• ads
macron violence

Marseille, La Vegas : pour Emmanuel Macron ce ne sont que des « violences contemporaines »

De Corto74 Blogueur corto74.blogspot.fr/,
. Politique
3 octobre 2017
133 Vues
Corto74 Blogueur corto74.blogspot.fr/
Corto74 Blogueur corto74.blogspot.fr/

Pour qualifier ce qui c’était passé à Las Vegas, notre jupitérien président a parlé de  » violences contemporaines « . Mais savez-vous ce que cela veut dire ? Compte-tenu du fait que notre président a, dit-on, une pensée complexe, il me paraît utile de vous expliquer ce qu’est une  » violence contemporaine ». Et comment le faire si ce n’est avec un exemple flagrant, patent, un exemple qui, par sa clarté explicative, vous fera exploser à la figure la signification de l’expression  » violence contemporaine « .

Voici :

cicatrice

Voyez, c’est ça de la  » violence contemporaine « . Çà, ci-dessus, c’est la très longue cicatrice sur le crâne d’un gars qui s’est pris sur la tronche plusieurs coups de casques, coups assénés par le député d’En Marche ! M’Jid El Guerrab. Parce que le gars avait des divergences d’opinion avec un dénommé Boris Faure, responsable socialiste, El Guerrab lui a rectifié le portrait à coups de casque. C’est violent, c’est contemporain, c’est de la violence contemporaine.

Et ça l’est doublement lorsque l’on sait que le coupable de cette violence est toujours député, certes non-inscrit, Macron l’a lâché, et qu’il continue à toucher l’intégralité de ces indemnités de député ! C’est tellement contemporain de voir qu’il y en a pour trinquer pour pas grand-chose et d’en voir d’autres s’en sortir sans grand dommages…

Allez, de la même façon, fracasser le crâne de votre voisin parce qu’il fait du bruit et vous verrez si vous aurez le loisir de retourner tranquillement bosser le lendemain afin de gagner votre croûte… essayez pour voir…

Avouez que l’exemple choisi est violent, tant sur le fond que sur la forme, n’est-ce pas ?

Voilà, vous avez maintenant compris ce que c’était que de la  » violence contemporaine « .

Ne me remerciez pas, c’est gratos !

 

  • Commentaires

    Commentaires