• ads
16 ans

3 migrants marocains violent une jeune fille de 16 ans. Et Macron voudrait qu’on accueille ces gens !

De Manuel Gomez, Journaliste, Ecrivain
. Société
10 septembre 2018
294 Vues
Manuel Gomez Journaliste, Ecrivain
Manuel Gomez
Journaliste, Ecrivain

Haute-Corse – Le 29 août un professionnel de santé est contacté pour obtenir un rendez-vous le 3 septembre pour une consultation concernant un enfant.

Avant de consulter, le professionnel de santé demande à la mère de l’enfant, présente, de bien vouloir ôter son voile, puisqu’elle est entièrement voilée (burqa).

La mère refuse et le prévient qu’elle fera intervenir son mari.

Deux jours plus tard, le 5 septembre, le mari pénètre dans le cabinet de ce professionnel de santé et le menace avec une arme de poing, un pistolet.

Le professionnel de santé a déposé plainte le jour même auprès du procureur de la République.

Vendredi après-midi, le président du Conseil exécutif de Corse, Gilles Simeoni, s’est prononcé sur cette affaire (Twitter) : « Si ces faits sont avérés, ils sont inacceptables. Il n’y a pas de place en Corse pour l’islamisme et le fondamentalisme. Notre île est, et restera, une terre de liberté et de tolérance ».

Italie – Dans la localité italienne d’Avezzano, près de la capitale Rome, trois migrants illégaux, d’origine marocaine, ont agressé une adolescente de 16 ans, l’ont déshabillée puis violée.

Deux des trois criminels ont été arrêtés, ils sont âgés de 24 et 26 ans.

La traque se poursuit pour appréhender le troisième délinquant.

Les Marocains ont menacé la jeune fille de la tuer si elle prévenait la police, c’est donc accompagnée de son père qu’elle s’est rendue au commissariat pour dénoncer son viol en réunion.

La population manifeste sa colère, déjà marquée par le récent viol, également d’une adolescente de 15 ans, dans la localité de Jesolo, proche de Venise, par un migrant d’origine sénégalaise de 25 ans.

Espagne – Les citoyens du pays basque se soulèvent contre le parti « Lehendakari Urkullu » qui défend l’immigration illégale, assurant que « les Basques ont été également des immigrants et qu’ils n’auraient eu aucun avenir s’ils avaient été rejetés par les pays vers lesquels ils émigraient ».

La population basque répond à ce parti en lui signalant que « les Basques ont émigré pour travailler et ont respecté les populations des pays dans lesquels ils se sont installés. Que cela est totalement différent avec les migrants illégaux qui arrivent du Maroc, d’Algérie et de l’Afrique subsaharienne. Il ne faut pas comparer l’immigration espagnole avec l’invasion des « parasites » que nous subissons actuellement.

Nos parents ont été des immigrés, certes, mais ils ont travaillé sans qu’aucun pays ne les ait aidés financièrement. Il s’agissait d’une immigration qui construisait et non pas pour percevoir des aides comme c’est le cas de ces « parasites ».

Nos parents n’ont jamais agressé, violé, assassiné ».

Le 27 août dernier, deux migrants d’origine marocaine, âgés de 25 et 36 ans, ont violemment agressé un garagiste de la localité de Salobreña, proche de Grenade (Andalousie).

Ils l’ont appelé pour réparer une voiture en panne, à côté de l’arrêt de l’autobus, mais dès son arrivée et aussitôt penché sur le moteur, le capot ouvert, pour rechercher l’avarie, il a été saisi par le cou et menacé d’un couteau, roué de coups.

Les deux Marocains lui ont volé sa carte bancaire, son téléphone portable et se sont enfuis en laissant le pauvre mécano sur l’asphalte.

Des passants ont alerté les secours et la Guardia Civil. Le mécanicien a été évacué vers le centre médical le plus proche.

Grâce au téléphone portable, utilisé par l’un des Marocains, les policiers ont pu interpeller le plus jeune des deux. L’autre a sans doute réussi à s’enfuir vers le Maroc tout proche.

France : Vesoul (70) – Le procureur de la République de Haute-Saône, Emmanuel Dupic, annonce qu’en plein centre-ville de Vesoul, au « Jardin anglais », un jeune homme âgé de 25 ans a reçu un coup de couteau au thorax.

Cinq migrants illégaux, de nationalité afghane, âgés de 18 à 27 ans, dont l’auteur du coup de couteau, ont été placés en garde à vue au commissariat pour « violences en réunion avec arme ».

Marseille (13) – Policier à Paris, il va rendre visite à son frère, policier à Marseille. En civil, hors service et sans arme, bien entendu, ils vont faire la fête dans une boîte de nuit du quartier de la Joliette.

Une altercation se produit. Afin de mettre fin à la rixe, l’un des policiers sort sa carte, c’est alors qu’un individu sort, lui, un pistolet et tire à trois reprises sur les deux policiers.

L’un des deux est très grièvement blessé au thorax et l’autre plus légèrement à une cuisse.

Explications fournies par le procureur de la République des Bouches-du-Rhône.

Orléans (Loiret) – Trois mineurs âgés de 17 ans ont été arrêtés jeudi et sont en garde à vue pour avoir agressé, dans la nuit de lundi à mardi, un jeune homme.

Il a été poignardé à l’abdomen car on voulait lui voler sa cigarette électronique.

Hospitalisé, il est hors de danger.

Selon la formule, désormais habituelle, nous ne connaissons pas les identités ni les origines de ces criminels !

 

  • Commentaires

    Commentaires