• ads
mélenchon ta gueule

M. Mélenchon, vous aboyez plus fort que les autres mais vous devriez vous taire

De Manuel Gomez, Journaliste, Ecrivain
. Politique
3 octobre 2017
66 Vues
Manuel Gomez Journaliste, Ecrivain
Manuel Gomez
Journaliste, Ecrivain

« Quand on n’a rien à dire, mieux vaut fermer sa gueule », M. Mélenchon

Avec votre toute récente et inopportune déclaration, dont je ne retiendrai que ces quelques mots : « C’est la rue qui a battu les « nazis » et « C’est la rue qui a fait échec au putsch des généraux d’Alger » (en 1961 et non en 1962, monsieur l’historien).

Ils suffisent à vous décrédibiliser totalement et je dirai même à vous ridiculiser.

« La rue », selon vous, aurait tout gagné ? Belles blagues !

Sans remonter aux calendes grecques, dois-je vous rappeler que « la rue » a voté à 90% pour le maréchal Pétain et le gouvernement de Vichy.

Dois-je vous rappeler que « votre rue », celle de l’extrême gauche et des communistes, a collaboré justement avec ces « nazis » jusqu’en octobre 1941 et a même commis d’ignobles sabotages.

Dois-je vous rappeler que « la rue » soutenait à 90% le « putsch » des généraux d’Alger (les 10% manquants faisaient partie des « vôtres », ceux qui soutenaient le FLN, l’armaient et le finançaient)

C’est la « fourberie » de De Gaulle et ses affirmations mensongères télévisées, adressées aux « rues de France », qui sont parvenues à le déstabiliser.

Tout récemment vous vous imaginiez à la place d’Emmanuel Macron.

Vous vous imaginiez président de la république, si Hamon s’était retiré pour vous laisser le beau rôle et la « ruelle » qui le soutenait.

Et probablement que vous vous projetez déjà vers ce même sommet pour 2022.

Allons M. Mélenchon redescendez sur terre car, pour parodier de nouveau Audiard « Si les cons volaient vous seriez chef d’escadrille ».

« La rue » de la France n’est pas votre rue.

« La rue » de la France est populaire certes mais elle a des valeurs, de l’intelligence, et c’est une large « avenue », comparée à « votre rue » où ne circulent que des « moutons », dirigés vers où l’on veut grâce aux aboiements des chiens de berger.

Vous êtes « leur chien » M. Mélenchon, parce que vous aboyez plus fort que les autres.

Nous avons eu la France et ses « veaux » avec De Gaulle.

Nous avons Macron et « ses chèvres » et, à présent, également Mélenchon et « ses moutons ».

Grâce à vous trois, la « France des lumières » est devenue la France des animaux domestiques, de la basse-cour.

Bravo, belle réussite, continuez !

  • Commentaires

    Commentaires

    • Top articles

      Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
      Partager sur Facebook Twitter Google + Une nation préférant l’étranger aux siens, voilà ce qu’est devenue la France de 2015. Un pay...
      Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
      Partager sur Facebook Twitter Google + La préférence étrangère n’est pas un fantasme dont l’objectif inavoué serait de la conquête ...
      Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
      Partager sur Facebook Twitter Google + Commentaires Commentaires...
    • A ne pas manquer

      Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
      Partager sur Facebook Twitter Google + Commentaires Commentaires...
      Serge Federbush, Blogueur http://www.delanopolis.fr/
      Partager sur Facebook Twitter Google + Très intéressantes révélations dans Capital de ce jour : le Contrôleur financier du ministèr...
      Eric Baumgartner Chef d'entreprise,
      Partager sur Facebook Twitter Google + Il existe plusieurs méthodes pour dresser le bilan de l’action d’un gouvernement, et celle q...
    • Twitter La Gauche Ma Tuer