• ads
franc

Et si la France revenait à sa monnaie nationale afin de sortir de la crise économique et financière

De Marie-christine De La Vega, blogueuse
. Economie
17 novembre 2017
1 View
Marie-christine Barriere Dupuy blogueuse
Marie-christine De La Vega
blogueuse

Les dirigeants français véreux pillent leur pays. Le Gouvernement actuel a une façon de se moquer et de narguer le peuple avec une Démocratie corrompue et des Millions pour le Lobbying, sans parler de subventions qui gavent la myriade d’associations, les syndicats et autres.

Depuis 1804, le Code civil mentionne explicitement le recours à l’intérêt dans son article 1905 (inséré par la loi du 9 mars 1804 promulguée le 19 mars 1804) : « Il est permis de stipuler des intérêts pour simple prêt soit d’argent, soit de denrées, ou autres choses mobilières .»

Épitaphe de Pompidou, composée juste après son élection à la présidence : « Les peuples heureux n’ont pas d’histoire, je souhaiterais que les historiens n’aient pas trop de choses à dire sur mon mandat ».

Pompidou c’est la loi Rothschild de 1973. Ce qui est « marrant », c’est que « les trente glorieuses » s’arrêtent pile en 1973.

Un pur hasard sans doute, en fait, c’est le choc pétrolier qui a été incriminé !

On parle de la trahison de Pompidou, mais n’oublions pas le rôle joué par les deux félons que sont Giscard et Balladur dans la mise en place de cette loi.

Giscard, c’est la loi visant le regroupement familial du Tiers-Monde en France.

Mitterrand, c’est le chômage, la pauvreté, et l’abolition de la peine de mort pour les criminels.

Chirac, c’est la blatte intégrale.

L’article 25 de la loi du 3 janvier 1973 est une déprédation (dont les définitions sont les suivantes : Pillage avec dommages causés aux biens d’autrui ou aux biens publics. Détournement) contre l’état Français, commis par les politiciens vis-à-vis de la population, les rendant coupables de fautes graves dans l’exercice de leurs fonctions.

Ce coup d’État de la haute finance, provoquée avec la complicité de tous les partis politiques de gauche comme de droite et les verts qui se sont succédé depuis 1973. Il faut prendre conscience de l’existence, de l’ampleur et de l’efficacité du lobbying bancaire.

La loi de 1973 est une traîtrise de la haute fonction publique au service de leurs maîtres. On dissuade un retour au pouvoir régalien qui est de créer la monnaie, sous prétexte que cela génère de l’inflation.  La nomenclature de certains États a utilisé la planche à billets aux seules fins de se maintenir au pouvoir.

Au quotidien, tout le monde peut apprécier le prix de la baguette, de l’énergie, des loyers, du carburant… depuis la mise en place de la monnaie euro. Donc, la conséquence de l’inflation sur de la création monétaire issue de la planche à billets est une fausse raison, puisque le système actuel génère aussi de l’inflation !

Cette Loi (dite du 3 janvier 1973), mal comprise par le grand public, à l’époque (et encore aujourd’hui) fut à l’origine une volonté politique qui a obligé le Trésor Public de se tourner vers d’autres organismes financiers que la Banque de France !  Elle a ouvert une porte à la dépendance de la France au profit des grands groupes bancaires privés qui vont se créer, alors qu’elle est déjà mise en laisse par le fameux serpent monétaire européen qui (comme par hasard) vient de naître (accord de Bâle du 10/04/1972).

C’est lorsque la gauche a cessé d’indexer les salaires sur l’inflation que tout est parti en vrille. Notre pays sera définitivement mis sous tutelle par le futur traité de Maastricht, 20 ans plus tard et qui viendra parachever l’œuvre: la France n’est plus financièrement maîtresse de son destin ! C’est à partir de là que droite et gauche ont convergé, pour trahir ensemble le peuple français.

Donner des passe-droits pour s’exonérer de la justice, amplifier l’iniquité déjà flagrante d’un système élitiste qui tolère, plutôt qu’il ne combat véritablement, la corruption à tous les étages, d’où la fracture entre la population et leurs gouvernants, et ce, quelles que soient les orientations politiques.

Les référendums de 2005 ont été bafoués par la signature du traité de Lisbonne. Les diktats de Bruxelles et de Berlin ont tous les pouvoirs il n’y a pas de vote démocratique contre les traités ratifiés. Ces dérives sont totalitaires.

