• ads
démolisseurs

Que les élites arrêtent d’ignorer et de mépriser les peurs identitaires du peuple Français

De ,
. Société
13 janvier 2016
210 Vues
52563asdf

Il existe aujourd’hui en France comme en tout temps et en tout lieu une élite raffinée et des bas du front. L’élite pense comme il faut, le bas du front ne pense pas ou quand il s’y essaie arrive à des conclusions erronées. Et c’est normal, car le bas du front ne dispose pas des outils intellectuels nécessaires qui permettent, au-delà des apparences de discerner la vérité. Comme aurait dit Socrate, il vit dans une caverne. Son vocabulaire limité, son manque de goût pour le paradoxe et les contorsions sémantiques ainsi qu’une maîtrise approximative des subtilités de la dialectique sont autant d’obstacles à la saine pensée comme aux justes conclusions. Je vous en donnerai quelques exemples.

Un paysan bas du front découvrant son poulailler dévasté après avoir entraperçu une bête rousse à la queue touffue rôder dans les herbages en conclut que quelques coups de fusil le débarrasseront du renard. Le citadin d’élite, qu’une longue expérience du bitume a rendu spécialiste, entre autres, des mœurs de ce canidé, regardera avec hauteur et réprobation ce rustre. Rien ne prouve formellement que le coupable soit un goupil. Certains chiens, certains chats, ont le poil fauve et la queue fournie. Comment accuser sans preuve ? D’autre part, de nombreux exemples relevés par des scientifiques dignes de foi montrent que le renard est volontiers végétarien et qu’à la rigueur il lui arrive de se nourrir de campagnols mais jamais de poulets. Le plouc tue le renard.

L’imbécile, vu que bien des villes et villages portent un nom de saint et que la moindre bourgade possède une église, souvent plusieurs chapelles et bien des croix aux carrefours, n’est pas spécialement choqué lorsqu’il entend dire que la France est un pays de tradition chrétienne. Cette ineptie est rejetée avec horreur par tout esprit dégrossi. Car la chronique du moine Theobaldus atteste la présence d’un groupe de mahométans à Vazy-en-Berrouette dès la première moitié du VIIIe siècle. Que cette présence ait été fugace car précédant de peu l’exécution de ces prisonniers faits sur l’armée en déroute d’Abd el Rahman, ne change rien à l’indéniable ancienneté de l’ « Islam de France « .

Le citadin obtus a souvent l’impression que les métropoles et bien d’autres villes de moindre importance voient la nature de leur population changer et que les personnes d’origine apparemment subsaharienne ou maghrébine y sont de plus en plus nombreux. Levant les yeux au ciel devant un tel racisme (car il n’y a jamais loin de ce genre de pseudo-constat à l’hitlérisme), le Bobo lui démontre, chiffres à l’appui, que vu qu’il y a de moins en moins d’étrangers en France, son impression d’envahissement relève du pur fantasme et que si, contre toute logique, il avait raison ce serait une excellente nouvelle car l’immigration enrichit.

Des femmes bas du front ont le sentiment d’avoir été dévalisées, violentées, quand ce n’est pas violées par des migrant à Cologne. L’esprit fort met, dans un premier temps, en doute la véracité des faits mais n’ayant rien de l’autruche, finit par admettre qu’il est possible que quelques vénielles incivilités aient eu lieu mais que rien n’indique clairement, vu que la police n’a arrêté personne, que des migrants soient coupable. Et quand bien même cela serait-il « La manipulation nationaliste des crimes de Cologne est dangereuse pour les femmes » comme le note si bien une intelligence féministe. Les idiotes continuent de penser que les agresseurs sont plus dangereux.

  • Commentaires

    Commentaires