• ads
trump-le-pen

Après le Brexit, et Trump, Le Pen en 2017 ?

De Laurent Herblay, Blog Gaulliste libre
. Politique
16 novembre 2016
70 Vues
Laurent Herblay Blog Gaulliste libre
Laurent Herblay
Blog Gaulliste libre

C’est la question qui s’est posée en France après l’annonce de la victoire de Trump il y a une semaine. Après la victoire du Brexit et celle du candidat républicain aux Etats-Unis, faut-il y voir le signe que Marine Le Pen pourrait bien être élue dans six mois, une question légitime posée par des commentateurs du blog. Petit point après avoir laissé un peu passer le choc de cette élection.

Comparaison n’est pas raison

Il faut dire que les points de comparaison entre Marine Le Pen et Donald Trump ne s’arrête à la couleur de leurs cheveux. Comme lui, elle dénonce les immigrés et la mondialisation. Comme lui, elle est critiquée par l’immense majorité des média. Comme lui, son électorat est plus fort chez les blancs et au sein des blancs, son vote est inversement proportionnel au niveau d’études, un très fort déterminant du rapport à la mondialisation. Comme aux Etats-Unis, on peut constater une très forte désaffection vis-à-vis des appareils politiques classiques et une colère grandissante à l’égard du dit PS et des dits Républicains. Bref, le cocktail français peut sembler très proche du cocktail étasunien.

Sauf qu’il y a aussi de vraies différences. On peut penser que la colère des Français n’est pas aussi grande que celle des étasuniens, encore plus essorés par les ravages de la mondialisation financière, que ce soit les millions qui ont perdu leur logement, ceux qui sont sortis du marché du travail, ceux qui ne peuvent pas se soigner, ou ceux qui gagnent des salaires de misère. Bien sûr, la situation de notre pays n’est pas riante, mais on peut penser qu’elle est moins pire que là-bas, émoussant quelque peu le désir de changement. En outre, il y a des Le Pen à la présidentielle depuis 1974, ce qui relativise quelque peu le caractère nouveau de la candidate donnée en tête du premier tour.

Et puis, Trump l’a aussi emporté parce qu’il a réussi à s’emparer du parti républicain, alors que la France est toujours dans un tripartisme, dont on a vu aux régionales, qu’il barrait fermement la route du pouvoir au FN, même à l’échelon régional, qui devrait pourtant être bien plus accessible. La colère des Français peut-elle s’incarner dans un vote majoritaire au second tour pour le FN, avec plus de 80% de participation ? Cela reste une autre paire de manche qu’un système où Trump a pu l’emporter en réunissant les voix d’un quart de la population seulement, avec 54% de participation. Bref, quand on creuse un peu, le contexte français est plus éloigné du contexte étasunien qu’il n’y paraît.

En outre, il y a de grosses différences de programme économique, Trump proposant un nouveau cocktail reaganien de baisses d’impôts massiques pour les entreprises et les particuliers, notamment les plus riches. Son discours est profondément anti-étatiste, lui permettant de faire un hold-up sur la droite de son pays, alors que le FN semble hésitant après une parenthèse plus interventionniste en 2012. Autre différence assez fondamentale, Trump en rajoutait dans la provocation quand Marine Le Pen police son discours. Et cela dépendra aussi du candidat des Républicains. Au final, on en vient à se demander si Nicolas Sarkozy n’est pas beaucoup plus proche de Donald Trump que ne l’est Marine Le Pen, entre provocations verbales, même rejet des média et promesses de baisses d’impôts.

On ne peut pas exclure formellement l’option Le Pen en 2017 en France. Néanmoins, en prenant un peu de recul, une pseudo répétition (parallèle quelque peu abusif) des votes de 2016 ne semble pas si évidente. Le scrutin de dimanche nous donnera des indications intéressantes, outre le fait de commencer à dessiner le choix auquel nous serons confrontés en 2017.

 

  • Commentaires

    Commentaires

    • Top articles

      Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
      Partager sur Facebook Twitter Google + Une nation préférant l’étranger aux siens, voilà ce qu’est devenue la France de 2015. Un pay...
      Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
      Partager sur Facebook Twitter Google + La préférence étrangère n’est pas un fantasme dont l’objectif inavoué serait de la conquête ...
      Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
      Partager sur Facebook Twitter Google + Commentaires Commentaires...
    • A ne pas manquer

      Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
      Partager sur Facebook Twitter Google + Commentaires Commentaires...
      Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
      Partager sur Facebook Twitter Google + Commentaires Commentaires...
      Nanouche, blogueuse
      Partager sur Facebook Twitter Google + En Mégalomanie a réitéré : « La certitude intime que nous pouvons ensemble écrire une des pl...
    • Twitter La Gauche Ma Tuer