• ads
chérif

L’auteur de l’attentat de Strasbourg Chérif C. fiché S condamné 29 fois et laissé libre par la justice

De Dreuz Blog d'opinion dreuz.info,
. Politique
12 décembre 2018
301 Vues
Dreuz Blog d'opinion dreuz.info
Dreuz Blog d'opinion dreuz.info

Mardi soir à 19h50, un homme a ouvert le feu en hurlant Allahou Akbar (le dieu de l’islam est le plus grand) près du marché de Noël de Strasbourg, faisant 3 morts et 12 blessés, dont 6 dans un état très grave.

Bien avant la presse francophone, Dreuz était en mesure de publier une photo et l’identité du tueur présumé. Ce mercredi matin, alors que de nombreux médias étrangers confirment l’identité de l’islamiste, les médias français qui publient sa photo et son nom se comptent sur les doigts d’une main. Pourquoi ?

L’attentat

Après avoir tiré au hasard sur la foule, apparemment avec un revolver, un peu avant 20h, près du marché de Noël de Strasbourg, le suspect été blessé par des soldats de la force Sentinelle.

Chérif Chekatt a échappé deux fois aux recherches, et s’est enfui dans un taxi qui a confirmé que l’homme était blessé. Il a alors disparu dans la nature. Au moment d’écrire ces lignes, 350 policiers et gendarmes sont à sa recherche, mais les autorités ne l’ont pas encore localisé.

5 personnes ont été arrêtées et sont entendues par la police.

Chekatt est un dangereux islamiste en liberté. Pourquoi ? Parce que la vie humaine n’est pas la plus haute priorité.

Ce qu’on sait de Chérif Chekatt

  • Chérif Chekatt est un Français de souche nord-africaine. Il est né à Strasbourg le 4 février 1989 – il a 29 ans.
  • Il habite dans un immeuble populaire de Strasbourg, cité du Hohberg à Koenigshoffen, où l’on compte 13 noms à consonance arabe sur 31 à son adresse (2), et qui semble être connu pour être un repère d’islamistes.
  • Il est fiché S pour « radicalisation », un terme qui désigne les personnes qui veulent appliquer à la lettre les ordres du coran, le plus politique étant d’islamiser l’ensemble de la planète par ordre d’Allah.
  • La marque noire au milieu de son front semble confirmer cela, elle apparaît lorsqu’on pose le front sur le tapis de prière pendant des longues années.
  • La lettre S, pour « sûreté de l’Etat », correspond à un fichier créé en 1969 (1) et qui compte 400 000 personnes, qui vont de mineurs recherchés pour fugue, à des membres du grand banditisme en passant par des évadés de prison et des militants politiques ou écologiques.
  • Christophe Castaner a déclaré que le suspect est « très défavorablement connu des services de police », et a déjà été condamné « en France et en Allemagne ».
  • Il a été condamné en 2011 à deux ans de prison, dont six mois fermes, pour avoir agressé et blessé au visage un adolescent de 16 ans en le frappant avec un tesson de bouteille lors d’une rixe au centre commercial des Halles à Strasbourg. (3)
  • Délinquant depuis son plus jeune âge (5), suivi (on voit le manque de moyens et donc d’efficacité de ce suivi) pour radicalisation depuis plusieurs années, fréquentant des milieux islamistes dangereux, Chekatt a été condamné à des peines de prison à plusieurs reprises pour vol, violence et trafic de drogue, et avait recouvré la liberté fin 2015.
  • Son casier judiciaire a 27 mentions pour des délits commis en France, en Allemagne et en Suisse.
  • Il était recherché par la police, avec plusieurs autres personnes, dans le cadre d’une affaire d’homicide, un vol à main armée qui a mal tourné, et devait être interpellé le matin même de l’attentat. Hélas pour les victimes, le tireur ne se trouvait pas à son domicile lors de l’arrivée de la police, qui a découvert sur place des grenades. Ses complices présumés ont quant à eux été arrêtés.
  • Un des frères de Chekatt est en garde à vue.
  • Selon Laurent Nuñez, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Intérieur, Chekatt est «un individu connu en droit commun pour beaucoup de délits autres que liés au terrorisme, il n’a même jamais été connu pour des délits liés au terrorisme. Il était suivi par les services de renseignements après la détection d’une radicalisation dans sa pratique religieuse mais n’avait jamais [donné] de signe de passage à l’acte».
  • Il était suivi « à bas bruit » pour prosélytisme en prison, mais n’a pas cherché à aller combattre en Syrie.
  • Après l’attentat, Chérif Chekatt a tiré sur deux motards de la Police nationale en circulation.

Le 26 décembre 2000, quatre hommes membres d’al Qaïda, étaient arrêtés à Francfort. Ils projetaient un attentat contre la cathédrale et le marché de Noël de Strasbourg (4).

En mars 2013, les quatre terroristes – trois Algériens et un Franco-Algérien – avaient été condamnés par le tribunal de Francfort à des peines allant de dix à douze ans de prison.

Un an et demi plus tard, dix autres personnes impliquées dans la préparation de l’attentat avaient écopé de peines allant d’une à dix années d’emprisonnement devant la 14e chambre correctionnelle du TGI de Paris.

Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour « assassinats, tentatives d’assassinats en relation avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs terroriste criminelle »

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg

  • Commentaires

    Commentaires