• ads
share

Slogan de Paris 2024 en anglais : c’est Coubertin et la France qu’on assassine

De Laurent Herblay, Blog Gaulliste libre
. Politique
19 février 2017
44 Vues
Laurent Herblay Blog Gaulliste libre
Laurent Herblay
Blog Gaulliste libre

« Made for sharing » : voici donc le slogan que le comité pour la candidature de Paris pour l’organisation des Jeux Olympiques de 2024 ! Ce choix effarant de la langue de Shakespeare a heureusement déclenché un tollé, jusqu’à l’Académie Française. Mais il est tellement symbolique des dérives de l’époque.

Cette globalisation qui aplatit tout

« Venez partager » ou « Faits pour partager » n’auraient-ils pas sonnés au moins aussi bien ? En outre, il était possible d’entourer un slogan en français d’une multitude de traductions, en espagnol, italien, allemand, chinois, japonais, portugais, hindi, russe ou anglais. Le plus effarant, c’est que notre langue est une des deux langues officielles du CIO, après avoir été la seule au début, héritage du rôle du français Pierre de Coubertin comme fondateur des Jeux Olympiques modernes, comme le rappelle Jack Dion, de Marianne, dans un papier qui remet les pendules à l’heure.

Quel choix effarant du comité d’organisation que d’opter pour cet anglais bulldozer qui écrase toutes les autres langues sur son passage ! Quand même MacDonald’s ou Coca-Cola font l’effort d’utiliser un slogan en français dans notre pays, le comité Paris 2024 n’y pense même pas, comme tant de marques françaises, Evian, qui préfère promettre de vivre jeune en anglais, ou L’Oréal, qui vend du make up et plus du maquillage. Il est tout de même scandaleux qu’Anne Hidalgo ou Valérie Pécresse n’aient pas bloqué un tel choix, indigne du pays de la francophonie.

Ce choix a au moins le mérite de révéler les fondements de cette globalisation : loin de l’ouverture dont elle se drape, elle promeut une uniformisation sur le plus petit dénominateur commun, qui vient écraser bien des spécificités et des différences, au nom de la commodité marchande… Et face à cela, non seulement nos dirigeants ne nous protègent pas, mais ils accentuent le mouvement.

  • Commentaires

    Commentaires

    • Top articles

      Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
      Partager sur Facebook Twitter Google + Une nation préférant l’étranger aux siens, voilà ce qu’est devenue la France de 2015. Un pay...
      Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
      Partager sur Facebook Twitter Google + La préférence étrangère n’est pas un fantasme dont l’objectif inavoué serait de la conquête ...
      Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
      Partager sur Facebook Twitter Google + Commentaires Commentaires...
    • A ne pas manquer

      Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
      Partager sur Facebook Twitter Google + Commentaires Commentaires...
      Serge Federbush, Blogueur http://www.delanopolis.fr/
      Partager sur Facebook Twitter Google + Très intéressantes révélations dans Capital de ce jour : le Contrôleur financier du ministèr...
      Eric Baumgartner Chef d'entreprise,
      Partager sur Facebook Twitter Google + Il existe plusieurs méthodes pour dresser le bilan de l’action d’un gouvernement, et celle q...
    • Twitter La Gauche Ma Tuer