• ads
le-deux-poids-deux-mesures-du-pouvoir-socialiste

Hollande s’est rendu au chevet de Théo. Il a pas eu ce geste pour les 2 policiers brûlés vifs dans leur voiture à Viry-Châtillon

De Christian Balboa, je-suis-stupide-j-ai-vote-hollande.fr
. Politique
19 février 2017
32 Vues
Je suis stupide j'ai voté Hollande je-suis-stupide-j-ai-vote-hollande.fr
Christian Balboa
je-suis-stupide-j-ai-vote-hollande.fr

Je relaye ici un billet d’Ivan Rioufol, un des rares polémistes de droite, qui arrive encore à se faire entendre dans les médias. En écho à son ouvrage : « La guerre civile qui vient« , il décrit la gravité de la situation dans nos banlieues et le renoncement du pouvoir socialiste à y maintenir l’ordre.

Il mêle sa voix à de nombreux intellectuels tels Michel Omfray, Alain Finkielkraut, Gilles Kepel et Eric Zemmour, qui, dans l’indifférence générale des politiques, ne cessent de sonner le tocsin !

La République n’est plus qu’un tremblement

Parce qu’elle redoute la perspective de banlieues en guerre, elle est prête à tous les apaisements, accommodements et autres mots sucrés. Lundi, le premier ministre a dit vouloir « lutter contre les discriminations », à l’issue d’un week-end d’émeutes en région parisienne. Bernard Cazeneuve a aussi reçu les organisations antiracistes, jetant le doute sur l’éthique des forces de l’ordre laissées seules face à une contre-société en ébullition. Un policier est en effet accusé d’avoir violé un Noir, Théo, 22 ans, avec sa matraque lors d’un contrôle antidrogue à Bobigny (Seine-Saint-Denis), le 2 février: une thèse réfutée par la police des polices qui a conclu à un accident.

François Hollande s’est rendu au chevet de la victime. Il n’avait pas eu ce geste pour les deux policiers brûlés vifs dans leur voiture à Viry-Châtillon, le 8 octobre, par des « sauvageons » (Cazeneuve).

En se montrant prêt, à nouveau, à acheter la paix civile, le pouvoir désemparé perpétue quarante ans de pleutrerie. Le séparatisme ethnico-religieux, en rupture avec la nation, résulte de cette inconséquence.

Elle feint de croire qu’un peuple nouveau, majoritairement musulman, peut se fondre

naturellement dans un vieux pays aux racines historiquement opposées.

Le « vivre ensemble » est refusé par les cités ghettos. Les territoires perdus de la République ont empoché, tel un tribut, les centaines de milliards d’euros déversés depuis 1977 par la « politique de la Ville », sans se sentir solidaires de la société. Persister dans cette fuite en avant, comme le fait le gouvernement, est la pire des solutions : elle assigne les gens à leur condition d’assistés. Ceux-là voient dans l’État un coupable permanent sommé de raquer en réparation d’humiliations dont il est prêt à s’excuser platement. Les Français vont-ils encore accepter de financer ce marché de dupes ?

La guerre civile qui vient …

… titre d’un récent essai de votre serviteur, est attisée par les « pacifistes »: ils refusent en effet de s’arrêter aux désordres nés d’une immigration de masse qui revendique ses différences, et au défi que pose l’islam radical dans sa conquête des banlieues laissées à elles-mêmes. Une enquête de l’Institut Montaigne (septembre 2016) a fait ressortir que 28 % de la population des cités, dont 50 % des jeunes, estiment que la loi islamique, la charia, l’emporte sur la loi française. Ces bombes urbaines sont couvées par l’État pusillanime. Non seulement il ne fait rien pour éteindre la poudrière, mais la gauche entretient le foyer en accusant les lanceurs d’alerte de « mettre de l’huile sur le feu ». Néanmoins, si les « progressistes » ont pu espérer imposer le silence sur ces thèmes, notamment en tentant de faire taire François Fillon, les voyous poussent ces sujets au premier rang dans le débat présidentiel. Les faits sont têtus.

