• ads
brigitte macron11

Un internaute risque la prison après un commentaire Facebook violent contre Brigitte Macron

De Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
. Politique
20 février 2019
1310 Vues
Mike Borowski
Mike Borowski
Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer

La justice nationale c’est, soyons forts avec les faibles et faibles avec les forts, en effet je n’entends ou ne lis jamais une peine de prison exemplaire pour un gros caïd de la drogue ou un politicien d’envergure.

Voyez les dernières affaires en cours il a fallu attendre 8 mois pour que Benalla mette un pied en prison, pareil pour Jérôme Cahuzac ou Claude Guéant qui échapperont à la détention malgré de fortes condamnations.

Par contre si vous êtes un pauvre gars qui aura écrit un commentaire virulent contre Mme Macron là c’est le coup de bâton. Ainsi, « Après un commentaire haineux posté sur la page Facebook du journal L’Union, Brigitte Macron a déposé plainte et un internaute de 23 ans va passer au tribunal.

Un article du 4 février concernant la venue de Brigitte Macron à un match de foot a été posté sur la page Facebook du journal L’Union - L’Ardennais. L’article expliquait qu’elle allait donner le coup d’envoi d’une rencontre de football mixte opposant le Variétés Club de France aux Anciens du Stade de Reims, organisée au profit d’une association.

Comme souvent lorsqu’il s’agit de la Première dame, les commentaires sont nombreux sous l’article. L’un d’eux est particulièrement virulent et invite à un recours aux armes, comme l’expliquent nos confrères de L’Union. »

Quelques jours plus tard, l’avocat parisien de Brigitte Macron, Me Jean Ennochi, adresse une mise en demeure au journal pour supprimer le commentaire, ce qui est fait. Dans le même temps, Brigitte Macron dépose plainte contre X pour « provocation publique, non suivie d’effet, à la commission d’un crime ou d’un délit d’atteinte à la personne ». L’internaute auteur du commentaire est identifié, il s’agit d’un Ardennais de 23 ans.

Il a été mis en garde à vue et entendu jeudi 14 février, il a avoué les faits.

« Visée pédagogique »

« Toutes les hypothèses peuvent être envisagées à la lecture d’un commentaire de ce type (…) fait remarquer le procureur de la République de Reims, Matthieu Bourrette. Son caractère violent peut induire des comportements de nature délictuelle, y compris de la part de tiers. C’est pour cette raison que j’ai fait le choix d’une poursuite pénale, d’autant que la réponse aura une visée pédagogique dans un contexte un peu particulier. Il s’agit ici de rappeler les limites de la liberté d’expression. »

L’internaute aura à en répondre le mardi 19 mars devant la barre du tribunal correctionnel de Reims. Il encourt une peine pouvant aller jusqu’à 5 ans d’emprisonnement.

Donc un jeune qui a dit quelques amabilités sur Mme Macron peut être condamné à une peine de prison allant jusqu’à 5 ans. Où sommes-nous ?

  • Commentaires

    Commentaires