• ads
justice

Morigny-Champigny : Un fiché S, sorti de prison quelques mois plus tôt, recherché après le meurtre de son colocataire

De Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
. Société
17 avril 2018
6 Vues
Mike Borowski
Mike Borowski
Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer

Libérez, libérez, libérez-moi la racaille, les criminels, les bandits, les escrocs, les djihadites, voilà la devise de notre justice.

Quand comprendrons-nous que cette vision est criminelle pour les nôtres, pour ceux ayant décidé de vivre honnêtement. Visiblement ce sont eux les imbéciles, qui n’ont rien compris à la vie, à la nouvelle société que veulent nous imposer nos élites cosmopolites.

Evidemment nos médias, nos politiques, nos grands financiers et tous ceux qui contrôlent le pays, n’ont que les coulisses des primaires en tête. Seul les intéresse ces arcanes des couloirs là où le grand public n’a pas accès. Dans le fond c’est presque normal, puisqu’ils ne vivent que de ça et par ça. Les attaques répétées contre le sujet Français ou la réalité d’une nation à la dérive, de cela ils s’en fichent, elles ne leur rapportent rien, pas un centime dans des poches déjà bien pleines.

En attendant « Les policiers tentaient d’entrer dans l’appartement d’un fiché S qui aurait tué son colocataire, un quinquagénaire bien connu dans la commune.

Les enquêteurs tentaient de pénétrer dans l’appartement de Fred, un quinquagénaire, vraisemblablement battu à mort par son colocataire, un homme fiché S âgé d’une trentaine d’années, sorti de prison quelques mois plus tôt.
« Il y avait le risque que l’appartement soit piégé », indique une source proche du dossier.

Car c’est l’auteur présumé de cet homicide qui aurait lui-même téléphoné aux policiers quelques minutes plus tôt, leur expliquant qu’il avait frappé celui qui l’hébergeait, et qu’il était mort sous ses coups. Il est aujourd’hui activement recherché, tout comme l’un de ses amis qui logeait juste en dessous et dont le niveau d’implication dans les faits reste à déterminer. »

Malgré ça pour notre bon ministre de l’intérieur être fiché S et repris de justice ne veut rien dire, ce n’est pas une preuve qu’ils sont des mauvais garçons au contraire.

Après les nationaux victimes des malfrats, au tour des policiers, et des militaires. Nous sommes devenus un peuple de victimes, ayant obligation de baisser la tête et les yeux devant le sauvage, celui chez qui la civilisation n’est toujours pas passé. Ainsi, notre lâcheté le conforte dans sa force, il se prend pour dominant, il n’est dans le fond qu’un sous-être n’ayant pas place ici-bas.

En un claquement de doigt nous pourrions le faire retourner chez lui dans son arbre perché ou dans sa montagne aux confins d’un espace que notre ancien Etat lui a créé, sans ce dernier sur terre faite de sable et caillasse il n’y avait rien, quelques ânes et des oliviers tout au plus. Il est piteux, il est bête, il est chez lui soumis la tête par terre telle une sorte de colibris.

Nous n’avons pas à avoir peur de ces gens, ses ancêtres avaient été balayé par un souverain empli du courage de l’action au contraire de ce que l’on connaît. Mais je ne m’en fais pas nous reviendrons à ce que nous avons fait. La seule question c’est quand. Au vu des événement c’est pour très bientôt.

 

 

  • Commentaires

    Commentaires