• ads
macron selfie

Saint-Martin : fuite du sous-préfet, pillage, billets Air-France hors de prix etc. L’Etat Macron devrait avoir honte

De Paul Fortune, paulfortune1975.wordpress.com/
. Société
14 septembre 2017
71 Vues
Paul Fortune paulfortune1975.wordpress.com/
Paul Fortune
paulfortune1975.wordpress.com/

La catastrophe s’est déroulée comme prévue, avec la force d’un châtiment biblique. Le cyclone a tout ravagé sur son passage, ne laissant que peur, destruction et désolation. Des hordes de zombies se sont levés pour piller et voler dans un décor d’apocalypse alors que les rescapés terrorisés essayaient tant bien que mal de survivre en espérant que peut-être le tout-puissant et arrogant État dont ils croyaient la protection acquise leur viendrait en aide. C’était trop en demander. Déjà le préfet, faisant preuve d’un sens des responsabilités très particulier, s’était enfui. Cette femme au physique de professeure d’histoire-géographie en retraite pour collège est, paraît-il, « en état de choc ». Le médecin lui a-t-il prescrit un arrêt de travail de 40 jours et des tranquillisants ? L’histoire ne le dit pas, mais son attitude témoigne de la faillite complète de l’État, au sein duquel on semble ignorer que la responsabilité, c’est d’être sur le pont pendant la tempête. Mais les administrateurs de la république n’ont jamais appris à être des chefs.

Les témoignages des citoyens désemparés affluent : c’est le chaos. Les gendarmes impuissants et trop peu nombreux conseillent aux habitants de se défendre eux-mêmes. De tirer à vue sur les bandes de pillards qui écument l’île, munis d’armes dérobées aux douanes, de leur lancer des cocktails Molotov à défaut d’autre chose. Saint-Martin s’est enfoncé du jour au lendemain dans une ambiance de guerre civile post-apocalyptique dans laquelle le crime et la violence se déchaînent sans que rien ne puisse venir l’endiguer. Dès que le fouet ne peut plus claquer, la racaille locale sûre de son impunité passe à l’attaque, distillant un cocktail de violence criminelle et de racisme antiblanc que même les États-Unis ne semblent pas connaître – les pillards s’y contentant de venir en famille avec de grosses voitures rutilantes pour sauver de la tempête baskets, écrans plats et autres produits de première nécessité. L’État a failli à ses missions les plus élémentaires.

Le cyclone était annoncé, on en connaissait la force, contre laquelle on ne pouvait rien, et la trajectoire, dont on ne pouvait écarter tout le monde. Mais on pouvait en anticiper les conséquences tant humaines que matérielles. Les seuls qui l’ont fait semble être quelques commerçants locaux et Air France, en augmentant scandaleusement leurs prix à l’approche de la catastrophe. Là où les compagnies américaines faisaient ce qu’elles pouvaient pour proposer une évacuation à leurs compatriotes, Air France rackettait ignoblement les Français désireux de quitter l’île pour échapper à la destruction et peut-être à la mort. Une belle bande de salopes à la mentalité tristement, trop tristement française, qui a traité la chose comme un réveillon du nouvel an. L’État, dont je signale au passage qu’il est actionnaire d’Air France, ne semble pas s’être préoccupé beaucoup plus de la chose. Y a-t-il eu seulement un début d’anticipation ? Une prévision de l’après ? On en doute tant la réaction a mis du temps à venir. Là où les Néerlandais avaient déjà instauré un couvre-feu au lendemain du cataclysme, les Français ont mis cinq jours à mettre en œuvre un début de solution, à la grande joie des criminels qui ont eu les mains libres une semaine durant.

Il était pourtant simple d’envoyer le 3ème REI basé en Guyane à moins de 2 heures d’avion pour commencer à sécuriser l’île en urgence sitôt les premiers échos calamiteux de la situation reçus. Ces gens savent y faire et la situation aurait été considérablement améliorée pour ce qui est de la sécurité. On aurait pu imaginer de prévoir quelques engins de chantiers, des pompes à eau, des groupes électrogènes et autres matériels basiques et de les acheminer à proximité pour parer au plus pressé une fois le cyclone passé. Mais non, il semble que rien n’ait été fait. Qu’on donc tous ces administrateurs, hauts fonctionnaires et autres ronds-de-cuir d’élite dans le cerveau ? Ce sont des nuls qui nous font honte. Si les Néerlandais ont pu réagir, comment la France, autrement plus riche, puissante et habituée des interventions hors de ses frontières, a-t-elle pu rester amorphe ? Serait-ce en raison de la caste de fonctionnaires incapables qui nous gouvernent ou de l’absence totale de ce qui ressemble de prêt ou de loin à un chef à la tête du pays ? Probablement un peu beaucoup des deux.

Tout cet épisode me laisse amer et épouvanté. Je suis un fervent partisan de la présence française dans les îles et autres territoires ultramarins car je tiens à la possession du deuxième plus grand domaine maritime mondial, qui devrait être source de puissance plutôt que de ridicule, et je sais qu’on ne peut entretenir un tel domaine sans une implication sérieuse qui me semble ici faire cruellement défaut. Mais pire encore, les quelques doutes que je pouvais avoir quant à l’impuissance de l’État en cas de catastrophe sérieuse se sont définitivement envolés. Si par malheur le chaos devait s’abattre en métropole pour une raison ou une autre, nous savons désormais ce que feraient préfets, politiciens et forces de l’ordre : pas grand-chose, sinon que les premiers et les seconds solliciterait les dernières pour sauver leur peau, et c’est tout. Pour le reste, il semble que les citoyens devraient se débrouiller seul, et c’est une perspective effrayante pour tous ceux qui habitent dans les parages de zones dites « sensibles ». Et cela fait du monde…

S’il y a une seule leçon à retenir de tout ça, c’est : achetez-vous un douze et faites des stocks de chevrotine. Avec ce genre d’argument, tout le reste se négociera.

  • Commentaires

    Commentaires

    • Top articles

      Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
      Partager sur Facebook Twitter Google + Une nation préférant l’étranger aux siens, voilà ce qu’est devenue la France de 2015. Un pay...
      Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
      Partager sur Facebook Twitter Google + La préférence étrangère n’est pas un fantasme dont l’objectif inavoué serait de la conquête ...
      Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
      Partager sur Facebook Twitter Google + Commentaires Commentaires...
    • A ne pas manquer

      Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
      Partager sur Facebook Twitter Google + Commentaires Commentaires...
      Serge Federbush, Blogueur http://www.delanopolis.fr/
      Partager sur Facebook Twitter Google + Très intéressantes révélations dans Capital de ce jour : le Contrôleur financier du ministèr...
      Eric Baumgartner Chef d'entreprise,
      Partager sur Facebook Twitter Google + Il existe plusieurs méthodes pour dresser le bilan de l’action d’un gouvernement, et celle q...
    • Twitter La Gauche Ma Tuer