• ads
hébergement migrant

Migrants : 1.200 places d’hébergement d’urgence supplémentaires en Ile-de-France d’ici fin septembre

De Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
. Société
12 septembre 2018
23 Vues
Mike Borowski
Mike Borowski
Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer

Expulsion, il s’agit de la seule méthode qui vaille avec les indésirables. La France n’a pas vocation à maintenir sur son sol des populations rejetant le modèle d’assimilation nationale et vivant essentiellement de la solidarité des compatriotes. La générosité du pays l’est à des moments ponctuels en faveur d’un autochtone victime d’un accident de la vie quel qu’il soit et ayant cotisé durant ses années professionnelles.

Seulement ce n’est pas le cas dans la France du règne de l’Etat providence pour tous ceux qui ont posé le pied sur notre sol avant-hier. Chaque année nous perdons 250 000 jeunes diplômés aussitôt remplacé par 250 000 (chiffres officiels on peut officieusement le doubler) étrangers non-assimilables, sous-éduqués, et futurs sur-subventionnés.

Le parallèle peut-être fait avec cette volonté de l’Etat de payer des chambres d’hôtel aux migrants et à tous ceux qui posent le pied sur notre sol.

Ainsi, « L’État va créer d’ici fin septembre « 1.200 places d’hébergement d’urgence supplémentaires » pour migrants en Ile-de-France, afin d’éviter la reconstitution de campements, a indiqué mardi la préfecture de région. 

Ces créations, qui porteront le total à 9.131 places en Ile-de-France, permettront d’héberger temporairement les migrants à la rue et pris en charge lors d’opérations de mises à l’abri, a indiqué Antoine Troussard, chef-adjoint de cabinet à la préfecture de région. « L’idée est de proposer un hébergement digne et de les orienter vers des centres en dur », a-t-il ajouté, en rappelant qu' »entre 380 et 400 personnes sont prises en charge par semaine » à Paris lors d’opérations de ce type.

Au total, 1.663 migrants ont été mis à l’abri en juillet et 1.797 en août, a-t-il ajouté. Les places seront créées dans des centres « de 80 à 100 places en moyenne », dans des bâtiments existants, et permettront de fermer au fur et à mesure des gymnases réquisitionnés pendant l’été pour héberger les migrants. Au total onze gymnases ont été ouverts dans la région et, les réquisitions ayant été prolongées, huit étaient encore utilisés mi-septembre. »

A quoi sert de garder ces individus, dont le refus obstiné de se fondre dans le moule national provoquera de terribles remous dans notre pays, si ce n’est pour détruire les fondements de notre pays. Qu’on ose me prouver le contraire.

  • Commentaires

    Commentaires