• ads
macron veau

La chienlit, c’est maintenant !

De Nanouche, blogueuse
. Politique
20 février 2019
50 Vues
Nanouche blogueuse
Nanouche
blogueuse

La Macronie n’est forte qu’avec les faibles. Quand il a fallu faire une loi de circonstance pour condamner des « gilets jaunes » en montrant ses soi-disant muscles, elle a immédiatement réagi… Et pour le reste, nous assistons au délitement de la société.

L’Enlysée » n’a plus que le mot « nation » à la bouche, à moins que sa conception de la nation ne soit qu’une ‘façade’ de plus, tout comme lorsqu’il emploie le mot République, en guise de programme qu’il n’a toujours pas, devant les maires ?

Le voilà donc bien embourbé le « puceau de la pensée » qui veut modifier la loi de 1905, insidieusement, pour y faire entrer « l’islam de France ». Et pendant que Macreux1er dégoise, s’agite et brasse de l’air, c’est la chienlit la plus totale. Allo Manu ! On ne t’a pas encore entendu condamner les propos obscènes et antisémites de Jean-Pierre Mignard, ami intime de Normal1er qui présidait – souviens-toi – ta «commission d’éthique» lors de ta campagne présidentielle. L’Entullé au rassemblement place de la République, quelle honte, souvenez-vous : lors du massacre dans l’école juive de Toulouse, il avait expliqué pour qualifier Merah (nous étions alors en pleine campagne électorale) qu’il s’agissait d’un « concitoyen perdu de la République » (mot pour mot, c’est ce qu’il avait dit). Aujourd’hui donc, ce même Hollande était au rassemblement, impatient de parler dans les micros tendus par la pressaille. Alors nous lui demandons : il marche contre l’antisémitisme ou contre des « concitoyens » qui seraient « juste perdus »? Qu’il nous explique. Ah, les prétextes de la gauche rien-pensante, aucune honte, et le voilà se pavaner, lui qui n’avait également pas hésité à mettre en cause les dysfonctionnements de l’Etat !

