• ads
burkini

Lettre ouverte à ces femmes voulant imposer burkinis et voiles intégrales aux Françaises

De Manuel Gomez, Journaliste, Ecrivain
. Société
21 août 2016
471 Vues
Manuel Gomez Journaliste, Ecrivain
Manuel Gomez
Journaliste, Ecrivain

Je m’adresse à vous, femmes françaises, qui avez le bonheur, pour ne pas dire la chance, de vivre dans un pays où vous pouvez vous exprimer librement en paroles et en écrits, où vous avez totale liberté d’exposer et de prendre soin de votre corps, de prendre des décisions concernant votre famille, les affaires, les finances, de posséder un compte en banque, de conduire une voiture, etc.

Et surtout à vous, mesdames du monde artistique, cinématographique, culturel, que grand nombre de femmes écoutent alors que, bien souvent, vous ne savez pas de quoi vous parler.

Ecoutez le témoignage objectif et vécu d’une journaliste internationale, Clarence Rodriguez, qui réside à Riyad, Arabie Saoudite, depuis 2005 :

**On a tout lu, tout dit, tout entendu, sur le burkini enfin, presque ! Mais que pensent réellement les saoudiennes sur cette polémique qui alimente cette fin d’été en France. Depuis la bagarre qui a opposé des marocains à des familles corses sur la plage de Sisco, au Cap Corse? 

Grâce à son statut, elle est totalement immergée dans cette société musulmane qui laisse peu de place aux femmes qu’elles soient saoudiennes ou étrangères.

**Les femmes en Arabie Saoudite n’ont aucune entité juridique, elles ne jouissent d’aucune existence légale. Elles sont inféodées à un tuteur (père, mari, frère, fils, etc.) 

Ce sont les hommes qui décident pour elles. Ils ont un droit de vie et de mort sur elles. Elles sont entièrement « aliénées ». Il leur est interdit de conduire, de voyager sans l’autorisation du tuteur, de prendre un verre sur une terrasse de café, de se trouver dans un espace public avec un homme autre que son époux, ou un membre de sa famille, de se baigner dans la mer, ou dans les piscines des hôtels…même en « burkini ».

Nous également, femmes occidentales, sommes soumises aux mêmes interdictions !

Seules les plus riches disposent d’une piscine, et peuvent se baigner à l’abri des regards d’autres hommes.

A Jeddah, il existe des plages privées, où des saoudiennes un peu plus « affranchies » que d’autres, portent un maillot une pièce, ou le bikini. Elles sont libres de présenter leurs corps à moitié dévêtu, sous la surveillance rapprochée, derrière ses lunettes noires fumées, d’un mari, qui ne se prive pas de mâter les autres femmes.

De nombreuses saoudiennes interrogées sont en colère, quand on leur parle de cette mode du « burkini » que certains veulent imposer en France : Nous ne comprenons pas pourquoi des femmes en France se battent pour porter le burkini, alors que nous, saoudiennes, nous voudrions tellement nous débarrasser de l’abaya, du voile, de tous ces bouts de tissus qui nous enferment dans notre existence.

Elles sont affirmatives, en réponse à cette polémique : Nous devons respecter les coutumes d’un pays comme la France quand elle nous accueille. De la même manière, lorsque des étrangères viennent en Arabie Saoudite, Elles doivent se plier à notre culture, à notre façon de vivre.

Nous pensons que toute cette polémique autour du burkini n’est qu’une provocation de femmes qui déshonore notre religion, l’islam. Nous avons parfois honte pour elles !»

Vous, femmes de France qui avez un libre accès aux soins médicaux, savez-vous que plus de 70% des cancers du sein ne sont pas détectés avant d’atteindre une phase terminale ? Seules les plus nanties se précipitent en Occident, les autres n’ont aucune chance de s’en tirer.

Alors, femmes françaises, quand vous soutenez, par ignorance, ces mœurs et coutumes religieuses dans certains de ces pays, sachez que ces femmes luttent, aux risques de leur liberté et même de leur vie, avec les faibles moyens dont elles disposent, pour y échapper.

Quant à vous, Rachid Nekkaz, qui proposez aux femmes de violer les lois françaises en payant les amendes, on se demande comment vous pouvez être encore en liberté ? Est-ce que l’argent peut tout permettre, même de « bafouer » la justice ?

Apparemment, en France c’est le cas ! 

  • Commentaires

    Commentaires