• ads
danièle obono

Danièle Obono député France Insoumise, refuse sur RMC de dire « vive la France » mais défend « nique la France »

De Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
. Politique
22 juin 2017
505 Vues
Mike Borowski
Mike Borowski
Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer

La nouvelle France a pris le pouvoir, voilà c’est fait, c’est acté. Elle a désormais non plus la simple parole mais la possibilité de créer la loi à son image. Elle a gagné tout simplement. Et nous avons été défait, je dirai même à plate couture. Il faut se l’avouer sans se renier, nous avons perdu, ce que nous croyons juste, ce que nous voulons pour la nation, et bien la majorité des nôtres n’en veulent pas.

Faut pas se leurrer, pour plus de 53% des nationaux qui ont voté à gauche, la France passe en second plan peut-être même plus loin, seule importe le petit porte-monnaie, son pré carré, son nombril, son entre-soi. Par conséquent viennent siéger au Palais Bourbon des gens représentant les idéologies néfastes nous tuant nous les défenseurs de la nation éternelle.

De grands intellectuels de la haine de soi, du marxisme international, amoureux de l’étranger, de l’envahisseur, telle Mme Obono, dont on peut douter de sa Francité puisque natif du Gabon, nous expliquent à nous les cons, qu’il est effectivement vital de défendre les poètes éructant à qui veut l’entendre les « nique la France » devenus des sortes de points d’exclamations. Puis affirmant qu’un « vive la France » ne doit être relégué qu’à un rang accessoire, ou pire surtout jamais prononcé. Je poste la vidéo, vous verrez par vous-même.

Nous avons voulu, voilà nous sommes servis. Ce sont les conséquences de nos lâchetés. Oui de nos lâchetés et faut arrêter de se cacher derrière des excuses qui confinent à des traîtrises. Le bon peuple qui en réalité n’en est pas un, a tout abandonné au nom d’un consumérisme qui lui suffit à bien vivre. Il n’en demande pas plus, il en est content, et a décidé qu’il ne fallait rien changé à cela. Comprenez j’ai deux sous d’épargne par conséquent maintenons le statuquo. Que des étrangers soient élus parlementaires, qu’ils viennent à la radio ou à la télévision nous insulter et nous cracher au visage, ce n’est pas grave tant que le niveau de mon PEL, PEA ou mon assurance-vie se maintien. Enfin ce n’est qu’une péripétie.

Daladier en son temps disait des Français en rentrant de Munich : « les cons s’ils savaient », nous avions à l’époque encore l’excuse de l’ignorance, ce qui modérait les propos de l’ancien président du conseil, seulement aujourd’hui on sait, plus que ça même. On le voit de nos propres yeux, on l’entend de nos propres oreilles. Mais ce n’est pas assez. Peut-être réagirons-nous lorsque notre tête sera au bout des fusils des amis de ceux qui nous aurons mis dans ces sales draps ? Et encore je vois poindre une passivité un peu comme Mme du Barry demandant sous la guillotine quelques minutes de plus à son bourreau.

Ca me débecte et me révulse, si je n’étais d’ailleurs pas aussi attaché à la terre de la France éternelle, non aux hommes, je n’ai aucune croyance en eux, j’enverrai tout balader. Qu’ils se démerdent dirai-je. Mais le sol sur lequel je suis né ne doit pas pâtir d’un peuple qui ne le mérite pas, ou plutôt dirai-je d’un nouveau peuple qui paiera ses actes présents. Et j’y englobe ceux se définissant de souche, peut-être les pires, ils justifient les brimades de nos ennemis à l’encontre de nos couleurs. Ceux-là devront payer l’addition.

Mais peut-être suis-je trop romantique ? Peut-être ne suis-je pas né à la bonne époque ? Le déclin, la décadence sont les mots définissant notre pays à notre époque. On me demande souvent pourquoi les Français ne se rebellent pas. J’y ai beaucoup réfléchi mais peut-on demander à un peuple lobotomisé par télé-réalité et show débiles de faire comme autrefois ses ancêtres ? La réponse est dans la question. Et elle ne va pas dans notre sens.

 

  • Commentaires

    Commentaires