• ads
collage_dupont_aignan

Les candidatures de Dupont-Aignan et Asselineau ne servent qu’à faire gagner Macron

De Manuel Gomez, Journaliste, Ecrivain
. Politique
19 avril 2017
45 Vues
Manuel Gomez Journaliste, Ecrivain
Manuel Gomez
Journaliste, Ecrivain

Mon grand-père me disait : « Il vaut mieux un oiseau dans la main que deux qui volent ! »

C’est pour cela que je ne comprends pas ces deux candidats que sont Nicolas Dupont-Aignan et Marcel Asselineau.

Tous deux ont des programmes pratiquement identiques à celui de Marine Le Pen.

Tous trois, surtout Asselineau, souhaitent quitter l’euro et tous trois estiment que cette sortie ne sera pas une catastrophe, ce en quoi ils n’ont pas tort.

Dupont-Aignan va réaliser un 3% au moins et Asselineau sans doute près d’un 2%, or, ces 5% permettraient à Marine Le Pen soit, peut-être, de l’emporter dès le premier tour, soit, en tous les cas, d’être assurée d’une présence au second tour.

Ce qui n’est pas aujourd’hui une certitude absolue, quoi qu’on en pense !

Tous deux auraient leur place dans un gouvernement Le Pen, alors qu’isolés ils retourneront dans l’ombre dès le soir du 23 avril.

Seul le mépris qu’ils semblent afficher envers le Front National les empêche de réaliser cette alliance.

Ils ont fait campagne, exprimés leurs idées, affichés leurs objectifs, rassemblés plus de trois millions d’électeurs, de partisans, et cela en pure perte puisqu’ils vont les laisser avec leur désillusion.

Il n’est pas assuré que c’est trois millions obéiraient à une consigne de vote mais ils auront au moins essayés et ce n’est pas après le premier tour qu’il faudra se prononcer car, alors, il sera peut-être trop tard.

L’égo, l’orgueil, la fatuité, peuvent quelquefois être considérés comme des qualités mais pas lors d’une élection présidentielle où seul le résultat final compte.

Contrairement à cette publicité bien connu : « Je l’aurai un jour, je l’aurai ! », ils ne l’auront jamais.

Éprouveront-ils des remords ou des regrets…ou les deux ?

Même pas car je suppose qu’ils se sentiront fiers de ne pas s’être laissés tenter par l’ambition et ils retourneront satisfaits vers l’oubli, jusqu’à la prochaine !

Qu’ils méditent cet axiome :

« Le cerveau est un organe exceptionnel : il fonctionne 24 h sur 24 et 365 jours et nuits par an et cela depuis la naissance jusqu’aux élections. Là on le retrouve aux abonnés absents ».

  • Commentaires

    Commentaires

    • Top articles

      Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
      Partager sur Facebook Twitter Google + Une nation préférant l’étranger aux siens, voilà ce qu’est devenue la France de 2015. Un pay...
      Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
      Partager sur Facebook Twitter Google + La préférence étrangère n’est pas un fantasme dont l’objectif inavoué serait de la conquête ...
      Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
      Partager sur Facebook Twitter Google + Commentaires Commentaires...
    • A ne pas manquer

      Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
      Partager sur Facebook Twitter Google + Visiblement le changement c’est pas pour maintenant. En tout cas les mœurs douteuses des hom...
      Front anti-Hollande Blogueur, http://peupledefrance.com
      Partager sur Facebook Twitter Google + À une électrice paloise qui lui demandait en mars 2014 s’il envisageait pas tout de mê...
      Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
      Partager sur Facebook Twitter Google + La nouvelle ministre en charge des questions de l’égalité des chances mais surtout du fémini...
    • Twitter La Gauche Ma Tuer