• ads
plaque-arnaud-beltrame

Montfermeil : Mélenchon refuse qu’on appose une plaque hommage au colonel Beltrame à cause du terme “terrorisme islamiste”

De Christian Balboa, je-suis-stupide-j-ai-vote-hollande.fr
. Politique
7 juin 2018
1 View
Je suis stupide j'ai voté Hollande je-suis-stupide-j-ai-vote-hollande.fr
Christian Balboa
je-suis-stupide-j-ai-vote-hollande.fr

La lutte contre le terrorisme autorise-t-elle à contrecarrer l’état de droit ? Vous avez 4 heures.

Oui, cela ferait un excellent sujet de dissertation …

mais uniquement pour les gens de droite !

Car à gauche, l’état de droit est devenu un alibi, un bouclier que les bien-pensants brandissent dès qu’on propose une mesure un peu efficace pour défendre notre pays !

Pour eux, il n’y a pas de débat ! Au nom des sacro-saintes valeurs de la République !

Chaque jour, l’état de droit rétrécit un peu plus nos droits. Pour être précis, ce sont les droits des honnêtes gens qui sont régulièrement réduits ! Car les bandits, les délinquants et bien sûr les terroristes n’ont que faire de notre état de droit. Ou plutôt, si, ils s’en servent en profitant des dispositions qui leur sont favorables.

Par exemple, qui sont les députés qui ont osé voter la loi qui autorise les squatteurs de biens immobiliers à rester maîtres des lieux si le propriétaire officiel ne réagit pas dans les deux premiers jours de l’occupation illégale ? Qui cette loi protège t-elle sinon les délinquants ?

Et que dire des vices de procédure, une date erronée, un tampon manquant, qui entraînent la remise en liberté de dangereux malfaiteurs, même si par ailleurs leur culpabilité est établie ?

L’Europe n’a rien arrangé à l’affaire avec sa Cour Européenne des Droits de l’Homme (CEDH), dont la légitimité reste très théorique et qui nous impose de plus en plus de contraintes (PMA, GPA, Immigration forcée) incomprises par une bonne part des peuples européens.

Pour en revenir au sujet de notre dissertation, en matière de terrorisme, l’état de droit est souvent brandi par la gauche pour limiter les moyens mis en oeuvre dans la lutte anti-terroriste. Et chaque nouvel attentat est l’occasion de nous faire la leçon :

  • Au nom du padamalgam et du vivrensemble, on nous interdit de nommer les choses par leur vrai nom, et de parler de terroristes islamiques. Il est par exemple reproché à Robert Ménard d’avoir donné le nom d’Arnaud Beltrame à une allée de Béziers en précisant sur la plaque : « héros français, victime du terrorisme islamiste ». A Montfermeil, l’adoption du vocable « terrorisme islamiste » a conduit trois élus du Front de gauche à quitter la salle du conseil au moment de la délibération !
  • On prétend que violer les règles de l’état de droit pour lutter contre le terrorisme constituerait une victoire pour les terroristes qui détestent la démocratie.

L’Occident et ses valeurs sont attaqués par le terrorisme islamique mais il est peut-être encore plus menacé par certains groupes (les islamo-gauchistes, notamment) qui défendent le communautarisme et aussi par ses propres lois qui le privent de moyens de lutte efficaces contre ses ennemis.

Le procureur de Paris, François Molins, peu connu pour ses outrances, et respecté de tous et tenu pour un grand professionnel, vient de jeter un pavé dans la mare :

Il semble bien que l’on soit totalement démuni face à cette gravissime menace et que l’on ne puisse rien faire ! Même le « principe de précaution » ajouté par Jacques Chirac dans la Constitution, semble impuissant à permettre toute mesure conservatoire vis-à-vis de ces personnes dangereuses ! A l’inverse, de bonnes âmes s’émeuvent de la situation de cette jeune femme partie faire le djihad en Irak et qui vient d’être condamnée par la justice irakienne à la prison à vie …

Mais combien de temps cette situation sera t-elle acceptée par les Français ? Si les attentats terroristes se multiplient, combien de morts innocents faudra t-il pour que l’on se réveille, pour que l’on nettoie notre arsenal législatif de toutes ces protections qui ne protègent que les délinquants et les terroristes ?

Si l’on ne fait rien, deux dangers nous menacent :

  • Que des partis extrémistes soient portés au pouvoir,
  • Que la justice se fasse dans la rue (représailles contre les mosquées par exemple).

Mais, on ne sent pas une volonté politique de devancer ces deux menaces !

Cet article a surtout pour objectif de lancer un grand débat sur le sujet … Alors, tous à vos commentaires !

 

  • Commentaires

    Commentaires