• ads
qui-en-veut-au-male-blanc-occidental-et-heterosexuel

L’ennemi de la bien-pensance et des médias est l’homme blanc, occidental et hétérosexuel

De Christian Balboa, je-suis-stupide-j-ai-vote-hollande.fr
. Société
23 décembre 2017
129 Vues
Je suis stupide j'ai voté Hollande je-suis-stupide-j-ai-vote-hollande.fr
Christian Balboa
je-suis-stupide-j-ai-vote-hollande.fr

Depuis des décennies, l’intelligentzia de gauche travaille à la déconstruction de la société française.

– Déconstruction de l’école en imposant un égalitarisme forcéné qui a abouti à un nivellement par le bas,
– Déconstruction de la famille en l’attaquant sur le plan fiscal mais aussi sur le plan sociétal en dénaturant la notion de mariage et de filiation naturelle,
– Déconstruction de la Justice en la désarmant et en favorisant le délinquant par rapport à sa victime,
– Déconstruction de l’identité française en commençant par la nier, en réécrivant l’histoire et en favorisant le communautarisme,
– Etc … etc …

Le Français de souche, quand cette notion même n’est pas contestée, est par définition suspect.

– S’il est blanc, il est supposé raciste !
– S’il est occidental, il a sur ses mains le sang de la colonisation !
– S’il est hétérosexuel, on le soupçonne d’homophobie !
– S’il avoue qu’il est chrétien il est supposé islamophobe !

Et s’il est tout ça, à la fois, je ne donne pas cher de sa peau dans cette société pour qui seules les minorités sont belles et dignes d’être écoutées.

C’est le thème, cette semaine, dans le Figaro Magazine, de la chronique d’Eric Zemmour :

Avis aux éternels potaches. Aux rois de la blague de mauvais goût. Aux empereurs du jeu de mots débile. Ils sont sous surveillance. Leur vie est en danger. Leur destin peut basculer pour une parole de trop. C’est ce qui est arrivé au présentateur de l’émission de France 2 « Les Z’amours » : Tex. Depuis dix -sept ans, il avait eu souvent l’occasion de déployer son humour lourdingue, un peu niais, jamais subtil. Et puis, soudain, la vanne de trop. Qui  frappe là où il ne faut pas : « Que dit-on à une femme qui a deux yeux au beurre noir ? Rien. On lui a déjà dit, deux fois ! » A ces mots, les réseaux sociaux s’agitent. La secrétaire d’Etat à l’Egalité entre les hommes et les femmes, Marlène Schiappa, alerte le CSA. La délation d’Etat est à l’oeuvre dans la foulée de « #balancetonporc ».  Tex finit par être renvoyé par la chaîne publique ! On pourrait multiplier à loisir les anecdotes similaires qui attestent de cette ambiance de « chasse aux sorcières » : le footballeur Antoine Griezmann qui doit s’excuser parce qu’il s’est grimé en Noir pour imiter un joueur de basket américain. Ou une Miss France insultée et traitée de raciste parce qu’elle ose parler de la « crinière de lionne » d’une autre Miss France, venue de Guadeloupe. On pourrait considérer tous ces micro-événements avec dédain et mépris. On pourrait accuser internet de tous les maux. On passerait à côté de l’essentiel.

On refuserait de voir en face une stratégie délibérée,
longuement mûrie, et qui arrive à maturité  aujourd’hui.

Des groupuscules féministes, gays, antiracistes, chacun suivant ses objectifs propres, mais qui sont tous alliés contre leur ennemi commun : le mâle blanc hétérosexuel. Qui ont une inspiration philosophique commune venue de la fameuse « French Theory », théorie de la déconstruction passée par les campus américains depuis les années 1960 et transformée là-bas en « politiquement correct » médiatique et judiciaire. Ils jouent aux faibles mais sont les vrais puissants. L’Etat est de leur côté. La machine judiciaire est à leur service. Les médias de gauche les soutiennent. Au nom du droit des minorités et du respect des éternelles victimes – femmes, homosexuels, minorités « racisées  » – , ces militants veulent effacer toute expression culturelle de l’Occident. Leurs méthodes peuvent changer, leur objectif reste le même. ils transforment les femmes savantes de Molière en un brûlot féministe. ils accusent Michel Audiard d’avoir été collabo. Ils auraient censuré les chansons de Brassens ou de Brel (pour homophobie ou misogynie). Ils accusent la grammaire d’entretenir les inégalités entre hommes et femmes. Ils ne laissent rien passer, pas la moindre petite blague, pas la  moindre expression. ils ont fait leur une vulgate marxienne mâtinée de gramscisme * : la culture est, pour eux, le reflet des rapports de force dans la société.

La culture de l’homme blanc hétérosexuel, même dans son humour le plus anodin, est oppressive par essence; elle doit donc être délégitimée, ostracisée, diabolisée. Pour être éradiquée. Avant d’être remplacée.

« On ne détruit réellement que ce qu’on remplace », disait Danton.

Eric Zemmour pour le Figaro Magazine.

Gramscisme : Politique. Système de pensée du philosophe Antonio Gramsci (1891-1937)
Membre fondateur du Parti communiste italien, dont il fut un temps à la tête, il est emprisonné par le régime mussolinien3 de 1927 à sa mort. En tant qu’intellectuel marxiste, il a notamment développé une théorie de l’hégémonie culturelle. La bourgeoisie domine par la force mais aussi par le consentement, notamment par son hégémonie culturelle qui fait que le prolétariat adopte les intérêts de la bourgeoisie. L’Église catholique illustre par exemple cette hégémonie. La domination est du consentement cuirassé de coercition. Ainsi elle n’est pas pure violence ou pure domination culturelle mais bien l’articulation des deux niveaux.

 

 

  • Commentaires

    Commentaires