• ads
cazeneuve

Sauvageons de Viry-Châtillon : les djihadistes du Bataclan sont donc des chenapans ou des canaillous ?

De Saucisson-pinard Blogueur, saucisson-pinard.blogspot.fr/
. Société
14 octobre 2016
116 Vues
Saucisson-pinard Blogueur saucisson-pinard.blogspot.fr/
Saucisson-pinard Blogueur
saucisson-pinard.blogspot.fr/

Le sinistre de l’Intérieur Cazevide nous en a sorti encore une bien bonne cette semaine. La quinzaine de racailles qui a mené un guet-apens et mis le feu à deux voitures de police à Viry-Châtillon avec les flics à l’intérieur, avec la ferme intention de les y brûler vifs, sont juste, selon lui, des « sauvageons ». On a bien entendu ses propos sur RTL : des « sauvageons ».

Voilà qui doit faire plaisir à tous les flics de France et de Navarre qui sont sous sa responsabilité. Ils risquent chaque jour leur vie en côtoyant des « sauvageons ». Dire qu’ils pensaient avoir affaire à de dangereux et sanguinaires criminels! Non, à de simples sauvageons. Ouf, les voilà rassérénés.

Il est donc possible dans la France socialiste de 2016 d’avoir un représentant de l’Etat en charge de la sécurité des Français, responsabilité parmi les plus lourdes qui soient, complètement dépourvu de lucidité ou doté d’un cynisme tel, qu’il se permet d’appeler « sauvageons » une bande d’immondes assassins agissant avec préméditation. Les socialauds nous auront décidément tout fait. Et, pire, ils osent tout.

Si jeter des cocktails molotov dans des voitures de police occupées par les forces de l’ordre, c’est faire un acte de sauvageons, comment Cazevide qualifierait-il les djihadistes qui ont commis le massacre des innocents du Bataclan ? des canaillous ? des chenapans ?

Examinons de plus près le cas Zeneuve. Voilà un ministre de l’Intérieur qui compte, depuis qu’il est en fonction, plus de deux cents cinquante morts pour cause de terrorisme, – excusez du peu- et qui détient le record inégalé du nombre d’homicides pour cause de délinquance dans tout le pays et notamment à Marseille; Un ministre qui se permet de rire ouvertement, dans Notre-Dame de Paris, au beau milieu de l’hommage solennel rendu à un prêtre égorgé par deux arabes pendant sa messe; Un ministre qui déclare que prôner le djihad n’est pas un délit ; Un ministre qui accueille et serre la main de clandestins qui bafouent les lois relatives à l’immigration ; Un ministre qui se vante, sans rire (cette fois!), d’avoir fait reconduire aux frontières quatorze (!) clandestins sur les dix mille que compte la jungle de Calais; Un ministre qui aujourd’hui donne aux assassins des policiers placés sous son autorité, le nom qui désignerait, par exemple, un gamin qui s’amuse à appuyer sur les boutons de sonnettes d’immeuble avant de se sauver en courant.

On croit à chaque fois avoir touché le fond avec ce gouvernement de Hollande Ouille, mais il y a toujours un ministre qui s’avance sur le devant de la scène médiatique et se met à creuser davantage. Aujourd’hui, c’est Cazevide avec ses sauvageons. Demain, cela sera Mari-sotte Touraine qui inaugurera une salle de shoot avec le regard allumé qui laisserait penser qu’elle a inauguré aussi les seringues… Après-demain, cela sera un ou une autre ministre qui tentera de repousser toujours plus loin les limites de l’incompétence, du laxisme, du ridicule et de la stupidité…

Un chef de gouvernement digne de ce nom, aurait dû, a minima, limoger Cazevide dès sa sortie des locaux de RTL. Et présenter ses excuses auprès de toute la corporation policière. Au lieu de cela, que fait le Petit Caudillo, à l’imagination si féconde ? Il nous sort des idées à la Géo Trouvetou :

Les flics sont caillassés ou reçoivent sur le crâne des machines à laver lancées par les fenêtres de hauts étages ? Qu’à cela ne tienne : il va équiper les véhicules de police de protection anti-caillassage.

