• ads
drapeau français 5

Le nationalisme et aimer la France ne sont pas une maladie honteuse, c’est ce que pensent 41% des Français

De Dreuz Blog d'opinion dreuz.info,
. Politique
24 mars 2019
45 Vues
Dreuz Blog d'opinion dreuz.info
Dreuz Blog d'opinion dreuz.info

41% des Français se sentent nationalistes. Ils aiment leur nation, croient en la préférence nationale et ne craignent pas le protectionnisme. C’est le taux le plus élevé d’Europe, rapporte un sondage IFOP Atlantico. (1)

Les « élites » du pays, les Alain Minc, Jacques Attali, le cercle des Gracques et les dirigeants politiques vont mal digérer leur échec et leur incompétence. Mais chut, personne ne le leur dira. Ils feront seuls leur dur constat d’échec : 50 ans d’endoctrinement au travers de l’école et de l’université, de la télévision, des médias, du cinéma, de la presse, du monde académique et de la littérature n’ont pas réussi à transformer la pensée du peuple français, qui aime toujours son pays, et se sent nationaliste.

Une question piège

La question posée par Atlantico « Avez-vous un état d’esprit politique nationaliste » est une embuscade. Elle est tournée de façon à obtenir un faible taux d’approbation.

  1. Le mot nationalisme évoque le nazisme, dans l’inconscient collectif européen, et il reçoit les coups de boutoir des journalistes, qui veulent imposer un monde sans frontière et une immigration sauvage et illimitée jusqu’à l’asphyxie du monde Blanc capitaliste dont ils rêvent.
  2. Pourquoi dire « politiquement nationaliste » et pas simplement « nationaliste ? Parce que « politiquement nationaliste » renvoie au parti qui portait le mot dans son nom « Front national » ?
  3. Quelle est la définition de nationalisme ? Posez la question à 10 personnes, vous aurez 11 avis différents.

Nationalisme ou patriotisme ?

1- D’un point de vue strictement classique, le nationalisme et le patriotisme sont deux termes qui montrent des différences, et des similitudes. Tous les deux concernent les relations entre un individu et la nation.

  • Le nationalisme consiste à concevoir une nation fondée sur une unité culturelle et linguistique.
  • Le patriotisme consiste à développer l’amour d’une nation à partir de ses valeurs et de ses croyances. C’est la différence majeure entre le nationalisme et le patriotisme.

2- Si j’ajoute des jugements de valeur, les choses deviennent vite beaucoup plus compliquées, et sujettes à d’infinis conflits idéologiques entre nationalisme et patriotisme. Car il y a une certaine différence entre les deux quand il s’agit de la façon dont un nationaliste et un patriote pensent.

  • Un nationaliste croit plutôt que son pays est, sans qu’il ne fasse rien pour cela, par essence et par définition, par sa seule affirmation, meilleur que tout autre pays, tandis qu’un patriote croit que son pays est l’un des meilleurs et qu’il peut encore progresser dans de nombreux domaines grâce à ses efforts et à son travail acharné.
  • Le patriotisme est donc considéré comme un bien commun comme égal partout dans le monde. A l’inverse, un nationaliste aurait tendance à penser que seules les personnes appartenant à son propre pays sont importantes.
  1. Le nationaliste peut donner le sentiment que son pays est supérieur à un autre sous tous ses aspects – c’est l’héritage de la pensée nazi – il a d’ailleurs été décrit comme le pire ennemi de la paix selon George Orwell.
  2. A l’inverse, le patriotisme n’ouvre pas la voie à l’inimitié envers les autres nations, mais il renforce l’admiration envers son propre pays. C’est une autre différence importante entre le nationalisme et le patriotisme.
  3. Le patriotisme est supposé être enraciné dans l’affection, tandis que le nationalisme serait enraciné dans la rivalité et la haine.
  4. Le patriotisme aurait pour substrat la paix. En d’autres termes, certains diront que le patriotisme fonctionne à partir de la paix.
  5. A l’inverse, le nationalisme aurait le militantisme comme substrat, et il fonctionnerait à partir de l’inimitié.

Trop humiliant, le sondage Ifop/ Atlantico n’a encore été cité par aucun média. Pourtant il a été évoqué sur LCI avec Vincent Trémolet de Villers et Jean-François Kahn :

Question : Etes-vous d’accord avec l’affirmation suivante ? « Nous devons nous occuper des (Français/ Allemands/ Autrichiens, etc.) avant tout »

  • En tête à égalité avec les Polonais, 79% des Français sont favorables à ce que l’on « s’occupe des Français avant tout »,
  • contre 17% seulement qui se disent « pas d’accord », soit bien au delà de la fracture droite gauche.

Ce chiffre est encore plus parlant que le nationalisme, qui est une question piège du fait qu’il peut être interprété négativement ou positivement, selon la définition que chacun en retient.

Conclusion

Le peuple français ne pense pas comme les dirigeants du pays veulent qu’ils pensent. Il était temps de changer de peuple. Et c’est ce qu’ils font.

  • Commentaires

    Commentaires