• ads
carrefour-annonce-un-plan-de-transformation-jpg_4936577_660x281

Macron parade avec le Japonais Toyota, mais s’éclipse face aux 2500 licenciements venant du Français Carrefour

De Pasidupes blogueur, https://pasidupes.wordpress.com/
. Economie
23 janvier 2018
108 Vues
Pasidupes blogueur http://pasidupes.blogspot.fr/
Pasidupes blogueur
https://pasidupes.wordpress.com/

Les bons comptes de Macron n’y sont pas à l’INSEE et à Pole emploi

Le président-soleil se déplace pour le constructeur de l' »Empire du soleil levant »

Macron s’est rendu à Onnaing pour féliciter le Japonais et saluer le fer de lance du … »made in France » ! Intox ou info ?

La direction de l’entreprise a annoncé la création de 700 CDI, alors le chef de l’Etat a aussitôt accouru aux côtés de ses dirigeants (ci-dessus), lors d’un déplacement – éclair, mais lourdement  médiatisé – sur le site du constructeur japonais de la Toyota Yaris, à Onnaing (Nord), lundi 22 janvier après-midi.

L’Europe est attractive et quand les investisseurs étrangers ne retirent pas leurs billes de l’industrie tricolore, Macron fait de la récupération : la Toyota Yaris est une automobile produite depuis 1999 au Japon et aussi construite à partir de 2001 en France, près de Valenciennes, à Onnaing, où Toyota procure du travail à 3.950 personnes.

Le groupe nippon n’a cessé d’y investir, chiffrant à 1,4 milliard d’euros les fonds consacrés à son développement. Et dimanche, le PDG de Toyota Motor Manufacturing France (TMMF), Luciano Biondo, a annoncé plus de 300 millions d’euros supplémentaires pour permettre la modernisation du site, l’un des principaux du groupe en Europe. La presse avait récemment avancé le chiffre de 400 millions d’euros.

Macron se pose en héraut du « France is back », mais la direction de Toyota Motor Manufacturing France (TMMF) a nommé, non pas un Français, à la direction du site valenciennois, mais l’Italien Luciano Biondo : à compter du 1er janvier 2017, il a succédé à Koreatsu Aoki.
Dans le même temps, le Japonais a été nommé président de Toyota Peugeot Citroën Automobiles (TPCA) sur le site TPCA situé à Kolin en République Tchèque qui produit la Toyota Aygo, la Peugeot 108 et la Citroën C1…

Biondo a confirmé l’ambition du constructeur extra-européen de produire d’ici à 2020 plus de 300.000 véhicules par an, contre 230.000 actuellement. « Ce qui est important, c’est d’avoir un site compétitif en accélérant la modernisation de notre outil », a-t-il insisté. Ce qui est secondaire, c’est de soutenir les constructeurs automobiles français…

Un nouvel immeuble accueillera ainsi la production de pièces en plastique actuellement usinées en Espagne. Rendre le site plus performant devrait ensuite permettre d’accueillir la production d’un second véhicule, en plus de la Yaris. Mais pas question pour l’instant d’annoncer la fabrication d’un autre modèle.

Le Japonais salue le savoir-faire français et Macron, le savoir-faire tchèque 

Hormis la courte prise de parole du PDG de TMMF, aucune annonce officielle n’a eu lieu, évitant ainsi au président français de révéler le montant de la facture consacrée par l’Etat à la modernisation de l’usine Toyota. Dans l’entourage du président de la République, on évoque 2 millions d’euros quand la région des Hauts-de-France présidée par le juppéiste Xavier Bertrand s’engage à hauteur de 11 millions (dont 9 millions issus des fonds européens Feder).

Macron masque le coût de l’opération derrière une opération de com’ sur le savoir-faire français.

L’essentiel n’était pas pour lui le montant à charge du contribuable, mais l’illustration du savoir-faire français. Le président a consacré près de 2 h 30 à visiter le site sous les caméras et il a enchaîné les selfies avec les salariés.

