• ads
fleur-pellerin

Fleur Pellerin une ministre de la culture sans culture

De Gérard Savoisien, Directeur de théâtre placeautheatre.com
. Politique
19 août 2015
540 Vues
Gérard Savoisien Directeur de théâtre placeautheatre.com
Gérard Savoisien
Directeur de théâtre placeautheatre.com

Rien n’est plus difficile que d’être ministre, j’en conviens, puisque c’est la plus haute fonction du serviteur, dit au service de la France, après Premier ministre et Président de la république. Et l’on sait combien les domestiques se font rares, ma pauv’dame. Il faut les prendre comme ils sont, même s’ils vous volent, rappelez-vous ce pauvre Cahuzac, jurant la main sur le cœur qu’il n’était pas du tout malhonnête.  Mais enfin si on vous nomme à ce poste, c’est que vous en avez une certaine compétence. C’est du moins ce qu’a dû penser M. Emmanuel Valls, serviteur de M. Hollande qui est serviteur de lui-même, en engageant Mme Fleur Pellerin, au prénom si doux et au sourire si niais. L’ennui est que la clique de nos gouvernants n’a qu’une idée très éloignée de ce qu’est la culture.

Je sais bien qu’il n’est pas besoin d’être équitable pour être ministre de la justice ou économe pour être ministre des finances, on en a la preuve tous les jours. Néanmoins, en culture, il faut un minimum de connaissances. Car il ne s’agit pas uniquement de dossiers de réfection de telle chapelle (les chapelles ne sont que très rarement objet de réfection, on pense en haut lieu qu’elles seraient plus utiles à être transformées en mosquées) ou de verser des subventions à tel musée ou à tel théâtre national. Il faut aussi s’y connaître un peu en art, en spectacle vivant, en littérature, en musique. J’ai dit un peu. Au moins ce que tout citoyen un peu cultivé connait. Car vous avez affaire à des artistes vivants, des créateurs vivants, des musiciens, des peintres, des écrivains vivants et pas uniquement des poètes ou des comédiens disparus qui dorment tranquilles dans leurs cimetières.

S’y connaître un peu.

Et c’est là que le bât blesse. La ministre de l’Inculture n’y connait rien. Ne pas être fichu d’avoir lu un seul roman de Patrick Modiano auréolé du Prix Nobel de littérature montre un abîme de méconnaissance, un gouffre aussi profond que l’absence de vision du Président. Et elle l’avoue, gentiment, comme un enfant de sixième qui a oublié d’apprendre sa leçon. C’est pas grave, n’est-ce pas ? Elle a tellement de dossiers, de rapports, de machins à lire. Elle a tellement de travail, cette pauvre servante. C’est Cosette et ces journalistes, méchants comme les Thénardier, qu’ils se rendent au ministère on verra s’ils comprennent quelque chose à ses arcanes !

Mais ce n’est pas tout. Interpellée lors des Molières 2015 par un Sébastien Thiéry entièrement nu, elle s’est montrée un peu amusée et fortement  gênée. Hé oui, les artistes ça surprend, c’est même pour cela qu’ils existent. Elle s’est aussi  décommandée pour la remise du septième prix de la Bibliothèque nationale de France à Michel Houellebecq pour l’ensemble de son œuvre. Elle ne s’est pas rendue non plus au dîner d’inauguration à l’Orangerie de Versailles pour l’exposition d’Anish Kapoor. A-t-elle eu peur que le sulfureux Michel lui propose une de ces prestations tarifiées qu’il apprécie tant, ou que le controversé Anish la fasse avaler tout crue par son Vagin de la Reine ? Non. En réalité elle a craint de donner son sentiment comme ces hypocrites qui se cachent sous le masque de la timidité, et de montrer une incapacité intellectuelle, une absence de connaissance lui empêchant toute reconnaissance.

A sa décharge, il faut reconnaitre que cette dame a été choisie justement en fonction de son incompétence, car nos dirigeants qui ont perdu beaucoup de leur superbe n’ont plus des serviteurs, mais des larbins.  Donneurs de subvention ils se croient aussi donneurs de leçons. La crise aidant, ils ont décidé que la Culture ne valaient pas le coup et encore moins le coût. D’où restriction budgétaire du ministère de la rue de Valois et nomination d’un fantoche à sa tête, eût-elle celle d’un pruneau sucé et la consistance d’une eau tiédasse, pâlichonne et sans saveur. Il est évident que des Jack Lang, des Donnedieu de Vabres ou plus récemment des Frédéric Mitterrand ne se seraient pas laissé emporter par le vent démagogique du fameux « la culture à quoi ça sert ? »
Après la ministre Filippetti qui avait au moins écrit six livres dont trois en collaboration même si elle ne les avait pas relus, nous voici donc nantis d’une ministre de l’inculture à la tête du prestigieux ministère créé par le prestigieux André Malraux, et qui tout comme lui n’est plus que cendres.

Espérons que la prochaine, à défaut d’être une fleur ou une belle plante, – ou le prochain – sera, tel un chêne qu’on n’abat pas, à la hauteur de notre magnifique patrimoine culturel que, faut-il le rappeler, l’étranger avec raison nous envie.

P.S. Dans mon blog Place au Théâtre, je signale qu’à Marseille, ville culturelle, Mme la Ministre de l’Inculture s’est étonné dernièrement  qu’ « une trop grande partie de la population ne se sent pas à l’aise avec l’institution culturelle » (« La Provence » 22/07/2015) Oh ! Peuchère ! Si la culture étatiste était plus proche des gens, on n’en serait peut-être pas à ce triste constat, té !

  • Commentaires

    Commentaires

    • Top articles

      Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
      Partager sur Facebook Twitter Google + Une nation préférant l’étranger aux siens, voilà ce qu’est devenue la France de 2015. Un pay...
      Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
      Partager sur Facebook Twitter Google + La préférence étrangère n’est pas un fantasme dont l’objectif inavoué serait de la conquête ...
      Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
      Partager sur Facebook Twitter Google + Commentaires Commentaires...
    • A ne pas manquer

      Dreuz Blog d'opinion dreuz.info,
      Partager sur Facebook Twitter Google + « Je considère ne plus être en mesure d’assurer la pérennité du modèle d’armée auquel je cro...
      Gérard Brazon, Elu à Puteaux gerard-brazon.com
      Partager sur Facebook Twitter Google + Terre de France, terre des droits de l’homme, de l’universalité des droits humai...
      Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
      Partager sur Facebook Twitter Google + Je vais être ultra-démago mais ça m’est complètement car dans le fond j’énumère essentiellem...
    • Twitter La Gauche Ma Tuer