• ads
marlène pute

Quelle honte ! Après les strings pour homme, les soutiens-gorges pour homme. Où va-t-on ?

De David L. Polémiste et Editorialiste, Spécialiste en criminologie
. Société
11 septembre 2018
15 Vues
David L.
David L. Polémiste et Editorialiste
Spécialiste en criminologie

La société marchande est amorale par nature. Son seul et unique but est de vendre coûte que coûte des produits toujours plus innovants. Les femmes et les gays étant les meilleurs consommateurs, il a fallu pour toucher 50 % de la population restante, à savoir les hommes, les féminiser. L’homme étant par nature plus dans une consommation pratique qu’esthétique, le capitalisme de séduction s’est attelé à cette tâche ardue qu’il a, il faut bien le dire, réussie au fil des décennies en Europe de l’ouest, aux USA et au Canada.

Leur rapport à leur propre corps et à la séduction a complètement changé. Ils ont accepté d’être « objetisés ». De faire presque autant d’efforts que les femmes pour plaire, pour être sélectionnés.
Le rapport ontologique entre les hommes et les femmes s’est inversé. Ce n’est plus l’homme, naturellement prédateur, qui chasse la femelle parée de ses plus beaux atours pour susciter le désir masculin primaire et bestial, mais la femme qui le choisit selon des critères entièrement féminins (esthétiques, physiques, vestimentaires).

Nous sommes aujourd’hui en 2018 et voilà qu’après le string pour homme, le déodorant, parfum et crèmes de beauté pour homme, nous avons les soutiens-gorges pour homme. Une nouveauté créée par une marque de vêtements australienne.

Ils n’ont vraiment aucune limite ces ordures ! Jusqu’à quand les hommes se laisseront-ils dociliser ? transformer en femme ? Jusqu’à ce qu’ils leur poussent un vagin ? Là enfin ils comprendront qu’ils n’en sont plus ?

Quand je vois les jeunes générations d’hommes, je me dis mais ce n’est possible ! On a fait des expériences génétiques sur eux pour qu’ils soient autant « fiotassisés » ! J’observais l’autre jour un jeune couple d’une vingtaine d’années assis devant moi. Rien dans l’apparence ni dans l’attitude ne permettait de les distinguer. Une androgynie parfaite, mortifère pour l’espèce humaine.

J’ai honte de mon peuple quand je vois ça, et si on ne réveille pas la virilité française blanche par un quelconque moyen, alors nous sommes perdus sur tous les plans. Nous disparaitrons de la surface de la terre, « génocidé » par substitution par un peuple qui d’un point de vue anthropologique mérite de nous remplacer.

  • Commentaires

    Commentaires