• ads
je suis mal

La Vème République agonise

De Virginie Vota Chargée de mission,
. Politique
20 juillet 2016
305 Vues
Virginie Vota Chargée de mission
Virginie Vota Chargée de mission

Plus que jamais, ce gouvernement apparaît incapable d’appliquer ses propres décisions sans se contredire et demeure sourd aux revendications d’une grande partie de la population. Les mesures prônées au nom de l’égalité ou de la laïcité ressemblent à des caricatures : on construit des moquées géantes (Goussainville, Nice, Bordeaux, Bron, etc.), on aménage les épreuves du bac pour « l’Aid El Fitr », on apprend l’arabe au CP… La liberté d’expression se réduit, le chômage augmente, les grèves se succèdent. Sous l’invasion migratoire et le joug des directives européennes, la République, pays légal, plie l’échine entraînant la France, pays réel, dans son naufrage. Quatre attentats ont été commis en l’espace de 18 mois, mais Valls et Cazeneuve ont bonne conscience, déclarant dans leur circulaire en réponse à Nicolas Sarkozy qu’ « aucun gouvernement n’a fait autant jusqu’à présent pour lutter contre le terrorisme ». La Gauche schizophrène vit ses dernières heures, la contre-Révolution approche.

Certains allèguent la montée des extrêmes. Le politologue Jean-Yves Camus partage les inquiétudes du directeur général de la Sécurité intérieure Patrick Calvar au sujet des « Ultra-Droites »… avant d’admettre que leurs « mots ont toujours été plus forts que les actes », que les mouvements nationalistes sont « peu susceptibles de basculer dans la clandestinité » et qu’il « pas d’exemple pour le moment » de groupes clandestins d’extrême droite « susceptibles de basculer dans le terrorisme » [2]. La menace imaginaire, en somme. Ou plutôt, cette Droite effraie en ce qu’elle met au jour la  vérité que les médias de masse ne parviennent plus cacher. Les Français se réveillent, ils osent remettre en cause la viabilité des institutions républicaines : voilà pourquoi la Gauche tremble et s’agite.

Dans un pays « démocratique », fantasmagorique apparaît la propagande de François Hollande, financée par les contribuables au printemps dernier, lorsqu’il compilait dans une vidéo émotionnellement poisseuse, au son de quelques notes de piano, les « meilleurs moments » de son mandat [1] -l’épisode du transport des croissants matinaux en scooter a manifestement été censuré.

En se vautrant dans un décalage grotesque avec la réalité, la Gauche perd toute crédibilité. Les différentes dénominations des partis politiques entretiennent une illusion de choix. En mettant son bulletin de vote dans l’urne, en donnant sa voix au candidat qu’il aura vu à la télévision, le bon citoyen alimente le système. Dans ce despotisme éclairé, la « liberté citoyenne » se résume à « de temps à autre, ratifier d’un oui massif une initiative du pouvoir » [3]. S’il vote mal, le peuple manque d’éducation. Le taux d’abstention montre à quel point la façade se craquelle. La Droite authentique n’est plus représentée dans l’échiquier politique, mais existe bel et bien dans la société et nous entendons sa voix sur Internet. Son influence grandissante ne saurait être passée sous silence, j’en veux pour preuve l’annulation du concert de Black M à Verdun.

Après une désastreuse Troisième République (remercions-la d’avoir précipité la guerre contre l’Allemagne), une Quatrième provisoire (mise en place sur les massacres de l’épuration à la Libération), la Cinquième se meurt. Il est temps d’en conclure que la greffe ne prend pas sur le sol français. L’Histoire n’est pas avare d’exemples. En 1925, Charles Maurras énonçait à juste titre que « c’est au résultat que l’on juge un mode de gouvernement. […] C’est pour la qualité particulièrement décadente et diviseuse de ses résultats de tout ordre que la troisième République nous semble proclamer sa propre déchéance. » [5] Ces mots auraient pu être écrits hier. Cet éternel recommencement enfonce chaque fois plus notre pays dans la déchéance.

A chaque attentat, à chaque incompétence gouvernementale, à chaque mesure destructrice, l’espoir diminue un peu plus dans le cœur des Français. Le retour à une France Chrétienne et enracinée, l’ordre naturel, s’impose plus que jamais.

Dans La République, Platon démontre que le gouvernement d’une cité est le reflet du caractère dominant de l’âme de ses habitants. Si nous souhaitons que la France retrouve sa dignité avec un gouvernement qui agit véritablement dans son intérêt, incarnons dès à présent nos idéaux au quotidien et montrons l’exemple à tous, en redevenant un peuple Français traditionnel, enraciné et pétri d’honneur.

Il est temps d’enterrer la Vème République et ses consœurs…

NOTES & SOURCES :

[1] Vidéo disponible sur le site de l’Elysée, avril 2016 : « Retour en image sur les 4 premières années du mandat du Président François Hollande » : http://www.elysee.fr/videos/retour-en-images-sur-les-4-premieres-annees-du-mandat-du-president-francois-hollande/

[2] « Libération », Interview de Jean-Yves Le Camus, 13 juillet 2019, par Dominique Albertini   .  disponible sur : http://www.liberation.fr/france/2016/07/13/terrorisme-la-crainte-d-une-replique-de-l-ultradroite_1466044

[3] François Furet, Penser la Révolution, 1978

 [4] citation de Jules Ferry, Jean Jaurès, Préface aux Discours parlementaires, le socialisme et le radicalisme en 1885 – aussi reprise par Claude Nicolet dans L’Idée républicaine en France (1789-1924). Extrait complet ici : https://blogs.mediapart.fr/christian-laval/blog/120512/ferry-netait-pas-socialiste

[5] Charles Maurras, « Le Cinquantenaire de la République », 1925. Magnifique texte à lire sur :  http://maurras.net/textes/53.html

 

  • Commentaires

    Commentaires