• ads
français-pas-républiquain

J’appartiens avant tout à la France pas à la République

De Citoyen indigné Blogueur, uncitoyenindigne.wordpress.com
. Politique
22 décembre 2017
133 Vues
Citoyen indigné Blogueur uncitoyenindigne.wordpress.com
Citoyen indigné Blogueur
uncitoyenindigne.wordpress.com

Depuis des années le fossé se creuse entre le peuple français et la gent politicienne, la caste politique… L’ENA produit des technocrates froids, insensibles, qui ont perdu le sens des réalités, qui ont perdu leur humanité. C’est ce que j’exprimai dans ma lettre ouverte de mars 2013 à François Hollande. Ce qui, je m’en suis rendu compte depuis, ne sert à rien, puisqu’ils suivent leur propre route, leurs propres intérêts, qui n’ont rien à voir avec les nôtres.

En 1789, le peuple a détruit une citadelle symbole du pouvoir absolu, La Bastille. En 2 siècles les politiciens en ont rebâti une virtuelle, beaucoup plus puissante que la précédente, avec des défenses beaucoup plus importantes : « les médias, la manipulation qui va avec, le dogmatisme de la laïcité, etc. » Aujourd’hui, le monde politique s’est professionnalisé, il défend donc bec et ongles ses prérogatives.

Depuis les attentats du 13 novembre, j’ai entendu et lu, Chez les politiques, le mot république. Là Voilà, cette citadelle sacrée. Ah, la république…Il faut défendre, il faut sauver la république. Or, qu’est ce que c’est la république, c’est tout ce qui touche au domaine public, c’est l’état, c’est un moyen d’organisation, un concept, un outil que se sont appropriés les politiques. Donc ce qu’ils souhaitent défendre avant tout, c’est leur outil, leur boulot. C’est mercantile, égoïste, égocentrique.

Par contre, dans leurs réactions et leurs commentaires, j’ai constaté que les français avaient souvent employé les mots : Nation et Patrie. La Nation c’est l’appartenance à un groupe, c’est l’ensemble des individus qui sont conscients de leur origine et de leurs traditions, de leurs aspirations communes. La Patrie c’est le lieu où l’on est né, la nation à laquelle on appartient. C’est profond, c’est tribal, c’est le partage, ça vient des tripes et du coeur…

D’un côté on est dans le sublime, de l’autre dans le terre à terre. C’est bien le reflet du décalage que l’on constate dans notre vie publique entre le peuple français et ses aspirations,

  • Commentaires

    Commentaires