• ads
NancyAlgerie

Pour avoir brandi une banderole « Ici c’est Nancy, pas l’Algérie » : 3 militants identitaires emprisonnés !

De Manuel Gomez, Journaliste, Ecrivain
. Politique
19 mars 2019
443 Vues
Manuel Gomez Journaliste, Ecrivain
Manuel Gomez
Journaliste, Ecrivain

Dans quel pays vivons-nous ? Qu’est devenue la France ? Sa République, ses valeurs, sa laïcité, sa grandeur, son honneur, tout est parti dans les « poubelles » de l’histoire actuelle et ce n’est pas l’historien Dimitri Casali qui me contredira.

Je lis cette information et je n’en crois pas mes yeux : « À Nancy, place Stanislas (l’une des plus belles places d’Europe) des Français ont été interpellés et arrêtés parce qu’ils ont déployé une banderole indiquant « Ici c’est Nancy, pas l’Algérie ».

https://fr.sputniknews.com/france/201903181040394757-algerie-nancy-face-a-face/

N’est-ce pas la stricte vérité ?

Pouvez-vous m’expliquer ce qu’il y a de faux, d’insultant ? S’agit-il d’un manque de patriotisme, d’une atteinte aux valeurs républicaines, d’une contre-vérité ? Pas un  seul Nancéen ne pourrait affirmer le contraire, qu’il soit identitaire ou pas !

Pourquoi ces « patriotes français » ont-ils supposé avoir le droit et le devoir d’afficher cette banderole ?

Parce que quelques centaines d’Algériens manifestaient sur cette place Stanislas contre un cinquième mandat de leur président Bouteflika.

Est-ce que les Algériens manifestent dans les villes d’Algérie, brandissant des drapeaux bleu-blanc-rouge, lors des élections qui se déroulent en France ?

Est-ce qu’ils vont manifester, lors des prochaines élections européennes, qui ne les concernent absolument pas, pour Emmanuel Macron et contre Marine Le Pen ? Certes non.

Alors pourquoi devrait-on accepter que des Algériens manifestent en France, brandissant des drapeaux d’un pays étranger, concernant des élections qui se déroulent également dans un pays étranger ?

Soit ce sont des Algériens et leur devoir et leur droit est d’aller manifester avec leurs frères algériens, en Algérie, dont il faut d’ailleurs applaudir le civisme et le pacifisme dont ils font la preuve éclatante, au cours de manifestations de masse d’une importance capitale pour eux.

Soit ils sont français, mais d’origine algérienne, et ils n’ont que le droit et le devoir de se taire, puisqu’ils ont fui à l’étranger, ont changé de nationalité, et participent aux élections de leur nouveau pays.

Est-ce que les Français d’origine espagnole, italienne, polonaise, portugaise, etc. défilent dans les villes de France, avec des drapeaux de leur pays, lorsque des élections se déroulent justement dans leur pays d’origine ? Non, n’est-ce pas ! Car eux sont désormais des français à part entière et non pas « entièrement à part ».

Ces « patriotes », appréhendés sous les applaudissements des manifestants algériens, vont-ils être condamnés parce qu’ils aiment la France, leur pays, et qu’ils la défendent contre toute ingérence étrangère ?

N’avaient-ils pas le droit d’affirmer que Nancy est en France et pas en Algérie ?

Ainsi donc si j’écris que Paris, Nice, Lyon, etc. sont en France, et pas en Algérie, je risque de me faire interpeller et condamner (je n’ai pas cité Marseille volontairement car effectivement il n’est pas certain que cette ville soit encore française et je n’oserais pas y déployer une banderole « Ici c’est Marseille, et pas l’Algérie » car dans aucune autre ville française l’insécurité est autant « chez elle ». Dimanche dernier encore, vers 21 h 15, à proximité de la station de métro « La Timone », une jeune étudiante, âgée de 21 ans et originaire d’Aix-en-Provence, a été sauvagement poignardée au thorax par un voyou qui lui a dérobé son téléphone portable. Il est actuellement en fuite.

Transportée aux urgences de l’hôpital tout proche, elle n’a pas survécu.)

D’ailleurs une question peut également se poser : Paris est-elle encore en France ?

On peut en douter quand on constate le saccage des « Champs-Elysées » par de la racaille qui n’est pas appréhendée par des forces de l’ordre muselées, sous le commandement d’un ministre totalement incompétent.

Emmanuel Macron, le président actuel de ce qui reste de la République, a déclaré « Maintenant c’est terminé ! ».

Que va-t-il faire ? Jeter dehors Castaner et sa doublure, Nunez ?

Eh bien non, il a simplement viré le préfet…

 

 

  • Commentaires

    Commentaires