• ads
macron gros con

Le vrai visage de Macron apparaît, il n’est qu’un technocrate anti-Français doublé d’un menteur !

De Christian Vanneste, Député honoraire Président du RPF
. Politique
24 mai 2018
47 Vues
Christian Vanneste Député honoraire Président du RPF
Christian Vanneste
Député honoraire Président du RPF

Le masque est tombé. Il se décrochait depuis un certain temps, puis la cour médiatique essayait de le recoller. Cette fois, le vrai visage apparaît : le jeune Président brillant qui allait remettre la France en marche n’est qu’un technocrate hors-sol doublé d’un bonimenteur dont le talent oratoire ne cache plus le vide ou les incohérences. Sur la scène internationale, on s’était déjà aperçu du fossé grandissant entre la gesticulation mise en scène avec faste et les retombées pratiquement nulles dans un monde et une Europe de moins en moins conformes aux intuitions de Jupiter. Cette fois, le long discours narcissique sur une nouvelle politique de la ville ne laisse plus aucun doute : l’intention de séduire à chaque fois le public devant lequel on parle ne peut constituer une politique digne de ce nom.

Macron ne sait pas de quoi il parle et continue à mettre, entre la réalité et lui, les préjugés de la caste à laquelle il appartient : le microcosme des dirigeants « progressistes ». Le blocage intellectuel autour de l’antiracisme est un signe qui ne trompe pas. Il commence à justifier son rejet, car c’en est un, du Plan Borloo sous prétexte que sa mise en oeuvre serait issue d’un accord entre deux mâles blancs. Chacun appréciera cette légitimation des stéréotypes à la mode dans le discours dit progressiste pour éclater la société en identités conflictuelles. Leur utilisation renforce le communautarisme, au lieu de le combattre. L’une de ses propositions consistera ensuite à introduire une surveillance de la discrimination dans les embauches des grandes entreprises et il déplorera enfin l’augmentation des discours racistes et antisémites. C’est l’antiracisme idéologique dans toute sa splendeur : on insiste sur les différences et on se plaint ensuite des conséquences de cette insistance. La réalité du problème est occultée : l’immigration, qui n’est pas évoquée, fait se rencontrer des groupes de cultures antagonistes que la France ne peut plus assimiler, parce que cela lui est interdit au nom de l’antiracisme, et qu’elle ne peut davantage intégrer, parce qu’elle n’en a plus les moyens, ni même la volonté. Quand on apprend qu’un délinquant français d’origine burkinabé se fait massacrer à Pau par un groupe, notamment de jeunes Tchetchènes, on est conduit à penser que le problème n’est pas celui des discours racistes, mais celui des comportements de gens dont l’intégration est devenue très difficile, sinon impossible, et dont on peut supposer qu’il serait préférable qu’ils ne soient pas là. Tout le reste est bavardage.

Or, M. Macron est un grand bavard, expert en manipulation sémantique. La politique de la ville a 40 ans. Elle a commencé sous Giscard en 1977 avec 50 grands ensembles à réhabiliter dans le cadre « d’Habitat et vie sociale ». 14 plans plus tard, il y a 1300 quartiers prioritaires : DSQ, GPU, GPV, SRU, ANRU, ZEP… Depuis le tonneau des Danaïdes, on n’a pas fait mieux, que les Danaïdes s’appellent Dubedout, Castro, Tapie, Borloo, voire Simone Veil. Alors notre Président dit qu’il ne fera pas de plan, puisqu’ils ont tous échoué, mais qu’il changera de méthode, comme si la forme était plus importante que le fond. Voilà qui est symptomatique du personnage. Mais, surtout,  l’orateur a aussi été banquier et s’est aperçu que sa politique, encombrée de projets non financés, n’allait pas à l’essentiel des priorités : la baisse de la dépense publique. La méthode plutôt que le plan, c’est surtout l’impossibilité de trouver les 48 milliards du plan ! Celle du Renard dont les raisins sont verts puisqu’il ne peut les atteindre. Quant à son contenu, il consiste à recycler les vieilles recettes en nouvelle cuisine, c’est-à-dire avec miniaturisation des contenus : 30 000 stages pour les élèves de 3e, mais diminution des emplois aidés ; opération coeur des quartiers, dont le nom seul est nouveau ; information des Maires sur les fichés S, ce classement dont on a éprouvé la grande efficacité ; Agence (une de plus !) pour la cohésion des territoires….  Qu’un Président s’enlise dans ce catalogue de mesurettes dans un domaine qu’il ne maîtrise pas est navrant. Le style de moniteur de camp de jeunesse débordant de bonnes intentions et de mots creux n’était pas non plus à la taille de la fonction : « mobiliser » ? « accélérer » ? Mais pour faire quoi ? Pour aller où ? « Pour refaire République !  » : le type même de slogan concocté par des apparatchiks réunis pour formuler des « éléments de langage » et qui ne veut rien dire derrière son apparence ambitieuse et martiale.

Le comble est atteint avec l’insécurité, cette question qui embarrasse le banquier-technocrate qui a toujours vécu à l’abri du problème, entre Paris et Paris-plage. Alors que des gangs sont, dans certains arrondissements de Marseille, maîtres du terrain, ce n’est pas la police du quotidien, ni un renforcement de la lutte contre le trafic de drogue qui vont régler le problème. L’immigration et l’insécurité dont on ne peut nier la synergie sont les questions prioritaires pour de nombreux Français mais les cabinets dont notre Président est issu refusent de les voir.

  • Commentaires

    Commentaires