• ads
macron ballon1

Face au terrorisme l’Etat Macron refuse la loi martiale, il préfère l’inaction

De Melvin TALLIER,
. Politique
4 août 2018
27 Vues
Melvin TALLIER
Melvin TALLIER

L’INACTION ÉTATIQUE OU L’ART DE FAIRE PASSER LA LOI MARTIALE

Un prêtre et un lieutenant-colonel de gendarmerie égorgés, des jeunes tués, un boucher abattu de sang-froid, Charlie Hebdo, Nice… Et puis rien. Rien mis à part des mouchoirs, des bougies et des hommages solennels.

La France est en deuil permanente. La menace extérieure semble incontrôlable. On ne définit même pas l’adversaire : ce sont, nous dit-on, des individus toujours isolés. On nous rétorque que c’est impossible à régler, que c’est un phénomène international qui risque de se développer de plus en plus : nous sommes dans l’incapacité de réagir. Mais le sommes-nous vraiment ? Cette inaction, cette incapacité à réagir, ce rien, ne sont pas anodins. Ce rien est criminel. Ce rien laisse l’état de la France se détériorer.

Alors pourquoi nos gouvernants ne réagissent t-ils pas ? Et pourquoi laisse-t-on des milliers de fichés S sur le territoire ?

Et voilà, la question est posée : le système a gagné.

Sur toutes les chaînes télévisées, sur toutes les radios, et désormais sur les réseaux sociaux : que faire des fichés S ? « Il faut les expulser » diront certains, le cœur encore déchiré par les événements qui se sont passés. Les politiques diront bien évidemment qu’expulser un fiché S est impossible car il n’est pas encore passé à l’acte : théâtre complet.

Avez-vous compris la technique ?

Faire en sorte que les Français réclament d’eux-mêmes, par l’émotionnel qui plus est, l’instauration de la loi martiale, d’un État policier, où tous les ennemis du système seront « fichés S » et ne passeront plus désormais par la case tribunal. Je rappelle que la loi martiale est l’instauration dans un pays d’un État judiciaire d’exception, au sein duquel l’armée assure le maintien de l’ordre à la place de la police ou en collaboration avec celle-ci.

Chers amis, les fichés S, c’est nous. Les attentats et l’immigration massive ne sont la conséquence que du laxisme politique actuel dans le but de nous priver de nos libertés fondamentales pour encore plus de sécurité pour toujours plus de sécurité. Si aujourd’hui je n’ai pas peur de dire que nous vivons en Dictature, j’ose avouer que les principes totalitaristes s’implantent fort dangereusement !

Ami, entends-tu le cris sourd du pays qu’on enchaîne ?

  • Commentaires

    Commentaires