• ads
migrants accepte

Les pays de l’Est ne veulent pas accueillir les migrants, pourquoi nous Français devrions les accepter ?

De ,
. Société
25 février 2016
380 Vues
52563asdf

Depuis quelque temps, on constate autant en Russie que dans certains pays de l’ex- bloc de l’Est de très mauvaises attitudes. N’entend-on pas l’infâme Poutine défendre les racines culturelles de son pays, ne voit-on pas le répugnant Orban empiler des réformes inadmissibles à coups de révisions constitutionnelles et renforcer indûment la protection des frontières de son pays avec la complicité de ses voisins polonais, slovaques et tchèques, ne voit-on pas des Allemands de l’Est se mobiliser par dizaines de milliers pour protester contre l’arrivée d’un petit million de migrants dans leur patrie réunifiée, un ministre polonais n’ose-t-il pas déclarer (horresco referens !) son scepticisme par rapport à certaines évolutions pourtant évidentes « Comme si le monde ne devait automatiquement aller que dans un seul sens, selon un modèle marxiste – un nouveau mélange de cultures et de races, un monde de cyclistes et de végétariens, qui ne mise que sur les énergies renouvelables et combat toute forme de religion. Tout cela n’a rien à voir avec les racines polonaises traditionnelles » ?

Comme vous et tous les vrais démocrates progressistes, de tels constats ont, dans un premier temps provoqué mon indignation comme ils ont provoqué les foudres de Bruxelles. Le plus inexplicable est que ces gouvernants semblent bénéficier d’un soutien populaire largement supérieur à celui que recueille, par exemple, un homme d’exception comme le président Hollande ! Ma colère se mue alors en stupéfaction ! Comment expliquer que des êtres que l’on peut supposer humains osent apporter le moindre soutien à de si nauséabonds régimes ?

Seulement, passées les premières réactions effarées, vient le temps de la réflexion. Il doit bien exister une explication rationnelle à ces phénomènes apparemment incompréhensibles ! Qu’ont en commun, ces brebis égarées ? Curieusement, ces Allemands, Polonais, Russes, Hongrois, Tchèques et Slovaques ont vécu des décennies durant sous la bienveillante férule du communisme dur. Peut-être en ont-ils conçu une certaine méfiance vis-à-vis de la variante rampante de cette merveilleuse idéologie qui s’est progressivement installée ces dernières décennies en Occident ?

Il ne faudrait pas oublier que le merveilleux système idéologique qui nous gouverne est le fruit d’un long travail. Ce n’est pas du jour au lendemain que l’on prend conscience que le loup est l’ami de l’agneau ou que le roi n’est pas nu, comme le croit cet imbécile d’enfant du conte, mais qu’il porte un magnifique habit de douche dont on ne peut qu’admirer la magnificence du papayou. L’esprit frustre se tient à de trompeuses apparences, confond invasion et enrichissement, prend des progrès incontestables pour des signes de déliquescence. Il faut l’éduquer ou plutôt le rééduquer.

Accepter l’adhésion à l’UE de certains pays sans qu’ait été préalablement observée une longue période de rectification des esprits fut probablement une erreur. Est-il encore temps d’y remédier ? On peut se le demander tant on peut constater, jusqu’au sein des plus avancées des nations occidentales, d’inquiétantes désaffections vis-à-vis de la bonne parole. Gardons cependant espoir : si nul n’est prophète en son pays, peut-être qu’en envoyant nos chantres du bien-penser dans les Pays de l’Est ils y remporteront l’adhésion des foules et sauront remettre ces âmes errantes sur le droit chemin…

La situation est grave mais pas désespérée.

  • Commentaires

    Commentaires