• ads
bisou hollande

Merde à la guimauve et l’émotion de l’idéologie bisounours imposée aux Français

De ,
. Société
14 janvier 2016
345 Vues
52563asdf

« On ne réfléchit plus Monsieur, non, on réagit à l’émotion  » cette phrase, extraite d’un article d’Arnaud D. est d’une totale justesse. L’émotion remplace le raisonnement et participe de la faiblesse de nos sociétés en ce qu’elle révèle à nos ennemis l’état de délabrement moral qui nous mine.

A première vue, rien n’est plus « normal » que de s’émouvoir. L’émotion est émouvante en diable ! Et quel signe plus manifeste de profonde humanité que de laisser libre cours à son expression ?

Alors, on s’émeut à tours de bras. A-t-on réussi à un examen que seuls 10 pour cent des candidats parviennent à rater ? On hurle de joie ! Le moindre drame est l’occasion de déposer, fleurs, bougies, dessins d’enfants, pensées puériles griffonnées sur un bout de papier sur le lieu où il s’est produit. Si bientôt on voyait un ministre de la santé en pleur se rendre au chevet de qui se serait retourné un ongle, je n’en serais pas plus que ça surpris : n’a-t-on pas récemment vu l’homme le plus puissant du monde essuyer de furtives larmes en évoquant le massacre d’enfants qui ne lui étaient rien ? Présidents, ministres et sous-ministres se doivent, avec la tête d’enterrement requise, d’exprimer aux familles, à la nation, au monde et à sa banlieue la profonde émotion que provoque en eux la moindre victime et d’assister, avec une peine toujours renouvelée, aux commémos qui suivent. On se demande comment ils tiennent. L’émotion est aujourd’hui un must. Mais n’est-elle pas surtout une mode ?

Sans pouvoir en fixer la date, l’expression publique des émotions n’est apparue que relativement récemment. Je ne me souviens pas avoir entendu le Général De Gaulle exprimer la sienne à tout bout de champ et pourtant ce n’était pas faute d’occasions dans les temps agités où il présidait aux destinées de la France. Naguère encore les ministres avaient d’autres occupations que d’aller consoler les mères, cousins, voisins ou passants éplorés. On obtenait ou échouait à un diplôme sans larmes ou cris de joie ou de douleur. Furent des temps anciens où, selon la légende, la mère de Boabdil pouvait dire à son fils vaincu « pleure comme une femme ce que tu n’as pas su défendre comme un homme ! » montrant à la fois le mépris que lui inspiraient les épanchements intempestifs et le peu de place que les études de genre avaient conquis en ces âges obscurs.

J’aurais tendance à considérer que cette mode, comme beaucoup de ce qui nous nuit, vient des États-Unis, pays de grande sensibilité bisounoursique s’il en est, comme en témoignent depuis des décennies ses divers bombardements aussi massifs qu’humanitaires. Elle se répand par le truchement de la télévision qui encourage et propage l’hystérie.

Plus que de montrer toute la tendresse de petits cœurs fragiles, je pense qu’il vaudrait mieux que raison nous gardions. Les nombreuses manifestations d’émotions diverses qui ont suivi les récents attentats n’ont fait que démontrer notre vulnérabilité et partant conforté les terroristes dans l’efficacité de leurs actions. N’eût-il pas mieux valu qu’on se contentât d’enterrer les morts dans le silence et qu’on se concentrât sur l’action à mener afin qu’à l’avenir leur nombre soit réduit ?

 

  • Commentaires

    Commentaires