• ads
alain juppé1

Moi Alain Juppé condamné pour prise illégale d’intérêt, je toucherai 15000/mois au Conseil constitutionnel

De Corto74 Blogueur corto74.blogspot.fr/,
. Politique
15 février 2019
606 Vues
Corto74 Blogueur corto74.blogspot.fr/
Corto74 Blogueur corto74.blogspot.fr/

Nomination au Conseil Constitutionnel: Alain Juppé s’explique.

Billet librement inspiré d’un post de Pierre Duriot

Bonjour,

Voyez-vous, je vais être nommé au Conseil constitutionnel et je suis contraint de quitter ma bonne ville de Bordeaux après l’avoir remarquablement plombée même si avec 343 millions de déficit je fais nettement moins bien que ma collègue parisienne. Au Conseil Constitutionnel donc, je m’en vais, la politique politicienne, ce n’est plus ma chose et puis l’ambiance est tellement pourrie en ce moment que franchement, j’en avais plein le dos. Rendez-sous compte, il y a même des hordes de gilets jaunes qui massacrent chaque samedi la ville que j’ai moi-même personnellement et avec vos sous réveillé, endormie qu’elle était depuis des années. Je me suis mis à parler comme eux pour qu’on essaie de se comprendre mais ils ne comprennent rien et puis le pouvoir d’achat, ce n’est pas un problème pour moi, je ne vois pas pourquoi ça en serait un pour eux. Si à cela vous rajoutez les réseaux sociaux tout plein d’injures et de haine de l’Autre, stop, ça suffit, j’en peux plus. Droit dans mes bottes, fier du travail accompli, je m’en vais donc palper 15 000 boules à Paris au Conseil. Comprenez-moi bien, j’ai beau avoir 73 ans et vécu quasiment toute ma vie sur la gueuse, j’en ai jamais assez alors 15 000 boules, je prends. Vous feriez de même à ma place, non ? Et puis en plus, comme c’est Richard Ferrand qui m’a fait signe et certainement pas Macron, contrairement à ce que certains haineux prétendent, si en même temps je peux faire chier avec ce ralliement à la Macronie Les Républicains, on va pas s’en priver, n’est-ce pas ? Il est vrai que lorsqu’il s’agit de mettre le brin dans mon ex famille politique, je suis assez doué, Sarko et Fillon s’en souviennent encore… les cons.

Quoi ? j’aurais dans le passé certifié que je ne quitterais pas ma bonne ville, que les Bordelais c’était ma chair, mon sang et toussa. Oui, et alors ? Vous avez déjà vu un politicien respecter ses promesses ? Pas moi.

Et puis zut, avec le parcours politico-judiciaire que j’ai, j’ai bien mérité de la République. Quoi ? , l’infernal blocage de la France en 1995 avec ma foireuse réforme des retraites, je n’y étais pour rien, c’est Chirac qui l’a voulu, moi je n’obéissais qu’aux ordres et puis là aussi, si les Français ont galéré à cette époque, perso, voiture de fonction et gyrophare, je n’ai jamais été gêné, ça roulait pour moi. Et ça n’a duré qu’un mois alors que les pouilleux en jaune, ça fait trois mois que cela dure…

Quitter Bordeaux, ce n’est pas une première, j’avais déjà quitté la vie politique en 2004, après une condamnation à 14 mois de prison avec sursis et à un an d’inéligibilité pour une sombre histoire d’emplois fictifs et de prise illégale d’intérêt, à Paris. Finalement ce n’était pas si grave, pendant tout ce temps-là, j’ai continué à palper l’oseille que la République m’accordait mensuellement, suffisamment pour accepter l’aumône que me filaient les Canadiens pour que je donne des cours à leurs rejetons… Repris de justice ? Et alors, vu que cela ne dérange plus personne de nommer à des postes importants des ex-condamnés, je ne vois pas pourquoi j’aurai refusé ce poste merveilleux; les Bordelais d’ailleurs ne s’y sont pas trompés, ex-condamné peut-être mais élu maire plusieurs fois… Et puisque j’avais raté la dernière marche en 2017, c’est un peu mon bâton de maréchal le Conseil. Mon parcours ? Un sans faute finalement, ou quasiment.

