• ads
argent

La France dépense chaque année 740 milliards dans l’assistanat de l’immigration et des pros des prestations sociales

De Corto74 Blogueur corto74.blogspot.fr/,
. Economie
15 juin 2018
88 Vues
Corto74 Blogueur corto74.blogspot.fr/
Corto74 Blogueur corto74.blogspot.fr/

Macron, les minima sociaux et le pognon de dingue…

Nouvelle opération de com’ de notre Jupiter qui a fait fuiter cette vidéo dans laquelle on entend le chef de l’Etat, en son palais national et sous les dorures, déclarer: « On met un pognon de dingue dans les minima sociaux et les gens ne s’en sortent pas. Les gens pauvres restent pauvres, ceux qui tombent pauvres restent pauvres. On doit avoir un truc qui permet aux gens de s’en sortir. »  Une déclaration qui fit aussitôt polémique pas tant par le message qu’il a voulu faire passer, comme souvent maladroitement en voulant « faire peuple », que par la mise en scène – « faire peuple » quand se vautre sous les ors de la République, fallait oser – et l’utilisation du mot pognon. Juste une manière d’introduire son discours social du lendemain, lui donner plus de retentissement, discours qui risquait de passer inaperçu tant la polémique Aquarius et la crise diplomatique avec l’Italie avaient pris de l’ampleur; d’une pierre deux coups: faire diversion et tenter de gommer un tant soit peu son image de président des riches… tout en nous prenant une nouvelle fois pour des perdreaux de l’année…

Une fois ce qui précède pris en compte, que penser de ces propos jupitériens si ce n’est être totalement d’accord avec ceux de l’ami Koltchack ci-dessous que je reprends à mon compte:

« 
 Je sais que je vais en faire hurler certains, mais si on met de côté le personnage et le certain mépris qui transpire de ses propos, force est de constater que le constat est parfaitement juste.
Y-a-t-il eu, jusqu’à présent, la moindre tentative de contractualiser l’aide sociale ? Non.

Y-a-t-il eu la moindre évaluation quant aux résultats des diverses et trop nombreuses aides, au point que personne n’est foutu d’en donner le nombre exact, qui existent ? Non.

Y-a-t-il eu la moindre tentative pour limiter les pharaoniques frais de fonctionnement de la machine étatique en charge du social, et qui pompe 50 milliards d’euros au passage ? Non.

Y-a-t-il des contrôles systématiques pour vérifier que chacun a bien droit à ce qu’il perçoit ? Non.

Plus de 30% du PIB, c’est à dire de la richesse annuelle produite par le pays, sont engloutis dans le social, et ça dure depuis des années. Pour quel résultat concret ? Nada, wallou, que dalle, comme la politique de la ville, c’est du pognon qui s’évapore sans le moindre résultat palpable.

Tous ceux qui hurlent à la spoliation fiscale, à raison d’ailleurs, devraient acquiescer plutôt que de se laisser polluer l’esprit par une mentalité de gagne-petit communiste aigri.

Le social, toutes branches confondues, c’est 740 milliards d’euros qui sont engloutis. La France c’est à peine 1% de la population mondiale, en revanche à elle seule elle totalise 15% des dépenses sociales mondiales. Mais tous ceux qui gueulent ont raison, hein, le pognon coule à flot, le pays n’est pas endetté, il peut se permettre de foutre le fric en l’air sans chercher à savoir s’il y a des résultats.

J’ai beau ne pas aimer ce type, je ne vais pas, parce que je suis un opposant, dire qu’il pleut lorsqu’il montre que le ciel est bleu. J’en ai plus que marre de ce pays de cons où on gueule à tout va, pour le plaisir de gueuler ou parce qu’on est pas foutu de se poser 30 secondes pour réfléchir, regarder les chiffres, regarder sa feuille d’impôts. On en crève de ce social fait n’importe comment, mais visiblement ça ne choque personne, et bien continuons à creuser notre tombe. » 

Ceci posé, si le Macron est en panne d’idées pour réduire cette masse de pognon dingue que l’on met dans les minima sociaux et les dépenses sociales, je suis tout à sa disposition…

 

  • Commentaires

    Commentaires