Les mensonges des adeptes d’une France vassale à l’euro hurlent à la catastrophe pour le cas où la France reviendrait au Franc.  Faites vos propres fiches sur chaque politicien cherchant une reconstruction démocratique et républicaine et ceux qui veulent achever la France !

Consulter: de la loi Rothschild à l’article 123 du Traité de Lisbonne. www.egaliteetreconciliation.fr: s’il nous plait souvent de préférer l’appellation « Loi Rothschild » à la dénomination européenne « article 123 du Traité de Lisbonne. »

La lex monetae (ou loi monétaire) est un principe de droit international coutumier rappelé par deux arrêts de la Cour permanente de justice de La Haye du 12 juillet 1929. N’oublions pas que Nixon eut recours à la lex monetae pour justifier la fin de la convertibilité-or du dollar en 1971 et stopper Bretton Woods.

En cas de dissolution de la zone euro et de sa monnaie (l’€ n’existerait donc plus), l’ensemble des contrats ne peut plus, pour des raisons pratiques, être…

Le 22 juillet 1944 à Bretton Woods aux États-Unis, quarante-quatre nations signèrent des accords afin de mettre en place un nouveau système monétaire…

Marchés Financiers : C’est en août 1971, sous Richard Nixon, que la fin de la convertibilité du dollar en or est décrétée le 15 août 1971, Richard Nixon, président des États-Unis…  Tout titre émis dans le droit du pays doit être payé dans la monnaie du pays,  peu importe le nom de cette monnaie.

Le principe est la souveraineté de l’État émetteur de la monnaie, sur ses caractéristiques propres, ce qui lui permet de dévaluer, ou changer sa définition librement.

Si la France décide de revenir au franc, notre dette publique sera estimée en franc.

Parler multiplication importante de la dette française ou d’un possible défaut de paiement, n’a aucun sens et relève du mensonge ou de l’incompréhension du mécanisme des dettes publiques.  Les monnaies multiples sont des outils de régulation.

Le virtuel et le réel des institutions…

Les institutions mondiales comme LE FMI et La BANQUE MONDIALE (BIRD) Le FMI est une plaie béante pour l’occident.

Le FMI propose de stabiliser la monnaie… pour continuer la spéculation boursière !  Or la spéculation est une forme de rente.

La justification du FMI est l’instabilité monétaire, allant jusqu’à créer une réserve de change international unique, le DTS (créé par le FMI en 1969 pour soutenir le système de parités fixes de Bretton Woods).

Le système de Bretton Woods s’est effondré.  Le DTS n’est pas une unité monétaire, et il ne fait pas office de créance sur le FMI. Il représente en réalité, une créance virtuelle sur les monnaies librement utilisables des pays membres du FMI.

Donc une escroquerie à l’échelle planétaire. En Europe, l’euro est devenu monnaie unique grâce à nos vendus de politiciens et économistes de droite comme de gauche. Droits de tirage spéciaux

Sauf que, les monnaies multiples sont des outils de régulation.

Je me permets de vous rappeler la définition de virtuel : « Qui n’existe qu’à l’état de possibilité; possible, potentiel. »

On assiste aujourd’hui aux méfaits et aux effets pervers de cette financiarisation mondiale, non régulée, par le truchement des paradis fiscaux, qui permettent d’échapper à l’impôt en France, ce qui est un manque à gagner énorme pour notre pays.

Cela est le premier effet, mais il en a d’autres… par cette possibilité, les multinationales tirent les salaires vers le bas dans le but unique de faire toujours davantage de profit au mépris de l’humanité, puisque toutes ont installé leurs entreprises dans des pays où les droits de l’homme sont inexistants.

Lorsqu’ils purgent leurs usines, ils laissent des milliers d’ouvriers et cadres, sur le carreau. Les entreprises multinationales françaises ont une part de leur endettement souscrite par des étrangers.

Mais, elles font aussi une grande part de leur chiffre d’affaires hors de France.   En cas de sortie de l’euro et d’une dévalorisation du Franc, les dettes seraient réexaminées, mais les profits également.

Les calculs faits par les économistes prouvent que les deux modes de fonctionnement se compensent. Les flux financiers ne posent de problèmes en suspendant les transactions financières pour une durée 4 jours et limiter les mouvements qui relèvent de la spéculation pour une période de huit mois.

C’est certain, banquiers et spéculateurs vont faire la grimace, car cette sortie de l’euro provoquera un « désastre » pour eux et non pour la population française.

Les partisans de l’euro alimentent la peur au sein de la population française en provoquant une réaction de panique.