Certes, en 2007, alors Ministre, j’ai démissionné de mes fonctions après avoir pris une veste aux législatives, pas grave, je suis retourné à Bordeaux et j’ai été réélu. Une veste un jour, un mandat toujours…

Quoi des retournements de veste ? D’accord, fut une époque, du temps du RPR, les immigrés, je ne les aimais pas. Et alors ?, c’était il y a longtemps. Okay, je n’étais pas pour le mariage zinzin et la PMA et maintenant je suis pour, comme Macron Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis et comme je n’en suis pas un mais plutôt genre premier de la classe, alors ce que vous appelez retournements de veste, moi j’appelle cela: évolution, une conversion personnelle comme il dit Emmanuel, pas de quoi en faire un plat !

Voyez,  2016, j’ai perdu la primaire à droite face à Fillon. Je me suis donc rapproché de Macron, mon ex-adversaire et j’ai quitté les Républicains: évolution, conversion.

Alors oui, ça me brise le cœur de quitter MA ville mais, en 2018,  Bordeaux que je gère a été épinglée par la Chambre des comptes. La municipalité aurait fait apparaître dans ses recettes des emprunts non réalisés, dans le seul but d’équilibrer les comptes et de masquer l’endettement municipal par certaines pratiques comptables anormales, dit le rapport de la Chambre régionale des comptes (CRC) de Nouvelle-Aquitaine. En gros, en 2013 et 2015, respectivement, l’ardoise est de 3,6 millions d’euros et 9,5 millions d’euros, selon les calculs des magistrats. Il était donc temps que je m’en aille avant d’être à nouveau rattrapé par la patrouille, mon successeur est en marche, il s’en dépatouillera.

On me dit islamo-compatible (avant on disait clientéliste ou électoraliste) parce que j’ai décoré l’imam, frère musulman, Tareq Oubrou de la légion d’honneur et soutenu la construction d’une mosquée de 12 000 m2 avec mon pote musulman  mais c’est nortmal, c’est aussi cela la République, le VivrEnsemble et l’accueil de l’Autre, on ne va pas me blâmer pour cela. Ceci dit, je ne souhaite pas trop en parler, c’est une question ultrasensible pour les élus: lécher les babouches et flirter avec les cathos, pas facile. Oui, j’avoue publiquement ne pas avoir lu le Coran, mais à quoi bon, puisque les frérots me disent qu’ils sont « modérés » et que de toute façon, l’islam est religion de paix et d’amour, tout le monde le sait. Comme chacun sait que je suis un homme ouvert sur le monde, ouvert au monde, le multiculturalisme, c’est inévitable, c’est… l’évolution.

Oui, 40 ans que je me sers, 40 ans que je sers mon pays, droit dans mes bottes, sinueux dans mon parcours, certes, mais 40 ans tout de même à ne penser qu’au bien commun, à Bordeaux, à l’avenir du pays, aux jeunes, aux vieux, à l’Europe que je souhaite fédérale, à ma pomme; 40 ans de bons et loyaux services bien rémunérés, 40 ans à prendre des  coups et à en donner, tout cela ne valait-il pas cette reconnaissance ultime, mon passeport pour la cour des Invalides le jour où je casserai ma pipe ? Assurément, si !

Comme dirait l’autre, ma pauvre Cécile, j’ai soixante-treize ans et je suis fini, mais j’ai encore de l’appétit pour l’argent public, un putain d’appétit alors je vais siéger à vos frais encore un peu , tout juste neuf ans, et si cela ne vous plaît pas, sachez que je vous emmerde… (oh pétard, que cela fait du bien de pouvoir parler comme les Jaunes, plus besoin de séduire, plus de campagne électorale, plus d’électeurs à séduire, que de l’oseille à prendre…).

Vive le France et Vive la République !

  • Commentaires

    Commentaires