• ads
valls-terrorisme

Que les Français refusent de « s’habituer » à l’atonie pathologique de la Gauche !

De Virginie Vota Chargée de mission,
. Politique
8 septembre 2016
212 Vues
Virginie Vota Chargée de mission
Virginie Vota Chargée de mission

Charles Maurras écrivait en 1925 que « c’est au résultat que l’on juge un mode de gouvernement » [1]. Plein d’espérance malgré tous les maux que la République infligeait depuis cinquante ans à la France, il considérait « l’endurance de la population » comme preuve d’une « fière accumulation de vitalité ». Encore une fois touchée dans son âme et dans sa chair avec l’attentat perpétré à Nice, par l’immigré tunisien Mohamed Lahouaiej Bouhlel, au soir du jeudi 14 juillet, qu’en est-il aujourd’hui de sa « vitalité » ?

Le Premier Ministre recommandait à une classe de lycéens, en février 2016, de « s’habituer à vivre avec la menace terroriste ». Vit-on à Bagdad ? Tel est manifestement la volonté de la Gauche pour les  années à venir. A tel point qu’après la quatrième attaque islamique sur notre sol depuis 2014, François Hollande a l’outrecuidance de se représenter aux présidentielles 2017, au lieu de démissionner sur le champ.

Pathologique devient l’atonie verbale du Président dans son discours. Il s’empresse de rappeler que parmi les 84 victimes, « il y a aussi beaucoup d’étrangers, venus de tous les continents ». Les attentats seraient causés par « la cruauté d’un individu et peut-être d’un groupe » : c’est l’histoire d’un méchant qui tue des gentils parce qu’il est méchant. Ainsi pourraient se résumer les propos enfantins du chef de l’Etat (61 ans), qui omet délibérément de nommer un ennemi, clairement identifié : l’Etat Islamique. Nier l’évidence signifie refuser, par la même occasion, toute réflexion, remise en question et moyen d’action pour remédier à l’invasion de notre territoire.

La Gauche nous rétorquera peut-être que « c’est l’intention qui compte » puisqu’elle voudrait nous « protéger ». Mais elle n’arrive pas, c’est un fait. Et les Français payent les conséquences de sa politique mondialiste, que ce soit quotidiennement dans les transports en commun ou régulièrement, désormais, via les attaques terroristes. Marion Maréchal Le Pen est l’une des rares, dans son discours, à dénoncer cette réalité et proposer les solutions concrètes auxquelles nous songeons tous ici : remigration, expulsions, fermeture des frontières, déchéance de nationalité, etc.

La Gauche incarne plus que jamais le déshonneur et la veulerie. Au fil de l’Histoire, elle n’a jamais cessé de mettre au feu et à sang notre pays, tirant sur le peuple (Vendée, 1848, 1870, etc.) ou pratiquant une politique d’aveuglement face à l’Allemagne, dont nous connaissons les conséquences [2]. La Gauche, c’est « l’Anti-France » : elle compte sur notre résignation, notre inertie et notre passivité. Elle démoralise les Français et les illusionne de fausses promesses. Elle les maintient dans le désespoir pour s’assurer qu’ils n’envisagent pas d’autres perspectives.

La République des Lumières nous enseigne cependant une chose : la conviction avec laquelle les révolutionnaires et leurs partisans se battaient pour défendre leurs idéaux ne fut pas étrangère à leurs victoires. Ils ne doutaient pas –et si tel fut le cas, ne le montraient jamais. Pour convaincre, il faut croire en ses principes. On ne transmet que ce qui nous appartient déjà. D’où l’importance d’incarner, par nos actions comme nos paroles, cette France chrétienne et enracinée que nous voulons !

N’oublions donc pas que la Conviction constitue la plus grande des forces : elle résulte de la Foi, exalte l’Honneur, apprend la Persévérance, entraîne l’Action, récompense l’Espérance.

Le gouvernement surveille d’un œil si anxieux la montée des soi-disant « Ultra-droites » parce qu’il sait que cette « nouvelle opinion publique » gagne, à juste titre, de plus en plus d’influence : elle révèle une réalité que la Gauche tente fébrilement de dissimuler pour sauvegarder ses intérêts. Notre devoir en tant que Français n’est donc pas d’allumer des bougies en attendant la prochaine attaque, reportée en « Live exclusif direct » à la une des médias de masse, mais au contraire de brandir plus haut et plus fort encore nos convictions, et de les incarner sans frilosité pour en faire une réalité !

[1] Charles Maurras, texte pour « Le Cinquantenaire de la République », 1925. Disponible sur : http://maurras.net/pdf/maurras_cinquantenaire.pdf

[2] Les exemples ne manquent pas : Adrien Abauzit résume de façon claire et synthétique les résultats de la Gauche au pouvoir dans sa conférence « Comment peut-on être de Gauche » ? (de 26:00 à 42:00). Disponible sur : https://www.youtube.com/watch?v=hY204vW2Pk8

  • Commentaires

    Commentaires