de Valls menottent les patriotes avant même qu’ils aient eu le temps de boire leur café, quelle faute de goût…

Néanmoins, je persiste et signe, la haute trahison et les peines encourues font parties de notre constitution, et j’appelle à la démission de ce Président qui vend les intérêts de la France à une puissance étrangère, en l’occurrence, les Etats-Unis d’Amérique.

Pour les abrutis doublés de traitre comme Hollande, une petite leçon d’Histoire s’impose. La Russie libéra la France, cela ne fait aucun doute, tant les troupes allemandes furent anéanties par la résistance héroïques des troupes de Staline. Si Hitler avait été plus fin stratège, en respectant le pacte germano-soviétique, jamais, je dis bien jamais, les anglo-américains n’auraient pu débarquer en France. Ceci étant dit, penchons-nous sur l’épineux problème Ukrainien, essayons de comprendre pourquoi Vladimir Poutine a raison, qu’on l’apprécie ou non.

L’Histoire commence au XIème siècle avec Anne de Kiev épouse d’Henri 1er Roi des Francs, dans un petit royaume bien éloigné des 604 000 km² de l’Ukraine actuelle. Cette alliance, par le sang, démontre les liens, entre la royauté française et le tout petit royaume ukrainien de Kiev, et nous convaincra tous que cette partie de l’Ukraine puisse se sentir proche des européens, et notamment de la France, fille d’Henri 1er. Malheureusement, l’Ukraine ne fût en fait, qu’une colonie, de la Russie, avant même que l’on parle d’empire soviétique, et son grenier agricole, fût sans cesse plébiscité par le Kremlin, au point que cet effort de productivité, finit par être récompensé par Khrouchtchev en 1954 puisqu’il céda la Crimée russe à la république soviétique d’Ukraine par simple décret.

L’Ukraine, dans ses frontières actuelles, n’a été indépendante que 2 ans avant la première guerre mondiale, et la révolution russe de 1917, et il faudra attendre, la chute de l’Union Soviétique pour que le très ancien royaume associé par alliance à la France, mais qui dépassait difficilement les contours de Kiev, brandisse l’étendard de son indépendance, en anschlussant, la Crimée, qui ne fût jamais cédée par l’URSS, pour devenir un jour, le cheval de Troie de l’occident en mer noire et priver ainsi la Grande Russie d’un accès stratégique en Méditerranée. Kiev se tourne résolument vers l’Europe, pourquoi-pas ? Anne de Kiev y verrait l’alliance scellée par son mariage 900 ans plus tôt, mais les frontières artificielles nuisent à l’esprit des Nations, et il suffit d’étudier les votes dans le Donbass pro-russe et russophone, pour comprendre l’étendue de la scission. Les suffrages en faveur du pro-russe Ianoukovytch dépassaient les 90% à Slaviansk et à Donetsk. Cet Ulster perpétuel, créera bien plus de morts que les combats de Belfast, d’autant plus que les résistants du Donbass, région russe jusqu’à ce qu’on me prouve le contraire, diffèrent de leurs camarades de l’IRA, dans la mesure où ils revendiquent une langue différente de celle parlée par leurs ennemies, et qu’avant même l’élection de Porochenko, les européistes fascisants de Svoboda, avaient déjà décidé l’abandon du russe, en tant que langue officielle dans le Donbass.

Petite digression pour revenir à mon sujet. La Russie réagit aux agressions de manière légitime, et très honnêtement dans une mesure qui force mon respect pour Poutine, ce dirigeant d’une énorme puissance nucléaire, dont l’arsenal doit friser les 10 K têtes, et qui subit, en plus, les comparaisons avec Hitler, des allégations sur son éventuel autisme, garde un sang froid, que je ne saurais peut-être pas tenir à sa place. Si quelques opposants russes veulent procéder à un échange sur l’Elbe, pas de problème, on prend Poutine, et Hollande présidera aux destinées de la Russie, notre arme de destruction massive, on l’envoi à qui veut, même si j’ai des scrupules à trahir mes amis russes, en les obligeant à recycler un tel danger pour l’humanité.

Traitre, on en était là, et on ne peut pas porter des accusations aussi graves sans les étayer, les Mistrals, Hollande, les Mistrals, le Vladivostok et le Sébastopol, les bateaux payés, tête de con, pas comme les Rafales de Sissi Imperator, et des Qataries dont les engagements sont garanties par les contribuables français. Pour une fois que nous avions un client qui paye, nous lui chions dans les bottes, pour rien, pour faire plaisir à Obama, alors que ce dernier n’hésiterait pas une seconde à mener un marché juteux avec la Russie.

Hollande défèque assidument sur le savoir faire français, et malheureusement, à Saint-Nazaire, les commandes vont se raréfier, comment, en effet, faire confiance à un partenaire commercial quand on estime que le marché risque de ne pas être honoré.

900 millions € payés par la Russie, 350 millions € de préjudice, M. Poutine, est un grand prince, la justice arbitrale lui en aurait accordé le double. En tant que patriote, je ne vais pas le pousser à la surenchère, mais n’hésitez pas à vous rendre en Russie, Saint-Pétersbourg, deuxième ville de Russie, mérite amplement le voyage, et vos séjours seront la compensation de l’abominable trahison de notre Président. Pour Hollande, 1,4 milliards, c’est public, c’est rien, et nous n’avons qu’à fermer nos gueules en tant que contribuables. Que n’ai-je entendu récemment, un plan de 600 millions € pour nos filières agricoles, soit un tiers du marché des Mistrals, sachant qu’il ne s’agit en fait que de report de paiement des charges et de prêts bonifiés pour les gens qui nous nourrissent, et la balance de la PAC qui nous contraints à payer 10 milliards par an pour les nouveaux entrants dans l’UE, pourrait sans aucun problème permettre à tous nos agriculteurs de vivre décemment. Le traitre Hollande tue notre amitié avec la Russie, et sacrifie, au nom de sa faiblesse et de sa trahison, des vies entières d’agriculteurs qui vivaient aussi grâce au marché Russe. Le petit goret de l’Elysée pourra toujours chercher des débouchés pour le filière porcine en Arabie Saoudite, ou au Qatar, j’ai bien peur que sa démarche soit vaine. Je réitère mon accusation, ce Président est un traitre à la Nation. Qu’il daigne d’abord m’expliquer comment les 1,3 milliards € payés par les contribuables honorent la France.

Sarkozy parcourt la planète à la recherche de séminaires à 200 K€, Hollande est le convive de tous les dîners de con du monde, le talent du regretté Villeret en moins.

  • Commentaires

    Commentaires