• ads
émeutes banlieues

Y en a marre de la victimisation de ces jeunes des banlieues, les Français n’en peuvent plus !

De Christian Balboa, je-suis-stupide-j-ai-vote-hollande.fr
. Politique
13 juillet 2018
45 Vues
Je suis stupide j'ai voté Hollande je-suis-stupide-j-ai-vote-hollande.fr
Christian Balboa
je-suis-stupide-j-ai-vote-hollande.fr

Ce n’est pas en victimisant les jeunes des quartiers qu’on les sortira de la ghettoïsation qui bloque toute intégration.

La gauche et beaucoup de médias portent une lourde responsabilité dans l’échec de l’intégration des populations issues de l’immigration.

Ce n’est pas en se lamentant avec ces jeunes et en les renforçant dans leur sentiment d’exclusion qu’on les aidera à sortir de leur condition.

Qui plus est, cette culture mortifère de la repentance, dans laquelle se complait la gauche, est dévastatrice dans les banlieues. Quand des Français tiennent devant ces jeunes de banlieue des discours de stigmatisation de la colonisation, ils leur fournissent des matériaux pour conforter leur haine de la France.

J’ai une anecdote personnelle concernant cette victimisation forcenée. Il y a une dizaine d’années, ma femme, nouvellement titulaire de l’agrégation, avait été nommée dans la ZEP de Trappes, pour son premier poste. Oui, les profs chevronnés sont plutôt nommés dans le XV arrondissement de Paris …

Elle avait en face d’elle une classe de BTS composée quasi-exclusivement d’étudiants issus du Maghreb. A la rentrée, elle décide de leur tenir un discours propre à les responsabiliser. « Compte tenu de vos situations parfois défavorisées, votre seule chance de vous en sortir est de travailler plus que les autres. Et vous avez en vous toutes les capacités pour réussir ! »

Un grand silence se fait dans la classe … C’est une jeune beurette, Fatima, qui le rompt en disant : « Vous savez, madame, c’est la première fois qu’on nous tient un tel discours ! »

Ces jeunes étaient sans doute plus habitués aux discours larmoyants
qu’on leur servait habituellement qu’à ces paroles responsabilisantes !

Outre ce discours qui les victimise, on observe dans beaucoup d’établissements scolaires, un laxisme vis-à-vis de ces jeunes. Toujours à Trappes, ma femme qui souhaitait obtenir des sanctions contre 2 ou 3 « caïds » qui perturbaient la classe, s’est entendue répondre par le proviseur qu’on ne pouvait pas sanctionner des jeunes déjà victimes de leurs conditions défavorisées.

Tout ceci entretient dans les quartiers un double sentiment de victimisation et d’impunité systématique qui ne peut que conduire à une impasse. Entretenir ces jeunes dans l’idée qu’ils sont, eux-aussi, des victimes de la colonisation est dangereux et aboutit à leur révolte parfois jusqu’au terrorisme.

Emmanuel Macron, à qui l’on reproche parfois sont franc-parler, a franchement repris un jeune d’Algérie qui lui parlait de la colonisation :