• ads
chance-pour-la-france-1 (1)

Cimetières profanées, saccage d’1 maternelle, tirs sur des policiers, les racailles toujours plus jeunes

De Chelles S'éveille blogueur, chelleseveille.overblog.com
. Société
5 août 2015
2149 Vues
Chelles S'éveille chelleseveille.overblog.com
Chelles S'éveille blogueur
chelleseveille.overblog.com

Cimetière profanée en Meurthe et Moselle, saccage d’une école maternelle à Melun, tirs sur des animaux et policiers vers Montpellier, depuis plusieurs semaines les tragédies et les conneries dues aux jeunes s’accumulent assez soudainement ce qui à pour conséquence de remettre à l’heure actuelle le système d’éducation de la part des parents auprès de leurs bambins en question, mais également la passivité de la justice envers ces jeunes voyous qui jouent hélas parfois avec leurs propres vies à défaut de vouloir jouer avec celles des autres.

Si aujourd’hui les faits relatés qui sont perpétués par des délinquants de plus en plus juvéniles (8-15 ans), il est à se demander qu’en est-il des sanctions qui sont pris et qui peuvent être pris ainsi que des conséquences.

Un célèbre proverbe dit « qui vole un œuf, vole un bœuf », ce qui veut dire que si on commence à saccager des maternelles ou profané des cimetières, qui ne dit pas que ces jeunes justement ne pourront pas faire pire plus tard et revenir à la barre d’une magistrature qui aujourd’hui à un jugement beaucoup trop laxiste envers cette jeunesse de plus en plus violente et qui considère que « faire du mal » est un jeu ou une plaisanterie de mauvais goût.

Alors si à Melun (Seine et Marne), où l’école maternelle qui fut saccagée il est question de faire porter les responsabilités aux parents en leurs faisant payés la facture des dégâts causés, ce type de sanction n’est hélas pas toujours aussi systématique, ce qui est assez dommage car justement la prise de responsabilité dans un contexte familiale est parfois une solution radicale mais sur.

Bien que des jeunes auront au pire, un placement en Centre d’éducation fermé, chose qui n’a pas tellement prouvé des réussites efficaces avec plus des histoires d’évasions ou de fugues que de reconversions réussies, la justice envers la jeunesse reste au point mort.

Il est vrai que des mineurs en détention ça fout mal pour la justice française, détruire la jeunesse d’un jeune qui pourrait avoir une seconde chance et d’autres ça fait parfois un peu tâche, mais si aujourd’hui les parents ne peuvent même plus portés la main à la figure de leur bambin quand ils font des grosses conneries au risque de se retrouver eux devant un juge, l’éducation française reste de surcroit en perdition totale !

Même si beaucoup refuse de l’admettre, la rupture des allocations familiales envers les familles de ces jeunes délinquants pourrait aussi une sanction efficace, économique et tributaire à tous ces délits qui sont jugés comme nuisible. Mais si aujourd’hui l’envie de le faire reste au travers de la bouche, ce n’est pas aujourd’hui, ni demain que nous verrons des politiques se poser la question.

 

  • Commentaires

    Commentaires