Quand on divise les français du matin au soir, on fait le jeu de l’intolérance, de la haine de l’autre, du racisme et de l’antisémitisme, du populisme. Et soudain le Philippe se réveille : « nous avons un problème avec l’antisémitisme », non pas possible… Vous ne manquez pas de cynisme! Il mentionnait il y a peu, l’existence d’une « nouvelle forme d’antisémitisme ». On s’interrogeait : « Existe-t-il une nouvelle forme d’antisémitisme ? » Mais cette question a bien peu de sens. On a l’impression que l’on parle de la résurgence d’un phénomène ancien, qui reviendrait sous une « nouvelle forme ». Ou d’une permanence qui muterait seulement par sa forme, alors que c’est bien sa nature et son contenu qui sont en cause. En tout cas, on est prié de croire qu’on a affaire à une réalité qu’on ne sait pas, ou pas encore, nommer. Une séance câlinothérapie de Macronéron au dîner du CRIF, ne sera pas suffisante ! Entre l’antisémitisme qui s’étend et la profanation des églises qui devient journalière, il paraît qu’il ne faut pas stigmatiser ni faire d’amalgame. Hypocrisie malsaine, déni et lâcheté face à l’islamisme. Où sont les français musulmans qui vivent sereinement? Où sont-ils ? N’ont-ils pas honte de laisser des assassins et des tarés ‘parler’ en leur nom ? Qu’attend-ils pour se révolter ? N’en ont-ils pas ras le bol de subir ? Quel est le meilleur instrument de duplicité au rabais pour ceux qui veulent condamner sans vraiment condamner ; c’est l’emploi du « mais », sauf qu’il n’y a pas de MAIS qui tienne ! Ce, MAIS nous l’avons surtout entendu à gauche ! Il faut lire les commentaires des lecteurs du Monde, sont pleins de « mais ». Il faut les voir, fiers de défendre la veuve et l’orphelin, MAIS, estimer que si Finkielkraut prenait davantage position contre Israël, il ne serait pas attaqué dans la rue. Défendre la veuve et l’orphelin, MAIS, trouver normal qu’on attaque un juif sur ses origines si ce dernier exprime des opinions contraires aux leurs. Que certaines personnalités se réclamant de la gauche et de l’extrême gauche minimisent la portée des insultes antisémites proférées contre Finkielkraut, ne saurait étonner. Cette presse de gauche et certains journaleux de gauche ont une lourde responsabilité dans le délitement de la société. Très répugnante ‘Une’ du Monde mardi : « Antisémitisme, la face sombre des Gilets jaunes ». Scandaleux amalgame. Que de cris si on écrivait : « Djihadisme, la face sombre de l’islam » ! Cette gauche va nous resservir du « vivrensemblisme » au nom du Bien et continuera à se voiler la face. Un rassemblement « symbolique » ne changera rien, avec un abus de bons sentiments! Que tous ces « bien-pensants », cessent de pousser vers une idéologie qui n’a pas renoncé à nous conquérir depuis le IXe siècle. Comment s’appellent les assassins d’Ilan Halimi, de Mireille Knoll, de Sarah Halimi, du Bataclan, de l’école juive de Toulouse, etc, Pierre, Paul, Jacques ? Dans l’inconscient progressiste, le Juif a longtemps représenté le ploutocrate, un antisémitisme de gauche, née au XIXe siècle et qui puise dans l’anticapitalisme la lutte des classes qui devait se charger d’éliminer. Quid des gauchos ultras violents que la police connaît tout comme la Justice qui ne fait rien ? Partout chacun sait faire la différence entre le bien et le mal. Mais après quand le mal est fait, c’est plus facile de se faire l’avocat de la défense et surtout d’exister aux yeux de l’opinion. Alors, il est bien tant de le dénoncer, mais trop tard ! Appeler le mal par son nom et le bien sera reconnu de tous. Le mal est partout, mais c’est en France entre autres qu’on le dissimule le mieux. Responsables, mais pas coupables les médias qui refusent toujours de nommer quoi que ce soit ! C’est une chose de laisser dire qu’il existe dans notre pays un antisémitisme musulman, c’en est une autre de l’affirmer.. On nous parle de la montée de cette haine et d’actes violents contre les juifs, on ne cesse d’interviewer des spécialistes pour décrypter le phénomène, et puis ? Chaque fois on convoque les skinheads, Vichy, des jeux de mots qui ont plus de trente ans, etc… On recherche désespérément le Breivik français. On persiste dans l’aveuglement, par un concours de périphrases qui permet de ne jamais nommer le mal qui ronge la France. Cette malhonnêteté n’est plus soutenable. Toujours aussi courageux, Macreux1er ne nomme personne et ne met pas de nom dessus ! « On prendra des actes, … » blablablaaaa ! C’était aussi l’occasion de parler des profanations contre les Églises pour dénoncer ce qu’il passe dans ce pays, mais MacronGrandeBouche une fois encore n’a pas su saisir le moment. Quid de la tristesse des catholiques qui voient des églises profanées ? Les images terribles d’autels souillés, de statues dégradées, de tabernacles déversés n’auraient-elles pas dû faire la « Une » de tous les journaux et tourner en boucle sur nos écrans ? On n’aimerait pas que des catholiques en arrivent, par délaissement, à penser qu’il n’y en a que pour les juifs. Comme le dit Alain Finkielkraut, « nous sommes dans le même bateau ». Qu’est-ce qu’il attend pour combattre les haineux qu’il dénonce ? Qu’est-ce qu’il attend pour fermer les mosquées salafistes ? Qu’est-ce qu’il attend pour combattre toutes ces personnes qui salissent, menacent et profanent tout ? Petit « président » si petit président qui n’est pas à la hauteur de sa tâche ! Une pensée pour les familles des victimes, avec le retour des djihadistes… Dans les banlieues, la sécession islamiste a continué à progresser, s’appuyant sur les calculs politiques des uns et la résignation des autres. Alors, nous avons de plus en plus de mal à croire aux phrases qui commencent par « nous n’accepterons pas », « nous ne tolérerons pas », « nous résisterons » car elles précèdent souvent les abdications en rase campagne. On déclare, la voix grave, que rien ne sera plus comme avant. Et tout est comme avant. Ou pire. Une inscription « Juden » sur la vitrine d’une boutique Bagelstein, des tags de croix gammées sur les portraits de Simone Veil et aujourd’hui un cimetière, des dégradations, etc… Ces actes sont bien sûr insupportables, effrayants. Nous sommes aujourd’hui face à un pouvoir et des organisations politiques extrêmement cyniques, qui utilisent les juifs sans aucun scrupule au service de leur agenda politique. Pareille manipulation renforce bien entendu l’antisémitisme, qui viendra à son tour renforcer cette logique perverse et donnera de nouveau l’occasion à la classe politique de manipuler l’antisémitisme. C’est infernal. La manipulation politique à laquelle nous assistons montre l’absence totale de réflexion stratégique sur cette question. Il y a l’usure des mots, des slogans, des marches, des bougies et de l’indignation elle-même. Au lieu de déblatérer, Macreux1er en prenant votre tête de circonstance, AGISSEZ DONC ! À bon entendeur !

 

  • Commentaires

    Commentaires