• ads
Macron-melon

Annulation de l’interview du 14 juillet : Macron prend les Français pour des idiots lorsqu’il évoque sa « pensée complexe »

De Saucisson-pinard Blogueur, saucisson-pinard.blogspot.fr/
. Politique
4 juillet 2017
149 Vues
Saucisson-pinard Blogueur saucisson-pinard.blogspot.fr/
Saucisson-pinard Blogueur
saucisson-pinard.blogspot.fr/

Macreux-l’Oreillette se soustraira donc à la traditionnelle interview du 14 juillet, parce que, comprenez-vous, « la pensée complexe* du président s’accommode mal du jeu questions-réponses des journalistes… »

En clair, cela signifie : les journalistes sont vraiment trop cons pour pouvoir se mettre au niveau du président.

On imagine sans mal le calvaire qu’a enduré notre Jupiter élyséen pendant toute la campagne présidentielle. Truster les unes de la quasi-totalité des médias, alors même qu’il n’était qu’un OVNI déserteur d’un gouvernement à l’agonie, répondre à un nombre incalculable de pisse-copies téléguidés par l’oligarchie résolue à mettre enfin un candidat de son cru à la tête du pays, supposent un esprit de sacrifice peu commun.

Comment la « pensée complexe » présidentielle a-t-elle pu se contorsionner si longtemps pour s’abaisser au niveau de cette piétaille journalistique ?

Après un tel effort, on comprend que Macreux-l’Oreillette prenne enfin ses distances.

Il est temps pour lui de sélectionner les gens fréquentables. Car, voyez-vous, dans l’échelle des valeurs de notre Astre Céleste de la Pensée Complexe, il y a deux catégories seulement de gens : ceux qui réussissent (accessoirement pour pouvoir se payer un costard) et ceux « qui ne sont rien », comme il a eu l’occasion de le rappeler dans une de ses allocutions récentes, lors de son déplacement à Nancy.

Son Altesse républicaine désire donc désormais se réserver pour ne fréquenter que des personnalités de son rang ; encore faut-il pour cela un cadre digne d’elle: Versailles, par exemple.

Car si le Macreux-l’Oreillette, candidat en campagne électorale, n’avait jamais vu l’art français, le Macreux élu se souvient soudain que le château de l’architecte Louis Le Vau et les jardins de Le Nôtre à Versailles ne constituent finalement pas un si mauvais environnement pour s’y produire et répandre sa parole christique auprès de Poutine et, le 3 juillet prochain, auprès des députés fraîchement élus.

Quoi de mieux en effet que le château du Roi Soleil pour accueillir notre Phébus du XXIe siècle, notre Guide Suprême, notre Lumière Cosmique de la Réalisation Politique ?

Macreux-l’Oreillette est sans nul doute persuadé que Louis XIV est flatté, là où il est, de voir que sa demeure terrestre a été choisie par Sa Majesté de la Clairvoyance Budgétaire et du Déficit de 9 Milliards.

C’est vrai que le Palais de l’Elysée fait un peu « cheap » pour un Président de ce calibre. Versailles est clairement un bien meilleur choix. Les manants que nous sommes ne devraient pas oublier que l’énarque Macreux-l’Oreillette a consenti, dans sa grande mansuétude, à se soumettre exceptionnellement à cette ringarde coutume républicaine de l’élection, à « ce cursus d’un autre temps », dans le seul but de les faire bénéficier pendant cinq ans au moins de toute sa magnificence intellectuelle. Il serait donc mesquin aujourd’hui de lui reprocher ce choix de Versailles.

Et regardez comme la plèbe française a de la chance ; non seulement sa Majesté présidentielle est un firmament de l’intelligence, mais en plus, comme le constate, ému aux larmes, Fabrice Humbert, chroniqueur dans la rubrique internationale de ce média d’exception qu’est France Culture, Macron est « mille fois plus beau que n’importe quel leader du monde » ! Le « nouveau leader du monde libre » comme l’a surnommé Le Point une semaine à peine après son investiture, est donc un demi-dieu alliant beauté et rayonnement intellectuel. Que peut demander de plus le bas-peuple.

Bien sûr, si Versailles devait devenir définitivement la seconde résidence présidentielle, deux petits aménagements devraient être entrepris :

Il s’agirait d’abord de procéder à l’élargissement des portes, afin que le crâne macroniquement enflé puisse en franchir le seuil sans risque.

Et il faudrait penser à tamiser les miroirs de la Galerie des Glaces afin que les hôtes ne souffrent pas trop de l’éblouissement provoqué par une telle Lumière.

* Pensée complexe… de supériorité ?

  • Commentaires

    Commentaires

    • Top articles

      Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
      Partager sur Facebook Twitter Google + Une nation préférant l’étranger aux siens, voilà ce qu’est devenue la France de 2015. Un pay...
      Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
      Partager sur Facebook Twitter Google + La préférence étrangère n’est pas un fantasme dont l’objectif inavoué serait de la conquête ...
      Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
      Partager sur Facebook Twitter Google + Commentaires Commentaires...
    • A ne pas manquer

      Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
      Partager sur Facebook Twitter Google + Quand j’écris que nous avons parmi nous un des gens se définissant Français, munis de papier...
      Manuel Gomez, Journaliste, Ecrivain
      Partager sur Facebook Twitter Google + « Quand on n’a rien à dire, mieux vaut fermer sa gueule », M. Mélenchon Avec votre toute réc...
      Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
      Partager sur Facebook Twitter Google + C’est trop facile de se dédouaner ainsi, d’avoir la larme à l’œil, de prononcer un beau disc...
    • Twitter La Gauche Ma Tuer