• ads
macron doigt d'honneur

Emmanuel Macron insulte les Français comme aucun de ses prédécesseurs avant lui

De Chaviro, Blogueur www.liberte-equité-fraternite
. Politique
12 septembre 2017
138 Vues
Chaviro Blogueur politique
Chaviro
Blogueur www.liberte-equité-fraternite

N’y a-t-il pas un peu du personnage de Macron dans l’œuvre de Kundera ? De cette odeur surfaite qui empeste le faux, le souffre, et que d’autres eurent qualifié d’alchimie au moyen-âge « la transmutation de l’or en merde », l’or pour les « very few » et la merde pour tous ; le kitsch de l’intronisation pyramidale en esthétisme vulgaire face au Louvre que la simple évocation des civilisations présentées dans cette antre des passés perdus suffit à discréditer définitivement ou au contraire à motiver pour dissoudre la nôtre au son de l’Ode à la joie.

« Au royaume du kitsch totalitaire, les réponses sont données à l’avance et excluent toute question nouvelle. Il en découle que le véritable adversaire du kitsch totalitaire, c’est l’homme qui interroge »  écrit Kundera dans son livre « L’insoutenable légèreté de l’être » comme le message apologétique d’un écrivain engagé annonçant déjà sa résistance face aux futurs totalitarismes fussent-il macronien (là c’est moi qui interprète, mais je m’interroge) !

Notre président possède l’art du kitsch et le décline dans toutes les grossièretés de l’esprit, il est en formica cet homme, et il se pavane de couleurs bien vives et oranges pour dire qu’il n’est pas de notre monde. Il est d’ailleurs, il est du pays du kitsch ! Point de civilisation européenne, a-t-il dit ce petit nihiliste sans talent et sans envergure qui ne vaut pas plus que Madame Verdurin dans son salon déclamant des banalités, ce type est le Zarathoustra raté de Nietzche, le personnage se vautrant dans la merde après dix ans d’ermitage ; un rien du tout à rouler dans la « moraline », le miroir freudien cassé qu’il déploie en insultant le peuple de France !

Parce qu’il n’en est pas avare le bougre, d’insultes ! Incultes, fainéants, cyniques (ah ça j’aime bien), idiots, illettrés, et c’est même à se demander s’il ne destine pas à ses députés dont nous pouvons constater les immenses compétences au fil des débats parlementaires, ce courroux bien désobligeant.

Enfin, « La lenteur » de Kundera, voyons on est bien dans la lenteur abjecte de ceux qui se sont nommés décideurs, et non pas dans la lenteur des calèches et les lentes promenades séductrices de Vivant Denon qui n’avaient que du charme après tout, mais bien dans cette lente et ignoble incapacité à anticiper dont souffre Macron et qui provoqua la mort et la misère de bon nombre de nos compatriotes d’outre-mer lors du passage d’Irma !

Il y a décidément chez Macron cette détestation de l’être qui fait de lui le plus grand psychopompe de la Vème république, surtout celui qui eut l’outrecuidance d’insulter le peuple français comme ne le fit aucun de ses prédécesseurs !

  • Commentaires

    Commentaires