• ads
cimetière profané

En 2015, 251 lieux de cultes chrétiens profanés en France. Silence du gouvernement qui s’en fiche

De Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
. Société
10 janvier 2016
385 Vues
Mike Borowski
Mike Borowski
Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer

Je ne vais pas faire le couplet du « quand c’est une mosquée ou une synagogue etc. », je ne veux pas comparer ce n’est pas mon rôle et ce n’est pas mon combat. Ce que je sais c’est que c’est la religion catholique qui a façonné ce pays. Chaque village étant construit autour d’un clocher.

Forcément lorsqu’il s’agit de la France, de sa culture, de sa religion nos élites mondialisées s’en balancent, pire elles incitent à sa destruction. Il faut tout balayer, ne plus laisser de trace de ce qui est comme un obstacle à l’avènement de cette nouvelle France rêvée, cette France sans passé, sans repère, sans roman national. Une France où règnerait l’argent, le chacun pour soi, et où surtout vivrait l’étranger. Cet être aimé, adulé, choyé. Comprenez ce qu’il représente, ce qu’il est, ce qu’il démontre est tellement supérieur à l’indigène de France. Ce dernier est raciste, beauf, homophobe, conservateur, il est le mal, il faut débarrasser ce sol anonyme de cet intrus. Visiblement c’est chose faite, puisqu’on commence par y démembrer son lieu de prière.

Chaque jour des églises sont vandalisées, brûlées, son utilisation est changée puisqu’elle devient un endroit où prient les maghrébins voulant débarrasser la France du Christ. Ce mois de mai n’a pas échappé à la règle, on dénombre ainsi du 1er janvier 2015 et le 30 novembre 2015 251 lieux de culte chrétiens touchés, sabotés ou vandalisés. Ces chiffres venant du très bon site « l’Observatoire de la Christianophobie ».

Ce chiffre désolant est symptomatique du devenir de la France notre pays. Je ne reviendrais pas sur les conséquences et les séquelles sociales de ces gestes fous, mais je remarque qu’hormis quelques sites de réinformations, cela n’émeut pas grand monde parmi les médias. Il en va de même pour nos gouvernants qui s’en contrefichent et ne fait rien pour que cela s’arrête.

Notre existence, et notre appartenance se meurent en silence, sans bruit, sans scandale, sans révolte, un peu comme un animal allant tout droit à l’abattoir et dans le fond ne sachant pas qu’il allait mourir. La France se désagrège, elle s’enfonce et ceux qui devraient agir laisser aller, regardant sans bouger un malade vivant ses derniers instants. Quand on n’a rien, il nous reste disait-on. Il ne nous reste plus rien et notre culture s’évapore, notre civilisation disparaît. Que dirons nos enfants, petits-enfants ? Ils nous reprocheront d’avoir laissé le vide, de ne pas avoir empêché. Ils auront raison. Continuerons-nous ainsi ? Aujourd’hui à l’heure où je rédige ces lignes, je ne ressens que pessimisme. Mais peut-être ai-je tort ?

Source Observatoire de la Christianophobie

  • Commentaires

    Commentaires