• ads
nick conrad2

Pour avoir chanté « pendez les blancs », le rappeur Conrad juste condamné à 5000€ avec sursis !

De Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
. Politique
10 janvier 2019
101 Vues
Mike Borowski
Mike Borowski
Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer

La justice Française toujours aussi juste si je puis dire. Elle ne me surprendra jamais, ses décisions vont toujours à l’encontre des Français. De toute façon nos juges détestent ce pays qu’est la France, non eux ce qu’ils aiment ce sont les trublions, les voyous, les délinquants, les criminels, tout ce que la banlieue produit de chance pour la France.

Par conséquent nos rappeurs sont traités à tous les égards qui leur est visiblement dû. Pour nos juges les Booba, Kaaris, et autre Nick Conrad sont les Baudelaire, Châteaubriand, et Stendhal des temps modernes, leur parole est donc sainte. Ils ont donc toute liberté à cracher leur haine de la France, des Français dans leurs pseudos chansons. Car il faut se le dire, leur rap et je vais le dire de façon très triviale, je m’en excuse d’ailleurs par avance, c’est de la merde. Il n’y a rien de poétique ou d’appréciable musicalement dans leur chanson, hormis de mauvaises boîtes rythmiques. Bon c’est qu’un jugement de valeur, à la rigueur si cela s’arrêtait à cela ça irait, les différentes générations n’appréciant pas la culture des suivantes et c’est compréhensible.

Seulement nous ne sommes pas dans un débat artistique, mais dans un débat de fond forgeant la vision de la haine de notre terre pour faire passer une propagande allant à l’encontre de la patrie. Doit-on par exemple accepter que des rappeurs appellent à tuer des blancs, à les pendre, à les assassiner, sous prétexte de culpabilisation de l’esclavage ou de la colonisation ?

Pour nos juges la réponse est forcément positive, étant donné que dans leur esprit le Français de souche est sommé de mourir pour laisser la place à toutes ces chances décidées à remplacer l’autochtone.

Ainsi, parce que l’ami Conrad à appeler à « pendre les blancs » il sera condamné à 5000€ d’amendes avec sursis, c’est-à-dire qu’il n’aura rien à payer, ni peine à purger. Vous avez donc aujourd’hui le droit en France d’insulter l’indigène de France et à appeler à sa mort, c’est de la liberté d’expression. Mais garde à en faire de même sur d’autres car ce serait du racisme, de la xénophobie et de l’appel à la haine. Pour cela vous serez condamnez à la pitance, la prison et pourquoi pas les travaux forcés.

  • Commentaires

    Commentaires