Poursuivre l’aplatissement devant les minorités victimisées est la voie qu’empruntent à leur tour ceux qui, de Jean-Luc Mélenchon à Emmanuel Macron en passant par Benoît Hamon, se gargarisent d’un humanisme qui rime avec clientélisme. Hamon a pris dans son équipe Salah Amokrane, signataire en 2005 d’un texte contre la France « coloniale ». En Algérie, Macron a vanté « le pont vivant » qui unit les deux pays et qualifié la colonisation de « crime contre l’humanité ». Pour eux, la promotion de l’immigration extra-européenne et du multiculturalisme, cheval de Troie du djihad, sont les figures imposées par l’électorat qu’ils cajolent. Avec de telles politiques, les cités sont promises à s’asphyxier toujours davantage, sous les attendrissements de leurs protecteurs. Le « respect » que les belles âmes leur assurent cache un renoncement à imposer l’autorité publique. Ces soumis sont déjà vaincus.

Rétablir un rapport de force

Rien n’est plus complexe que de tenter de résorber la fracture des banlieues. L’immobilisme est la règle depuis les émeutes de 2005. Les causes sont d’abord à rechercher dans l’hypocrisie partagée par la droite et la gauche : elles ont cru que repeindre les cages d’escalier suffirait à amadouer une communauté déracinée. Mais rien n’est plus facile que l’attitude actuelle qui fait porter sur les forces de l’ordre le poids des fautes collectives. Police et gendarmerie sont perçues dans les banlieues comme des forces d’occupation étrangère. Elles sont reçues à coups de cocktails Molotov ou de tirs de mortiers. Les armes de guerre restent pour l’instant dans les caves. Les rappeurs ont aussi leurs mots qui tuent. Extraits de Face à la police, du Groupe 113: « J’crie tout haut: “J’baise votre nation” (la France, NDLR) … On remballe et on leur pète leur fion » (parlant des policiers). Samedi, à Bobigny, des jeunes assaillants criaient « Allah Akbar ». Les consciences endormies et les provocations islamistes sont des dangers comparables.

Continuer à expliquer par le seul chômage la haine antifrançaise est une paresse qui évacue le choc de cultures et ses intifadas. Outre les forces de l’ordre, les pompiers, les médecins, les enseignants, les journalistes sont devenus trop souvent des intrus dans ces enclaves. Les émeutes de quartiers « sensibles » fleurissent sur un terreau qu’ensemencent les colonisateurs. L’urgence est d’en finir avec cet angélisme qui interdit le rapport de force. L’État ne se fera jamais respecter par ceux qu’il infantilise et déconsidère. Les cités s’affirmeront toujours plus rebelles si la République ne vient pas y imposer l’ordre et la loi, quitte à en appeler à l’armée. La tolérance d’une démocratie libérale et ouverte s’arrête à la remise en cause de son modèle de civilisation. C’est pourquoi toute visibilité recherchée du dogme islamique est à ranger parmi les provocations qui méritent des réponses. L’interdiction du voile dans l’espace public est une question à poser.

Ramper devant les menaces ?

Les menaces belliqueuses d’une partie de la « diversité » servent d’arguments à ceux qui annoncent des guérillas en cas de victoire de François Fillon ou de Marine Le Pen, qui ont le nouveau totalitarisme en ligne de mire. Ces craintes confirment la peur qui mine une classe politique prête à ramper.

La veulerie du show-biz

Dans Libération, mercredi (voir mon blog) : la veulerie des pétitionnaires du show-biz. Ils accablent la police, sans un mot sur ce qu’elle endure.

À quand une pétition contre la lâcheté ?

Yvan Rioufol pour le Figaro Premium.

  • Commentaires

    Commentaires

    • Top articles

      Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
      Partager sur Facebook Twitter Google + Une nation préférant l’étranger aux siens, voilà ce qu’est devenue la France de 2015. Un pay...
      Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
      Partager sur Facebook Twitter Google + La préférence étrangère n’est pas un fantasme dont l’objectif inavoué serait de la conquête ...
      Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
      Partager sur Facebook Twitter Google + Commentaires Commentaires...
    • A ne pas manquer

      Dreuz Blog d'opinion dreuz.info,
      Partager sur Facebook Twitter Google + Le 29 novembre 2015, Benoît Hamon insultait un de ses concitoyens. Il vient d’être mis en ex...
      Corto74 Blogueur corto74.blogspot.fr/,
      Partager sur Facebook Twitter Google + C’est vrai ça, mais faudrait peut-etre aussi parler de cela. Imaginez que Marine Le Pe...
      Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
      Partager sur Facebook Twitter Google + Commentaires Commentaires...
    • Twitter La Gauche Ma Tuer