La culture macronienne ? « Dans notre usine, il y a de la rigueur, du respect et une vision industrielle, confirme Thomas Mercier, délégué …CFDT, syndicat majoritaire (40 %). La culture japonaise fait la différence. On a la chance d’avoir une direction franche et directe. Ici, c’est pas Carlos Ghosn. »

FO est tout à l’euphorie du moment : « La culture Toyota, c’est de n’être jamais content pour toujours s’améliorer et innover », explique Fabrice Cambier, délégué syndical.

Quant à la CGT, cinquième syndicat de l’usine nordiste, elle n’est pas éblouie par la culture japonaise et une dizaine de manifestants a été repoussée par la police qui leur a interdit l’entrée de l’usine : « Tous les salariés ont été filtrés, confirme un cadre de la CFDT. Ils ont demandé de retirer toutes les chasubles et les badges des syndicats. »

Pas question de gâcher ce beau moment, promesse de 300 emplois en contrat à durée indéterminée (CDI) dès cette année, puis de 400 autres CDI quand les nouveaux équipements seront installés.

Constat plus mitigé du président des Hauts-de-France, Xavier Bertrand : « Attention, il ne faut pas se contenter d’en parler et de faire de la communication… »

Le Français Carrefour va supprimer 2.400 postes sur 10.500 à son siège, en revanche.

Le groupe, qui emploie 115.000 salariés en France, annonce un plan de départs volontaires, dans le cadre de son plan de relance annoncé mardi, qui vise à accélérer dans le bio, le commerce en ligne et de proximité. Philippe sera-t-il délégué par l’Elysée aux selfies avec les « départs volontaires » ?

Carrefour a par ailleurs annoncé une réduction des coûts de deux milliards d’euros dès 2020, en année pleine, notamment via des économies sur la logistique et les coûts de structure, ainsi qu’un projet de réduction de 273 magasins anciennement Dia, passés sous sa propre enseigne.

Un processus de recherche de repreneurs sera lancé pour ces magasins, qui seront fermés si le processus n’aboutit pas. Carrefour favorisera « systématiquement » une offre de reclassement, précise toutefois le groupe dans un communiqué.

En Ile-de-France, le siège de Boulogne va être fermé et le projet d’un nouveau siège de 30.000 m2 en Essonne, abandonné.

Carrefour s’est en effet fixé un objectif de 5 milliards d’euros de chiffre d’affaires dans le commerce en ligne alimentaire et une part de marché supérieure à 20% en France d’ici à 2022, précise-t-il, à propos de son nouveau plan de transformation. Il lancera en 2018 un site unique en France, Carrefour.fr, qui aura vocation à être élargi à d’autres pays.

Il prévoit d’ailleurs d’investir 2,8 milliard d’euros sur 5 ans, « soit six fois plus que les investissements actuellement consentis« , pour se renforcer dans le numérique.

Carrefour veut également presque quadrupler son chiffre d’affaires dans le bio à 5 milliards d’euros en 2022, et ouvrir au moins 2.000 magasins de proximité dans les cinq prochaines années.

Carrefour annonce « un soutien financier et durable à la conversion au bio d’agriculteurs », avec un partenariat avec l’organisation mondiale de protection de l’environnement WWF, une ONGI qui a pignon sur rue  (c’est un fonds qui, en 2013, tirait 56 % de ses ressources des particuliers, 17 % du secteur public et 10 % d’entreprises privées), mais sans légitimité.

Par ailleurs, la Chine s’apprête  à entrer au capital de Carrefour par le biais de la filiale du géant de l’internet chinois Tencent et de la chaîne de supermarchés chinoise Yonghui, selon un accord préliminaire signé entre les trois partenaires. Carrefour précise qu’il restera le premier actionnaire de sa filiale en Chine.

Parallèlement à ce projet d’investissement, Carrefour et Tencent annoncent la signature d’un « protocole d’accord de coopération stratégique en Chine », l’objectif étant de mettre en commun l’expertise de Carrefour dans la distribution avec le savoir-faire technologique de Tencent, géant des réseaux sociaux en Chine. De cet « allié » de Carrefour, Jack Ma d’Alibaba Group a déclaré: « Le problème de Tencent est qu’ils ne font aucune innovation. Tout n’est que copie. »

Carrefour peut s’attendre à la naissance d’un clone chinois de Carrefour…

  • Commentaires

    Commentaires