• ads
retraité agressé

Avon (77) : un homme de 70 ans entre la vie et la mort car agressé par 2 chances pour la France

De Manuel Gomez, Journaliste, Ecrivain
. Politique
17 avril 2019
96 Vues
Manuel Gomez Journaliste, Ecrivain
Manuel Gomez
Journaliste, Ecrivain

On ne vous dit pas tout !

Marseille (13) – Semaine sanglante, une fois de plus. Un individu d’une vingtaine d’années abattu par deux balles de 9mm, l’une dans l’omoplate et l’autre dans la gorge. Il s’agit bien entendu d’un nouveau règlement de comptes sur trafic de stupéfiants.

Cela c’était dimanche un peu avant 22 h 30, rue Lucien Rolmer, à proximité du parking de la cité Racati, près de la gare Saint-Charles. Deux hommes cagoulés ont fait feu sur la victime. Il est mort moins d’une heure plus tard et le climat est depuis assez tendu dans les quartiers Nord car, la veille, samedi, vers 17 h, ce sont deux autres jeunes, âgés de 19 et 14 ans, qui ont été blessés par balles et transportés à l’hôpital Nord.

Cela s’est passé « Aux Arnavaux » dans le XIVe arrondissement, Boulevard Finat-Duclos, devant la résidence Arnavaux II.

Le pronostic vital du mineur de 14 ans est engagé, il présente une plaie très importante à la tête.

Avon (77) – Vendredi soir, vers 23 h 05, deux individus, qui suivaient depuis la gare de Lyon un homme âgé de 70 ans, l’ont agressé très violemment alors qu’il se rendait au 2e étage du parking aérien de la gare SNCF, afin de prendre sa voiture après être descendu du train.

Il se trouve actuellement dans un état critique, à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, à Paris, et son pronostic vital est engagé et cela pour lui dérober son téléphone portable et son ordinateur.

Ils l’ont frappé à coups de poings au visage puis tenté de l’étrangler.

Domicilié à Vulaines-sur-Seine, la victime souffre d’une fracture du nez, d’une paralysie du côté gauche et de lésions cérébrales.

Le service régional de la police des transports en charge de l’enquête met en garde contre des bandes de voyous qui circulent dans les trains et ciblent les futures victimes.

La maire d’Avon, Maris-Charlotte Nouhaud (LR) déplore cette nouvelle agression.

Givors (69) – Une femme et ses 4 enfants, dont un bébé de 5 mois, ont été violemment agressés à coups de projectiles par un groupe d’individus, dont certains appartenaient à sa belle-famille, parce qu’elle avait divorcé et qu’elle refaisait sa vie avec un nouveau compagnon.

Elle a vécu un véritable cauchemar avant que les policiers puissent les protéger, elle, ses enfants et son compagnon,  et les mettre à l’abri dans un hôtel.

Cette lapidation s’est déroulée dans la nuit de mardi à mercredi, cité Jules Vallès, dans le quartier des Vernes.

Trois des agresseurs ont été appréhendés et seront condamnés en comparution immédiate.

Pontarlier (Doubs) – Lundi à 12 h 40, une cliente d’une grande surface découvre dans les toilettes une femme tuée à coups de couteau.

Elle était encore en vie quand les pompiers sont arrivés et ils ont tout tenté pour la sauver, en vain.

Il s’agissait d’une femme très connue dans Pontarlier et l’enquête nous en dira davantage.

C’est également le corps sans vie d’une femme âgée de 92 ans qui a été découvert, gisant sur le sol de la cuisine, vendredi soir, dans sa maison à Chagny, en Saône-et-Loire.

Un coup terrible à l’arrière du crâne et pas de traces d’effractions.

Son sac à main et ses clés ont disparu. L’enquête suit son cours.

Toulouse (Haute-Garonne) – C’est dans le « célèbre » quartier du Mirail qu’a été appréhendé, mardi soir, un jeune mineur de 15 ans.

En voyant les forces de l’ordre intervenir au cours d’un deal surveillé, il a tenté de s’enfuir et a chuté lourdement. Il avait sur lui 15 grammes de cocaïne.

Avec un complice, mineur également, âgé de 14 ans, qui a été arrêté plus tard à Argeliers, dans le département de l’Aude, ils avaient battu à mort une dame âgée de 84 ans (ancienne sage-femme très connue dans le quartier) le 23 mars dernier, dans son domicile de Toulouse, lors d’un cambriolage qui a mal tourné.

L’appartement était totalement retourné et, après avoir dérobé les objets de valeur, ils avaient tenté de mettre le feu afin d’effacer toutes traces.

Habas, dans le département des Landes, le corps sans vie d’une femme âgée de 85 ans a été découvert dans sa maison, située route de Saubusse, mercredi en début d’après-midi, par son aide-ménagère.

Colette Caillette avait été massacrée à coups de couteau portés sur la tête, dans le cou et à l’oreille.

Des blessures aux avant-bras prouvent qu’elle avait tenté de se défendre.

Son fils, Laurent, un informaticien âgé d’une cinquantaine d’années, a été découvert prostré dans le jardin, également blessé gravement au cou et à la cuisse et un couteau a été trouvé à ses côtés.

Transporté à l’hôpital il sera entendu prochainement mais il est d’ores et déjà le principal suspect.

Le couteau, découvert près de lui, est compatible avec les blessures. Des analyses ADN ont été demandées.

Manuel Gomez

**Je pourrais poursuivre cette énumération mais ce qui me pose problème c’est que, sans aucun doute par ordre, on ne nous informe jamais sur les identités et les origines de ces voyous, ces délinquants, ces criminels, et cela a un effet pervers car l’on peut supposer qu’il s’agit d’une certaine communauté d’individus, que l’on préfère passer sous silence, alors qu’il est possible qu’en réalité il ne s’agisse pas d’eux.

  • Commentaires

    Commentaires