Ils sont brûlés par des cocktails molotov ? Pas de problème. Il va les doter d’une combinaison ignifugée. Voilà tout ! C’est tellement simple, la politique avec les socialistes !

Et si les racailles se mettent à noyer les agents de police? Que décidera-t-il ? De les habiller d’une combinaison étanche avec bouteille d’oxygène ?

Où s’arrêtera donc cette course à l’échalote ?

Saucisson-Pinard a une solution bien plus efficace contre la délinquance, plus confortable pour les forces de l’ordre, et bien moins onéreuse pour le contribuable.

Cette solution tient en quatre mots : « tirez-dans-le-tas » ! Messieurs les flics, si vous êtes menacés, tirez dans le tas, à volonté. Vous êtes couverts par la légitime défense de représentant de l’ordre en danger. Telles devraient être les consignes données aux forces de l’ordre. Pour « morigéner » les « sauvageons ». D’autant plus, lorsque le pays est en état d’urgence.

Efficace car les racailles ainsi éliminées seraient à coup sûr exemptées de risque de récidive.

Efficace parce que ça allègerait les procédures judiciaires, désengorgerait les tribunaux, libèrerait des places de prison.

Efficace parce que l’effet dissuasif serait réel.

Confortable pour les forces de l’ordre car elles n’auraient pas à se trimbaler avec une armure tout en étant bien moins menacées.

Et bien plus économique pour le contribuable pour toutes ces raisons.

Enfin, Saucisson-Pinard estime que le simple limogeage de Cazevide serait une mesure bien trop clémente à son goût. Il proposerait volontiers une exposition de l’individu en place publique, baissé et le pantalon sur les chevilles. Chacun des parents des victimes du Bataclan et chaque flic du commissariat de Viry-Châtillon pourrait à tour de rôle flanquer un grand coup de pied bien placé au cynique et incompétent ex-ministre pour lui apprendre la précision dans le maniement de la langue française. Cela serait un modeste mais néanmoins salutaire exutoire pour les exécutants. Et pour adopter le vocabulaire à la mode Cazevide, on appellerait ces réjouissances une « réprimande ».

Au passage, il est permis de trouver bizarre cette affaire du carrefour de Viry-Châtillon. Bizarre ou simplement révélatrice du fiasco socialiste en matière de sécurité intérieure. Car si on a bien suivi les descriptions médiatiques de la scène, on comprend qu’il s’agit d’une histoire de voiture de flics qui surveillent une voiture de flics qui surveillent une caméra… de surveillance ! Et on apprend que cela fait des mois et des mois que ce carrefour a patiemment acquis sa réputation de coupe-gorge. Des mois et des mois ! Et au terme de tout ce temps, les Autorités, police et Justice combinées, n’ont trouvé qu’une chose à faire, c’est de faire surveiller une caméra de surveillance par deux voitures de police !

On est dans un film de Tati ou quoi ?

Il faudra vraiment se souvenir de tout cela aux prochaines présidentielles et législatives et se débarrasser pour de bon de tous ces tristes et dangereux pieds-nickelés, à défaut de pouvoir leur infliger la « réprimande » évoquée ci-dessus.

  • Commentaires

    Commentaires

    • Top articles

      Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
      Partager sur Facebook Twitter Google + Une nation préférant l’étranger aux siens, voilà ce qu’est devenue la France de 2015. Un pay...
      Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
      Partager sur Facebook Twitter Google + La préférence étrangère n’est pas un fantasme dont l’objectif inavoué serait de la conquête ...
      Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
      Partager sur Facebook Twitter Google + Commentaires Commentaires...
    • A ne pas manquer

      Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
      Partager sur Facebook Twitter Google + Commentaires Commentaires...
      Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
      Partager sur Facebook Twitter Google + Commentaires Commentaires...
      Nanouche, blogueuse
      Partager sur Facebook Twitter Google + En Mégalomanie a réitéré : « La certitude intime que nous pouvons ensemble écrire une des pl...
    • Twitter La Gauche Ma Tuer