• ads
euros

L’INSEE annonce que l’Euro n’a pas fait augmenter les prix. Les Français seraient donc des menteurs ?

De Les moutons enragés, Blogueurs lesmoutonsenrages.fr/
. Economie
29 mai 2017
49 Vues
Les moutons enragés Blogueurs lesmoutonsenrages.fr/
Les moutons enragés
Blogueurs lesmoutonsenrages.fr/

De qui se moque t-on ? Mes pauvres amis, nous nous faisons des idées, les bienfaits de l’euro ne sont plus à prouver. Alors les moutons, prière de ne pas critiquer cette monnaie de singe, d’ailleurs elle est si bonne cette monnaie, que la BCE en injecte des milliards chaque mois, sinon il y a longtemps que l’on en parlerait plus…

Contrairement à ce que l’on croit, le passage à l’euro en 2002 n’aurait pas fait flamber les prix. Dans une note publiée ce mercredi, l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) assure en effet que la hausse des prix a été limitée en France depuis le passage à l’euro, de l’ordre de 1,4 % en moyenne par an.

Une inflation de « 10,1 % par an en moyenne »

De 2002 à 2016, l’inflation est restée « relativement modérée au regard du passé », souligne l’organisme public dans cette note, qui détaille par le menu l’évolution des prix pour plusieurs biens de consommation. Le rythme d’inflation atteint au cours des 15 dernières années (+1,4 %) est ainsi inférieur à celui des quinze années précédentes (+2,1 % entre 1986 et 2001), pourtant marquées par le contre-choc pétrolier et les baisses de TVA.

Il est, en outre, bien en dessous du chiffre moyen qu’a connu l’Hexagone entre l’après-guerre et le milieu des années 1980 : sur cette période, la France a dû faire face à une inflation de « 10,1 % par an en moyenne », rappelle l’Insee.

Une baisse du pouvoir d’achat des Français ?

L’introduction de l’euro est régulièrement accusée, notamment par le Front national, d’avoir entraîné une forte hausse des prix, avec pour conséquence une baisse du pouvoir d’achat des Français et un ralentissement de la croissance.

Pour l’Insee, la divergence entre la mesure de l’inflation et la perception qu’en ont les ménages « s’explique en partie par le fait » que ces derniers « sont plus sensibles à l’évolution des produits achetés fréquemment, dont ils se souviennent plus facilement le dernier prix valorisé en francs ».

Et le prix de la baguette alors ?

« Ainsi pour la baguette, par exemple, ils auraient tendance à comparer son prix actuel (0,87 euro en moyenne) à son dernier prix de 2001, d’en moyenne un peu plus de 4,30 francs (0,66 euro) », précise l’institut statistique.

La hausse de 32 % sur le prix de la baguette depuis le passage à l’euro apparaît ainsi « forte » mais « elle correspond à une hausse annuelle moyenne de seulement 1,9 % par an », une évolution conforme, dixit l’Insee, à celle enregistrée avant le passage à l’euro.

  • Commentaires

    Commentaires

    • Top articles

      Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
      Partager sur Facebook Twitter Google + Une nation préférant l’étranger aux siens, voilà ce qu’est devenue la France de 2015. Un pay...
      Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
      Partager sur Facebook Twitter Google + La préférence étrangère n’est pas un fantasme dont l’objectif inavoué serait de la conquête ...
      Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
      Partager sur Facebook Twitter Google + Commentaires Commentaires...
    • A ne pas manquer

      Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
      Partager sur Facebook Twitter Google + Madame Boyer a raison, la France est atteinte d’une maladie rare jamais vu dans son histoire...
      Laurent Dewoillemont, Ancien militaire
      Partager sur Facebook Twitter Google + Voici donc un nouveau décret pour nous aider à mieux vivre. L’objet de ce décret est «  rela...
      Corto74 Blogueur corto74.blogspot.fr/,
      Partager sur Facebook Twitter Google + Désolé mais malgré tout le respect qui lui est du et même si je comprends la logique qui l&r...
    • Twitter La Gauche Ma Tuer