N’importe qui peut juger de la faillite complète de l’Union économique et monétaire. La monnaie unique n’est pas une panacée.  Les avantages d’une sortie de l’euro sont nombreux permettant le rétablissement des comptes publics grâce à la politique conduite une fois la question de l’euro résolue.

L’euro, peut disparaître par une succession de crises donnant lieu à la sortie de la totalité des  pays. Notre situation serait meilleure qu’actuellement.  Le gouvernement doit mettre en place une politique rompant de manière décisive avec les politiques menées ces dernières années et donner une priorité à l’investissement.

Une sortie de l’euro conduirait à des créations d’emplois à court terme (plus d’emplois impliquent plus de cotisations, retour à l’équilibre des régimes retraites et santé), aboutissant en moins de 10 ans à un retour au plein emploi…provoqué par des changements dans les relations économiques.

On peut considérer la baisse du chômage grâce à la relocalisation de nos industries et la disparition des travailleurs ce qui constitue une prévision crédible.   La France doit retrouver sa souveraineté, vis-à-vis de l’Union européenne, et sortir des griffes du Nouvel Ordre mondial dont elle est l’esclave en secouant le joug de sa vassalité vis-à-vis de « ces dominants » qui nous prennent pour leurs larbins sous la coupe de leurs banksters.

Nous devons démontrer notre volonté politique et notre intelligence en nous débarrassant de bons à rien style ATTALI et consorts…

Penser aux futures générations en menant une politique économique intelligence, c’est faire le maximum pour rattraper les erreurs faites sciemment par des politiciens de tout bord arrivistes et corrompus.

Le FMI compte 181 états membres. Ses effectifs eux ne sont pas virtuels. Ils sont composés de 3520 personnes… Les effectifs globaux de la Banque Mondiale ( BIRD, AID,SFI) emploient environ 7260 personnes…

Peter Sutherland veut mettre les nations à genou et réduire tous les peuples à l’esclavage. Ce membre de Goldman Sachs, de la Trilatérale, de Bilderberg et de l’OMC a un parcours mondialiste : commissaire de l’UE, responsable de la politique de la concurrence, directeur général du GATT et consultant de l’Administration du patrimoine du Saint-Siège. Egalement président de British Petroleum, président honoraire du Transatlantic Policy Network promouvant le Traité transatlantique (TTIP).

L’ensemble de l’humanité se résume à : Economie et pouvoir financier= Le Vatican, la City de Londres et le District of Columbia…

L’ONU assure le maintien de la paix et de la sécurité internationale…  pourtant  c’est une façade, faites vos propres recherches dans tous les domaines.

Qui tire bénéfice de votre servitude en créant le chaos dans le monde entier ?  Il faut surtout que chaque nation garde sa souveraineté pour ne pas détruire la démocratie qui permet de changer, voire d’abolir une loi.

Les Citation : « Derrière le prétendu gouvernement, trône un gouvernement invisible, n’ayant prêté aucune allégeance et ne se reconnaissant aucune responsabilité envers le peuple. Détruire ce gouvernement invisible, dissoudre l’alliance impie entre les entreprises corrompues et la politique corrompue, est la première tâche de l’homme d’Etat au pouvoir. »-. Tribune de 1912 du Parti progressiste, fondé par l’ancien président Theodore Roosevelt.

 

 

  • Commentaires

    Commentaires

    • Top articles

      Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
      Partager sur Facebook Twitter Google + Une nation préférant l’étranger aux siens, voilà ce qu’est devenue la France de 2015. Un pay...
      Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
      Partager sur Facebook Twitter Google + La préférence étrangère n’est pas un fantasme dont l’objectif inavoué serait de la conquête ...
      Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
      Partager sur Facebook Twitter Google + Commentaires Commentaires...
    • A ne pas manquer

      Marie-christine De La Vega, blogueuse
      Partager sur Facebook Twitter Google + Les dirigeants français véreux pillent leur pays. Le Gouvernement actuel a une façon de se m...
      Citoyen indigné Blogueur, uncitoyenindigne.wordpress.com
      Partager sur Facebook Twitter Google + Je m’indigne, tu t’indignes, il s’indigne, nous nous indignons, vous vous indignez, ils s’in...
      Manuel Gomez, Journaliste, Ecrivain
      Partager sur Facebook Twitter Google + Emmanuel MACRON, l’homme qui vient de nulle part, l’homme qui s’est fait tout seul ! Qu’en e...
    • Twitter La Gauche Ma Tuer