• ads
macron visas

Algérie : 410.000 visas vers la France en 2017…combien de plus en 2018 ?

De Manuel Gomez, Journaliste, Ecrivain
. Société
4 janvier 2018
132 Vues
Manuel Gomez Journaliste, Ecrivain
Manuel Gomez
Journaliste, Ecrivain

Après l’annonce de toutes les augmentations qui nous sont offertes par Emmanuel Macron, le président qui devait faire progresser, disait-il, notre pouvoir d’achat, nous sommes particulièrement heureux d’apprendre qu’en 2018 il n’y aura aucune augmentation sur les frais que doivent payer les Algériens, qui souhaitent nous rendre visite en France, pour obtenir un visa Schengen !

Ils ont de la chance car ce n’est pas la France qui décide d’une augmentation mais le gouvernement algérien et, bien évidemment, celui-ci n’a aucun intérêt à ce qu’une augmentation, même peu importante de cette taxe, réduise les demandes de ces visas et tarisse le flux des départs de cette main-d’œuvre de qualité.

A la date du 26 décembre 2017 l’ambassade de France à Alger a délivré 410.000 visas pour 630.000 demandes.

Il y a eu embouteillage, de l’avis même de l’ambassadeur de France, en Algérie, Xavier Driencourt, mais qu’à cela ne tienne ceux qui ne les ont pas obtenu en 2017 pourront les réclamer dès 2018 et, dans le but d’améliorer et d’accélérer l’obtention des dits visas, un nouveau prestataire de service vient d’être désigné par le Consulat général d’Alger, VFS Global qui entrera en fonction dès le 07 janvier.

En ce qui concerne les consulats d’Oran et d’Annaba, ils seront toujours confiés à TLS Contact, afin d’éviter l’interruption de la délivrance des visas et cela malgré les indélicatesses et la corruption de ces intermédiaires qui ont fait perdre de 30 à 50% des prises de rendez-vous.

Une ouverture de plateforme informatique permettra un meilleur accueil du public et une prise en compte plus facile des situations individuelles des demandeurs (contraintes humanitaires, familiales ou professionnelles)

La banque du CPA (Crédit Populaire d’Algérie) lance en parallèle un partenariat avec les services des visas en procurant un service de paiement électronique des frais de dossiers et éviter toutes les utilisations frauduleuses et la corruption omniprésente dans ce marché juteux de 40 millions d’euros.

Tout ce modernisme mis à la disposition des 2% de la population d’Algérie (40 millions d’habitants), 800.000 jeunes qui nous « rendrons visite » en 2018 et ils n’hésitent pas, pour obtenir ce fameux visa, d’évoquer parmi les motivations principales, les « liens historiques » qui lient nos deux pays (Mais pour nous ce n’était pas des visas que l’on nous promettait, mais le cercueil, si nous ne prenions pas le chemin du départ !), mais également les études supérieures (Nécessaires non pas pour en faire bénéficier l’Algérie mais pour s’implanter définitivement chez nous !) le travail (introuvable en Algérie mais largement offert en France malgré 6 millions de chômeurs !) et le tourisme bien sûr (Il y a tant de belles choses à visiter que le délai de trois mois est bien insuffisant, alors pourquoi ne pas rester un peu plus !)

Grâce à eux la population de la France progressera irrésistiblement alors que celle de l’Algérie se stabilisera, à sa plus grande satisfaction.

En 1980 la France était peuplée de 55,34 millions d’habitants, dont environ trois millions de binationaux.

Malgré une natalité en baisse régulièrement depuis cette date, en 2016 la France comptait 66,9 millions d’habitants, dont onze millions de binationaux et environ 2 millions de clandestins.

Les statistiques ne nous informent pas sur la diminution des français de souche entre 1980 et 2016 et c’est bien dommage !

Certains osent appeler cela le « Grand remplacement » mais ils veulent probablement nous faire peur. En tous les cas ce ne sont pas de « bons chrétiens » puisque le pape ne cesse de répéter qu’il faut leur ouvrir nos bras et nos maisons.

Mais, au fait, combien de migrants ont été accueillis par la cité du Vatican ?

 

  • Commentaires

    Commentaires